Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ciné Star: Cinéastes chinois d'Amérique : John Woo
Publié dans L'opinion le 18 - 04 - 2016

Il est le cinéaste chinois le plus connu d'Amérique car le plus doué et le plus talentueux. Hollywood n'hésita pas à faire appel à ses compétences où il réalise des films à gros succès. "Mission impossible 2" n'est qu'un titre parmi tant d'autres.
John Woo, de son véritable nom Wú Yǔsēn, est un réalisateur chinois, né le 1er mai 1946 à Guangzhou(Canton), Chine. En 1951, sa famille, abandonnant tous ses biens, s'installe à Hong Kong. À 9 ans, alors que ses parents sont dans la misère, John entame une scolarité grâce aux subsides de familles catholiques américaines. Très vite, il découvre le cinéma et commence, alors qu'il intègre le Matteo Ricci College, à réaliser des films expérimentaux en 8 mm : "Accidentally", "Fast Knot", "The Cruel One". Âgé de 23 ans, John Woo devient assistant de production aux studios Cathay. Deux ans plus tard, en 1971, il rejoint la plus importante compagnie de production de Hong Kong, la Shaw Brothers, et devient l'assistant personnel de l'un des grands réalisateurs de cinéma d'action, Chang Cheh. Deux ans après, il réalise "The Young Dragons", son premier long métrage. Impressionné par le film, les dirigeants de la Golden Harvest lui offrent la chance de signer un contrat. Suivent alors plusieurs films d'arts martiaux, dont "Hand of Death", avec Jackie Chan. En 1983, il rallie les rangs de la Cinema City Company, dans laquelle Tsui Hark, le réalisateur de "Il était une fois en Chine" lui permet de tourner "Le syndicat du crime", son plus grand succès en Chine. Sous la pression des studios, John Woo en tournera une suite quelques années plus tard, avant de passer le relais à Tsui Hark pour le troisième et dernier opus. Mais c'est véritablement en 1989 que le talent du cinéaste éclate aux yeux du monde avec ce qui sera plus tard considéré, y compris par lui-même, comme son chef-d'œuvre, "The Killer". Le film rencontrera un vif succès dans les différents festivals étrangers où il sera présenté et suscitera même plus tard l'admiration de réalisateurs aussi réputés que Martin Scorsese ou Quentin Tarantino. Un an plus tard sort ce que beaucoup considèrent comme son chef-d'œuvre maudit, "Une balle dans la tête", film très personnel pour Woo mais qui sera un échec retentissant au box-office et restera un gouffre financier pour les studios. Son dernier film hongkongais, "À toute épreuve", est encore aujourd'hui considéré comme un summum du film de gunfights. En apparence divertissant, le film présente une vision pour le moins noire et glaçante de Hong Kong à la veille de la rétrocession à la Chine. Il permet en outre à Woo de s'établir définitivement comme le maître du cinéma d'action et lui fournit la plus belle des cartes de visite auprès des studios hollywoodiens, qui le débauchèrent un an plus tard. C'est grâce à cette série de films épiques que le réalisateur deviendra l'un des chefs de file d'un nouveau genre de cinéma d'action à portée métaphysique, le Heroic bloodshed, mettant en scène des héros brisés par la vie, en quête d'une rédemption qu'ils ne trouvent que dans la violence.
Décidé depuis longtemps à s'expatrier vers les États-Unis, John Woo s'installe en 1992 à Los Angeles, et ne tarde pas à réaliser son premier film américain, "Chasse à l'homme", avec en vedette un autre exilé, belge celui-là, Jean-Claude Van Damme. Mais c'est un coup d'épée dans l'eau, dans la mesure où ses thèmes de prédilection et ses effets de mise en scène sont bridés par les studios. Deux ans plus tard, "Broken Arrow", avec John Travolta, permet au réalisateur de renouer avec une certaine stylisation de la violence, mais c'est avec "Volte-face", brillant face-à-face entre John Travolta et Nicolas Cage, qui s'échangent leurs visages, que le talent du réalisateur refait véritablement surface. Après trois ans de tractations, de préparation et de tournage, John Woo réalise alors avec "Mission impossible 2", suite du film réalisé par Brian De Palma, lui-même inspiré de la célèbre série télévisée. Ses deux films suivants, "Windtalkers : Les Messagers du vent", qui prend pour héros les Indiens Navajos chargés des transmissions au sein de l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, et "Paycheck", adaptation d'un roman de Philip K. Dick avec Ben Affleck, rencontreront tous deux un accueil mitigé et pousseront le cinéaste à repartir en Chine. C'est là-bas qu'il renoue avec la gloire en 2008 avec une nouvelle adaptation littéraire, "Les trois royaumes", film de tous les records puisqu'il devient à la fois le plus gros budget et le plus gros succès au box-office de l'histoire du cinéma chinois.
En sus de sa carrière de réalisateur et de producteur, il faut également signaler que John Woo a également exprimé ses aptitudes d'acteur en apparaissant dans plusieurs de ses films, tenant par exemple le rôle principal de "Rebel From China", mis en scène par Raymond Lee, film sorti en 1990 en Asie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.