Salon du cheval d'El Jadida : Un apport indéniable à la filière équine nationale    Surf : Le magazine américain «Traveller» consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Don d'organes, quelle est la procédure ?    Fatema Nouali Azar : «Nous n'avons aucune crainte quant à la pérennité du Festival»    Catalogne: La mobilisation se poursuit après de nouvelles violences    Pour sa première implantation au Maroc : Giovanni Galli opte pour le Morocco Mall    Cartes d'abonnement. Après le Raja, succès chez le WAC    Climat: Des ONG fustigent les banques impliquées dans l'entrée en Bourse d'Aramco    Tensions dans le Golfe: La diplomatie aux abonnés absents, regrettent des experts    Brexit : l'UE et le Royaume-Uni tombent d'accord    Rien à attendre    Elide Fire: La boule anti-feu fait son entrée au Maroc    Communiqué du Bureau politique du PPS    Le Maroc s'incline face au Gabon en amical    Argentine: Le social au cœur de la campagne    Malika Demnati expose «le vivre ensemble» à Dar Souiri    Affaire Hajar Raissouni : Grâce royale pour les condamnés, un grand pas en avant    Hilale: L'autonomie est l'unique et seule solution à la question du Sahara    Pouvoir d'achat. Cinq chiffres confirment le pessimisme des ménages    Afriquia : «1.000 idées» pour développer l'entrepreneuriat    La lettre « agressive » de Trump à Erdogan    Témara : Un policier utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    Salé : Mise en échec d'une opération d'immigration illégale    La FAO salue les efforts du Maroc pour éradiquer la malnutrition    Crédit Agricole du Maroc : L'emprunt obligataire de 850 millions DH acté    La raison ou la haine ?    ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Législation. Les députés tracent leur feuille de route    Des traces de la plus ancienne organisation collective et sociale trouvées au Maroc    Djamel Belmadi : Les supporters ont fait un travail magnifique    Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite    Création d'un groupe d'amitié avec le Maroc au sein de la Chambre mexicaine des députés    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    Erdogan: La Turquie ne déclarera jamais de cessez-le-feu sans avoir atteint ses objectifs    Insolite : Un parachutiste heurte un lampadaire en plein défilé militaire    La Cité des métiers et des compétences de Laâyoune ouvrira ses portes en 2021    60% des femmes en Europe disent avoir subi le sexisme au travail    Le cercle diplomatique de Rabat organise une journée de diagnostic et de sensibilisation au cancer du sein    Divers    Le HCP et l'UNFPA renforcent leur partenariat    L'ONDA partage à Accra son expérience en matière de transformation numérique des aéroports    Euro 2020 : L'Espagne se qualifie au forceps    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Surf: Le magazine américain "Traveller" consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    "Candidats au suicide" de Hamza Atifi cartonne en Jordanie    Le Prince Moulay Rachid préside l'ouverture de la 12e Salon du cheval    Islamophobie: La tribune des 90 personnalités françaises devient une pétition à succès    Ainsi parlait Zarathoustra!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grande-Bretagne: Pro et anti Brexit intensifient leur campagne
Publié dans L'opinion le 16 - 05 - 2016

David Cameron, Jeremy Corbyn, Boris Johnson..., des responsables politiques de tous bords, favorables ou opposés à un maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, ont intensifié samedi leur campagne, à moins de six semaines du référendum.
Dans le camp des partisans d'un Royaume-Uni dans l'UE, qui avait prévu pas moins d'un millier d'événements dans tout le pays pour la seule journée de samedi, le Premier ministre conservateur David Cameron se voulait rassembleur tandis que le chef du Parti travailliste - dans l'opposition - Jeremy Corbyn comptait défendre le maintien dans le bloc des 28 en accablant le parti conservateur au pouvoir.
Dans sa circonscription à l'ouest de Londres, le chef du gouvernement a averti qu'un Brexit pourrait conduire à "une récession".
"Si nous votons le 23 juin pour quitter (l'UE), nous voterons pour des prix plus élevés, nous voterons pour des emplois moins nombreux, nous voterons pour une croissance plus faible, nous voterons potentiellement pour une récession", a-t-il dit. Cela signerait également la fin de l'adhésion britannique à la Banque européenne d'investissement qui a injecté 16 milliards de livres (20 milliards d'euros) dans des projets britanniques ces trois dernières années, a-t-il mis en garde.
Le chef des libéraux démocrates (centre droit) Tim Farron et la députée des Verts Caroline Lucas étaient notamment attendus à ces événements contre un Brexit, à un moment où les sondages placent toujours les deux camps à égalité parfaite, 50-50, dans les intentions de vote.
Mais pour le chef de l'opposition, Jeremy Corbyn, "nombre des problèmes" du pays sont à imputer au gouvernement conservateur plutôt qu'à l'Union européenne.
En outre, "s'éloigner (de l'UE) ne règlera pas le problème" de la protection de l'emploi ou celui de la lutte contre la pollution, a-t-il estimé devant un rassemblement de soutien au Parti travailliste.
Du côté des partisans d'une sortie, l'ancien maire conservateur de Londres Boris Johnson a déclaré à Bristol (sud-ouest) que ce "n'était pas seulement le moment de libérer (la Grande-Bretagne) de ses chaînes, il est temps de défendre la liberté sur l'ensemble du continent" européen.
Le Royaume-Uni peut "prospérer comme jamais auparavant" en quittant l'UE, a-t-il martelé.
D'autres rassemblements pour un Brexit étaient prévus un peu partout.
A Chester, dans le nord-ouest de l'Angleterre, l'ancien ministre conservateur Owen Paterson devait affirmer qu'un vote en faveur d'un maintien dans l'UE équivaudrait à faire du Royaume-Uni "la colonie du super Etat UE, avec davantage d'intégration et une influence britannique de plus en plus réduite".
Le porte-parole du parti europhobe Ukip pour les questions de migration Steven Woolfe devait, quant à lui, tenter de mobiliser les électeurs pour "cette chance unique dans une vie de reprendre le contrôle du pays", à l'occasion de ce rassemblement commun. A moins de six semaines du référendum, les partisans du Brexit et ceux pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne seraient à égalité, à 50% chacun, d'après le site web de l'institut What UK thinks sur la moyenne des six derniers sondages.
Cameron chercherait également à convaincre les électeurs qu'il dit la vérité sur l'Europe, d'après un nouveau sondage réalisé samedi soir.
Vingt-et-un pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu'elles faisaient plus confiance à Cameron qu'à Johnson d'après un sondage réalisé pour le Sunday Mirror et l'Independant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.