L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Les examens du bac déroulés dans de "bonnes" conditions, dans le respect des dispositifs sanitaires    Opération Marhaba : La position finale du gouvernement connue ce lundi    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Le HCP prévoit un repli de l'activité économique de 4,6% au troisième trimestre    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Des ministres gaffeurs!    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    Maroc PME lance un appel à projets    El Otmani reçoit une délégation des parlementaires de la région Fès-Meknès    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Temps généralement stable dans le pays, ce dimanche    Sahara marocain: des experts dénoncent la propagande algéro-polisarienne    Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grande-Bretagne: Pro et anti Brexit intensifient leur campagne
Publié dans L'opinion le 16 - 05 - 2016

David Cameron, Jeremy Corbyn, Boris Johnson..., des responsables politiques de tous bords, favorables ou opposés à un maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, ont intensifié samedi leur campagne, à moins de six semaines du référendum.
Dans le camp des partisans d'un Royaume-Uni dans l'UE, qui avait prévu pas moins d'un millier d'événements dans tout le pays pour la seule journée de samedi, le Premier ministre conservateur David Cameron se voulait rassembleur tandis que le chef du Parti travailliste - dans l'opposition - Jeremy Corbyn comptait défendre le maintien dans le bloc des 28 en accablant le parti conservateur au pouvoir.
Dans sa circonscription à l'ouest de Londres, le chef du gouvernement a averti qu'un Brexit pourrait conduire à "une récession".
"Si nous votons le 23 juin pour quitter (l'UE), nous voterons pour des prix plus élevés, nous voterons pour des emplois moins nombreux, nous voterons pour une croissance plus faible, nous voterons potentiellement pour une récession", a-t-il dit. Cela signerait également la fin de l'adhésion britannique à la Banque européenne d'investissement qui a injecté 16 milliards de livres (20 milliards d'euros) dans des projets britanniques ces trois dernières années, a-t-il mis en garde.
Le chef des libéraux démocrates (centre droit) Tim Farron et la députée des Verts Caroline Lucas étaient notamment attendus à ces événements contre un Brexit, à un moment où les sondages placent toujours les deux camps à égalité parfaite, 50-50, dans les intentions de vote.
Mais pour le chef de l'opposition, Jeremy Corbyn, "nombre des problèmes" du pays sont à imputer au gouvernement conservateur plutôt qu'à l'Union européenne.
En outre, "s'éloigner (de l'UE) ne règlera pas le problème" de la protection de l'emploi ou celui de la lutte contre la pollution, a-t-il estimé devant un rassemblement de soutien au Parti travailliste.
Du côté des partisans d'une sortie, l'ancien maire conservateur de Londres Boris Johnson a déclaré à Bristol (sud-ouest) que ce "n'était pas seulement le moment de libérer (la Grande-Bretagne) de ses chaînes, il est temps de défendre la liberté sur l'ensemble du continent" européen.
Le Royaume-Uni peut "prospérer comme jamais auparavant" en quittant l'UE, a-t-il martelé.
D'autres rassemblements pour un Brexit étaient prévus un peu partout.
A Chester, dans le nord-ouest de l'Angleterre, l'ancien ministre conservateur Owen Paterson devait affirmer qu'un vote en faveur d'un maintien dans l'UE équivaudrait à faire du Royaume-Uni "la colonie du super Etat UE, avec davantage d'intégration et une influence britannique de plus en plus réduite".
Le porte-parole du parti europhobe Ukip pour les questions de migration Steven Woolfe devait, quant à lui, tenter de mobiliser les électeurs pour "cette chance unique dans une vie de reprendre le contrôle du pays", à l'occasion de ce rassemblement commun. A moins de six semaines du référendum, les partisans du Brexit et ceux pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne seraient à égalité, à 50% chacun, d'après le site web de l'institut What UK thinks sur la moyenne des six derniers sondages.
Cameron chercherait également à convaincre les électeurs qu'il dit la vérité sur l'Europe, d'après un nouveau sondage réalisé samedi soir.
Vingt-et-un pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu'elles faisaient plus confiance à Cameron qu'à Johnson d'après un sondage réalisé pour le Sunday Mirror et l'Independant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.