Webinaire : La Fondation Attijariwafa bank débat de la protection des données personnelles    Décès de Abderrazak Afilal Une icône du syndicalisme marocain s'en va    Casablanca et Marrakech mises en scène : Innovation Gaming d'inwi    Quel avenir pour les banques publiques ?    Injaz Al Maghrib. Sicom In remporte la compétition (vidéo)    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    Le moment où les joueurs de Berkane ont soulevé le trophée (VIDEO)    Casablanca: grave collision entre une voiture et une grosse moto (VIDEO)    Sahara: Les consulats africains dépriment l'Algérie?    Covid-19: la situation épidémiologique à Casablanca-Settat au cœur du débat    France: le Conseil scientifique annonce des prévisions pessimistes    Edito : Virus nocturne    Oxford Business Group : Comment le coronavirus transformera-t-il le secteur de la santé au Maroc ?    Samsung annonce le décès de son président Lee Kun-hee    Covid-19: décès d'un membre éminent de la Communauté juive marocaine    Marché des capitaux : ce que dit le rapport annuel 2019    Décès du Combattant Abderrazak Afilal    Nouvelle visite au Maroc du président de la Chambre des représentants de la Libye    La Zambie se dote d' une ambassade au Maroc    Le Maroc condamne la poursuite de la publication des caricatures outrageuses à l'Islam et au Prophète Sidna Mohammed [Communiqué]    Evolution du Coronavirus au Maroc : 3020 nouveaux cas, 197.481 au total, dimanche 25 octobre à 18 heures    Le Real s'offre le Barça au Camp Nou    Le président algérien à l'isolement après plusieurs cas suspects de coronavirus proches    L'ONMT booste le déploiement de Ryanair sur le Maroc    Ahmed Boukouss, recteur de l'Institut Royal de la culture amazighe    "Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée    Hommage à Said Taghmaoui au Festival du film d'El Gouna    Covid-19 au Maroc: 3.020 nouveaux cas confirmés et 2.823 guérisons en 24H    Abderrazak Afilal, fondateur de l'UGTM, n'est plus    Budget 2021 : le détail des investissements dans les régions    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    Beyrouth: L'hôpital marocain de campagne a atteint les objectifs fixés    Le WAC quitte la compétition la tête baissée    Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Restreindre oui mais expliquer et contrôler    Botola: Le Libyen Mohamed Anis Saltou rejoint le FUS    En Méditerranée, l'action du Maroc est guidée par une Vision Royale volontariste    Le Maroc et la République centrafricaine, déterminés à consolider leurs relations bilatérales    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    L'AMMC décrypte son activité de 2019    L'idéal islamique marocain débattu à Pretoria    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    Adel Taarab va rester au Benfica    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    Vaccin anti-covid au Maroc: Dr Ibrahimi donne son point de vue    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Bouidi expose à Casablanca : Cantique du corps
Publié dans L'opinion le 15 - 10 - 2016

Dans le cadre de ses activités artistiques, l'Association Bassamat des Beaux Arts a organise avec le soutien du ministère de la culture l'exposition de l'artiste plasticien Ahmed Bouidi du 27 octobre au 7 novembre 2016à la galerie de la Maison de Culture de Casablanca, ancienne médina – Ex. Eglise San Buenaventura.
Placée sous le signe « Cantique du corps », cette exposition nous donne à voir les œuvres néo figurative de cette figure représentative de la nouvelle sensibilité (vit et travaille à Casablanca). Ahmed Bouidi est catalogué parmi les artistes plasticiens capables de se renouveler constamment, se remettant en question, tout en gardant l'aisance pour sortir d'une expérience et entamer une nouvelle sans se laisser empêtrer sous le poids du « code normatif de la toile ». Auteur de peinture allégorique, Bouidi est un peintre oniriste et hypersensible qui fait du geste pictural et organise sa toile selon les codes de la nouvelle abstraction en détournant et s'appropriant de véritables « matières ». Cette « poésie de la résistance » s'organise plastiquement à l'aide du vocabulaire formel issu du matériau lui -même. La démarche plastique de ce lauréat de l'Ecole des Beaux Arts de Casablanca se retrouve de manière identique à travers les dimensions que proposent les matiéristes. Déjà les travaux sont installés dans la lignée du langage synthétique. Ils quittent l'espace plan de la toile pour devenir des reliefs à part entière. L'espace limité de la toile exige un renouvellement radical ; le champ pictural va quitter la surface traditionnelle du tableau pour investir l'espace et exploiter d'autres gammes de couleurs et d'autre formes allusives (fragments, corps, chaises, instruments de musiques...).. Bouidi nous propose une appropriation de la matière avec une démarche investigatrice et des résultats souvent voisins des possibilités formelles du langage plastique. Equivalent plastique du trait et de la forme, sa peinture composite joue le rôle de trace et permet une reconsidération du lieu et du temps avec une lecture esthétique : la volonté poétique rejoint la perception visuelle qui place le spectateur devant un expressionnisme régit par le graphisme acerbe des éclairs. La matière opaque de Bouidi offre un nouveau support qui permet toutes les recherches expérimentales, mais le refus de la couleur « unique » engendre aussi son incorporation à l'intérieur d'autres éléments plastiques. Il s'agit d'un vocabulaire plastique qui traduit fidèlement les prélèvements effectués au cours de ses longues marches et incite à la méditation sur les pérégrinations pédestres. A travers une démarche néo plastique, l'utilisation de la matière comme substrat de la toile prend forme dans les œuvres de l'artiste Bouidi pour réagir contre la culture de « classe », et ce en gardant l'esthétisme et le bon goût. C'est un acte créatif qui met en relief la charge émotive des êtres et des choses, tout en conservant une composition très structurées, régie par les éléments naturels ou retravaillés qui se transforment en graphismes et traces de la matière.
Sur son expérience plastique hors du commun, Asmaa Rifai (Direction régionale de culture Casablanca-Settat), a écrit : « Nul ne peut ignorer l'effort fourni par Ahmed Bouidi pour marquer sa place parmi les professionnels en art plastique dans la région de Casablanca voir même dans le Maroc. Une expérience forgée grâce aux études et à la multitude des expériences acquis par notre artiste plasticien. L'exposition intitulée ‘' Cantique du corps'' que la galerie de la maison de Culture a eu le plaisir d'accueillir a pu bénéficier du soutien du Ministère de la Culture en 2016, offre une opportunité d'échanges d'expériences culturelles et de partage, elle sera sans doute une occasion au grand public de l'Ancienne de Médina de Casablanca de découvrir et contempler les œuvres de notre artiste Ahmed Bouidi, qui encore une fois s'engage librement à enrichir le champ artistique des arts plastiques et visuels, à faire vibrer un des espaces culturelles et à rapprocher les arts plastiques des citoyens des quartiers populaires de la métropole. Bref, c'est un travail qui résume un parcours artistique atypique d'un éminent artiste plasticien marocain. ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.