Affaire Pegasus : « 2M » déconstruit la manipulation des leaks    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Le Maroc, « partenaire solide » sur lequel peuvent compter la France et l'Europe    Casablanca-Settat : perturbations de l'approvisionnement en eau potable dans certains quartiers    Revue de presse quotidienne de ce jeudi 27 janvier 2022    Représentant 6% du PIB : Un déficit budgétaire de près de 71 milliards de dirhams à fin 2021    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les marchés actions troublés après la Fed    Le Canada prolonge sa mission de formation militaire en Ukraine    La CAF suspend le stade d'Olembé après une bousculade meurtrière    Le Sénégal passe en quarts face à des Capverdiens réduits à neuf    Météo : fortes averses attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    Covid-19: Moderna entame les essais d'un rappel de vaccin anti-Omicron    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    400 ans de Molière : Le Maroc présent à Versailles à travers l'œuvre de Tayeb Saddiki    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    CAN 2021: voici le programme des quarts de finale    Premier League/Covid: plus de report de matchs sans au moins 4 cas positifs    La Corée du Nord effectue son sixième essai de missiles en 2022, selon Séoul    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    Khouribga : Report au 28 mai prochain de la 22ème édition du Festival International du Cinéma Africain    Lutte contre le changement climatique : L'ONU salue le leadership du Maroc    Météo Maroc: les températures prévues pour ce jeudi    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 27 janvier    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Glencore et Managem : un partenariat pour produire du cobalt à partir de batteries recyclées    Province de Taroudant : visite de projets agroalimentaires et de développement agricole et rural    Auto: Mini veut convertir ses modèles historiques à l'électrique    CAN 2021: la CAF change le lieu et l'horaire de Maroc-Egypte    L'ambassade américaine à Kiev appelle ses ressortissants à « quitter le pays sans tarder »    Sahara : Des avions Mirage et F-16 des FAR bombardent des positions du Polisario    UA : Le Maroc réitère son attachement à la solidarité africaine pour éradiquer la pandémie de la COVID-19    L'Agence Bayt Mal Al Qods approuve une série de projets de développement à Al Qods pour 1 million USD    Chutes de neige et averses au Royaume ce jeudi 27 janvier    L'espoir s'amenuise pour retrouver des migrants ayant chaviré au large de la Floride    CAN 2021 : Les Lions de l'Atlas se sont entrainés sans Nayef Aguerd    Après la France, le siège du Parlement andalou accueille une réunion de soutien au Polisario    Le PAM, membre du gouvernement, plaide pour la réouverture des frontières    Casablanca : Report de l'audience d'un universitaire soupçonné de harcèlement sexuel    Covid-19 : l'Autriche met fin au confinement des non-vaccinés    CAN 2021 : Vahid Halilhodzic et son arme dernière génération, Achraf Hakimi    "أحسن Pâtissier": La saison II est lancée, (re) vivez le Premier prime en Replay    Report du Festival international du cinéma africain de Khouribga au 28 mai prochain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Laïla Laâlej : Une néo-figurative de talent
Elle expose en groupe à Meknès à l'occasion de la Marche Verte (du 6 au 19 du mois courant)
Publié dans L'opinion le 08 - 11 - 2016

Femme cultivée née à Fès et ayant grandi en France où elle avait suivi des études de journalisme, carrière qu'elle abandonna pour des raisons personnelles, Laïla Laâlej, qui signe ses tableaux « Loubaba », manipule le pinceau depuis quelque vingt années, d'abord par vocation puis poussée par cette « nécessité intérieure » dont parlait Kandinsky. Elle a eu l'occasion de montrer quelques-unes de ses œuvres lors de manifestations sporadiques organisées à Marrakech, à Casablanca, à Oujda..., encouragée en cela par des amateurs d'art et des gens de métier. Lecture dans son travail.
Pour Laïla Laâlej, la peinture est une seconde vie, comme l'écrivait Gérard de Nerval dans son livre Aurélia, à propos du rêve, attendu que sa palette et son iconographie renferment une bonne dose d'onirisme, un onirisme oscillant entre le sommeil hypnagogique et les rêves éveillés.
Bien qu'ayant peu exposé, Laïla Laâlej commence à investir la scène plastique marocaine, animée en cela par ce sentiment de prudence compréhensible chez une artiste qui dit avoir toujours peint « pour elle-même » (nous serions tenté de dire maintenant « contre elle-même », l'acte plastique étant par essence « cet étrange défi lancé à l'altérité, un interminable et conflictuel va-et-vient de soi au monde et de soi à soi, (pour reprendre une citation de l'écrivain et philosophe français Maurice Blanchot).
Les réalisations de Laïla Laâlej révèlent un talent indéniable pour sa connaissance intuitive des formes et des couleurs, lesquelles sont en perpétuel dialogue avec son moi profond. Certes, elle a transité au départ par plusieurs styles d'expression (abstraite, semi abstraite, matiériste...), c'était comme autant d'expériences liées à toute recherche qui se prend le temps de s'affermir, de mûrir. Une recherche qui a amené l'artiste à mettre au point un ensemble d'œuvres de moyen format (qu'elle compte exposer prochainement à titre personnel), d'allure néo-figurative, relativement à ce courant occidental qui fit fortune dans les années 60/70 du siècle dernier en France notamment. La nouvelle figuration de Laïla Laâlej ne relève pas de sa seule sensibilité qui fait le cas échéant de percées audacieuses dans le réel, mais aussi d'une « difficulté d'être » existentielle, dont elle a gardé souvenir ; aussi l'élément personnage qu'elle peint à plusieurs reprises, dans des attitudes parfois discrètes, parfois franchement démonstratives et ludiques, met en relief son recours significatif à des couleurs secondaires et froides, d'une complicité sous jacente, traitées celles-ci avec infiniment de nuances. La palette tend parfois aussi à devenir illustrative, avec un certain intérêt pour ce qu'on appelle « le sujet », ici un sujet pas directement destiné à renseigner sur quelque chose, mais que récupère vite le souci de la composition et l'application tant soit peu exigeante des fondamentaux de la peinture (lumière, espace, couleurs, formes, support, etc.)
La néo-figurative que nous voyons en Laïla Laâlej développe donc une vision du réel qui passe par l'imaginaire, et qui n'hésite pas de verser dans une symbolisation schématique de certaines formes (florales, un tantinet paysagères, de facture brutes aussi), le tout fleurant cette atmosphère de rêve « nervalien » dont nous parlions, ce qui fait d'elle une sensitive à la fois lyrique et fantasque, à l'énergie créative porteuse de valeurs sûres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.