Météo: les prévisions du mercredi 18 mai    Le Bahreïn exprime sa gratitude pour les efforts du Roi pour préserver l'identité d'Al-Qods    Sadiki : Déficit de 2 milliards de m3 des Les retenues des barrages à usage agricole    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    IRCAM/Chambre des conseillers : Une alliance pour consolider l'institutionnalisation de l'amazigh    En visite en Turquie, Abdelmadjid Tebboune a lourdement péché contre la bienséance    A Buffalo, Biden dénonce « le poison » du suprémacisme blanc    Le roi félicite le nouveau président somalien    Après 2 ans d'absence, le festival Jazzablanca fait peau neuve à Anfa Park    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Annulation de la condition du test PCR pour l'entrée au territoire marocain    Aït Taleb: « L'hôpital de Tarfaya sera opérationnel en octobre prochain »    Casablanca : Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Le Maroc annule l'exigence du test PCR pour entrer sur le territoire    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    L'OCP affiche une performance solide à T1 2022    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdellah Yacoubi à l'espace d'art La Minaudière
Couleurs de l'âme
Publié dans L'opinion le 14 - 09 - 2012

Ex-parlemantaire et ex-président de la Chambre d'Artisanat à Casablanca, l'artiste peintre Abdellah Yacoubi, né à Fès en 1950, a toujours fait du dessin, un dessin lié à son métier et aux techniques y afférentes, un dessin qui a évolué vers l'expression plastique à travers des formes semi-figuratives, intimisées et révélant une palette originale. L'artiste exposera à l'espace d'art La Minaudière à Rabat du 20 septembre au 10 octobre. Il signera en même temps le beau-livre qu'il a fait sur son expérience et qu'il a intitulé « Entrelacs de peintures ». Une exposition qui vaut le détour.
L'artiste peintre Abdellah Yacoubi investit un univers où l'esprit des formes connote une contemplation méditative, pareille à une longue marche vers les sources éternelles de la paix morale, que ne préfigurent pas forcément les lointains horizons de ses toiles mais plutôt les suggèrent à travers les jeux d'une lumière introvertie diffuse.
Les personnages de l'artiste restent particulièrement énigmatiques ; ce sont autant d'alter ego à la silhouette moulue par un éclairage adoucissant, fluidifiée et parfois occultée derrière un cinétisme allusif, intentionnellement graphique, qui évite au geste de forcer les contours. Personnages énigmatiques alignés ou serrés en désordre, multipliés ou en petite foule clairsemée, qui donnent cette impression d'être lâchés dans la nature, en quête d'un meilleur oxygène spirituel, d'une existence transcendante ; ou massés et faisant cause commune en des instances revendicatrices à propos d'une quelconque condition humaine, sociale, etc.
Yacoubi positionne dûment ses motifs, avec un réel sens de l'harmonie et une sensibilité perspective exprimée souvent à l'horizontale, s'il n'use pas, mais rarement, d'une oblique cubiste pour départager la surface en plans mitoyens.
Il en ressort une manière de paysagisme singulier, passablement abstrait, rehaussé de notes lyriques en abyme, où les éléments naturels : arbres, étendues d'eau, vues désertiques, allégorisent cette quête essentiellement spirituelle.
Yacoubi, qui un don prononcé pour la couleur, manipule les tons et les gammes tout comme celui lui vient au bout de la main, une main fascinée et fascinante, capable de rendre des effets colorés inédits et d'accorder le regard aux infimes vibrations qui émanent des œuvres.
Forme et fond s'abouchent, que le travail au couteau, techniquement parlant, n'a pas encore complètement épuisé de nos jours. L'artiste parlera même, au lieu d'acte pictural, de sculpture, arguant des procédés sensitifs similaires. En effet, les formes affichent un ensemble d'aspérités, des ombres et des volumes travaillés à ras de la toile. C'est une recherche plastique de la profondeur qui donne parfois auxdites formes un relief, un air massif et une tension matiériste, comme on en obtient au burin ou aux ciseaux...
Ces considérations comparatives n'empêchent pas Yacoubi de creuser davantage sa palette de peintre qui se définit d'abord comme un coloriste, attentif qu'il est aux pulsations de la couleur et à ses nouvelles possibilités d'expression.
Les dernières réalisations attestent d'une évolution exponentielle allant dans ce sens, surtout dans les grands formats où le geste, plus ample, multiplie les évasions vers l'inconnu, le désir d'un espace toujours plus vaste ; un syncrétisme de l'âme beaucoup plus que du regard, la libération du poids quotidien de l'existence par le truchement de l'art, un art à la fois éclatant et dépouillé, exempt de mièvrerie, aux tons apurées, mystique.
Dans ce sillage, il n'est pas déplacé d'évoquer les peintres métaphysiques interceptant les arcanes de l'âme : Tal Coat, De Chirico, et dans une moindre mesure, Chagall. A travers sa quête de la pureté morale, Abdellah Yacoubi peindrait l'altérité. Chaque tableau, s'il ne relève pas d'une série donnée, serait en soi une entité philosophico-plastique, un bref récit de vie saisi et exécuté dans son évanescence même. Ces personnages qui nous tournent constamment le dos, dont on ne voit que la silhouette à la douce géométrie, n'arrêtent pas de « partir », d'aller de l'avant. Ils représentent une idée commune tacite, et inquiètent par le silence qui les enrobe, un silence renforcé par une perspective atmosphérique rendue sur le mode expressionniste, avec des éclats lumineux violents, des colorisations à relents mélancoliques, une sensation de vide contemplatif qui les subjugue et semble les aspirer lentement.
Est-ce des projections de soucis métaphysiques de l'artiste, avec la complicité d'une couleur dénuée de tout esthétisme, à l'image d'une surréalité pressentie, de ces primitifs non-dits inconscients, qui charpentent nos rêves ? Est-ce une attitude concertée face aux forces inconnues de la nature, à l'immanence d'un destin qui s'accomplit indifféremment ? Des questions visualisées, que l'artiste avancerait à la face du monde comme des paravents à des réponses terribles.
L'art serait peut-être la seule réponse valable, utile par les convictions imaginaires qu'il draine, inutile par sa beauté même, tel le joueur de quilles auquel Diderot compare l'artiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.