Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    La nouvelle Clio et le nouveau Captur disponibles au Maroc    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Le régime algérien veut empêcher le Hirak de reprendre ses manifestations    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3ème édition de l'exposition internationale « Les mains qui voient » : Entretien avec Zahra Algo, présidente de l'Association «Création et communication » : : L' événement se présente comme un forum interculturel
Publié dans L'opinion le 20 - 11 - 2016

Suite au grand succès rencontré par la deuxième édition de l'exposition internationale « les mains qui voient », l'association « Création et Communication » organise la troisième édition de cet événement avec la participation de 30 artistes (peinture , photographie artistique, sculpture et design ), et ce du 2 au 10 décembre 2016 à l'espace artistique La coupole ( siège de l'Association des Anciens Elèves Casablancais du Grand Casablanca).
Cette belle expérience initiée en partenariat avec le Conseil de la Commune de Casablanca, l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca, l'Association « la pensée plastique » et la Mondial Art Académia présidée par l'artiste de renommé mondiale Pierrick Here, sera étalé sur une semaine pour permettre aux passionnés d'art de mieux apprécier les œuvres exposées et d'accompagner tous les actes programmés en hommage à l'artiste plasticien de renom Ahmed Cherkaoui( (Boujaad, 2 octobre 1934 -Casablanca, 17 août 1967), précurseur de 'art moderne au Maroc. Entretien avec Zahra Algo, présidente de l'Association « Création et communication » :
Un mot sur les intentions
de cet événement ?
Cet événement se présente comme un forum interculturel à travers des visites guidées, des signatures des livres d'art, des ateliers thématiques et des débats ouverts in situ ou à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca. Il offre un espace de partage d'idées et d'expériences dans les domaines des beaux-arts entre les participants d'ici et d'ailleurs et permet aussi aux visiteurs de découvrir la dynamique de développement socioculturel que connaît le Maroc et l'évolution qui marque le secteur créatif contemporain. Formant une plate-forme promotionnelle présentant tout ce qu'il y a de plus récent dans le domaine des arts plastiques, ce rendez-vous fournit l'occasion propice pour faire connaître les productions artistiques et répond au souci de s ́ouvrir sur toutes les expériences d ́ici et d ́ailleurs. Par ailleurs, ce rendez-vous est destiné aux participants et passionnés d'art afin de multiplier les opportunités de rencontres et cibler au mieux les possibilités d'échange et de partenariat. Cette exposition se veut un libre champ qui offre ainsi de nouvelles opportunités de savoir, de recherche et connaissance et accentue aussi la création et l'interaction.
Cette exposition est dédiée à la mémoire de l'artiste peintre pionnier Ahmed Cherkaoui. Pourquoi
ce choix ?
Il est à rappeler que l'artiste Ahmed Cherkaoui (Boujad, 2 octobre 1934 - Casablanca, 7 Août 1967) est considéré comme l'un des précurseurs de la peinture moderne au Maroc. Issu par son père de la grande famille Cherkaoui dont un des aïeux, Mohamed Cherki, est un soufi célèbre, et par sa mère, qui meurt alors qu'il est encore jeune, d'un village berbère du Moyen Atlas, Ahmed Cherkaoui passe son enfance à Beni-Mellal. Il s'initie à la calligraphie et étudie le Coran puis poursuit ses études secondaires à Casablanca, approfondissant auprès d'un maître réputé son apprentissage de la calligraphie. Désirant partir pour Paris, il exécute différents travaux, panneaux publicitaires, affiches et peintures d'enseigne. Arrivé à Paris en 1956, Cherkaoui s'inscrit à l'École des Métiers d'Art dans la section arts graphiques où il étudie les techniques de la lettre, de la décoration et de l'affiche. Son diplôme obtenu en 1959, il dessine pour la maison Pathé Marconi les maquettes des pochettes de disques du département oriental. Ses premières peintures, figuratives, sont des paysages marocains. Il éprouve un choc lorsqu'il découvre la peinture de Bissière au Musée d'Art Moderne de Paris : « Lorsque j'ai vu Bissière pour la première fois, j'ai été tellement ému que j'ai pleuré. J'ai éprouvé un choc terrible devant ses œuvres. J'avais devant moi la beauté incarnée », confiera-t- il. La même année, il expose pour la première fois ses peintures, faisant le choix de la toile de jute comme support. En 1960 Cherkaoui entre à l'École des Beaux-Arts de Paris. Associé aux peintres de l'École de Paris, il tente la synthèse entre les traditions artistiques populaires marocaines et la modernité artistique européenne. Il expose pour la première fois au Maroc, au « Salon de la jeune Peinture » de Rabat. Ayant reçu en 1961 une bourse d'un an pour étudier à l'Académie des Beaux-Arts de Varsovie, sa peinture évolue au contact des recherches graphiques polonaises et son vocabulaire de signes s'enrichit. En juin, juste à la fin de son séjour polonais, il expose ses nouvelles œuvres à Varsovie.
De retour au Maroc en août 1961, Ahmed Cherkaoui traverse une période de doute et d'interrogations. Il s'intéresse alors au monde des signes, étudiant les graphisme des tatouages, des poteries. Bientôt il brise la structure de ces signes en les intégrant, en marge de toute allusion figurative, à ses compositions et se constitue son langage personnel. Participant à plusieurs expositions collectives, à Paris comme à Casablanca, il est encouragé par Gaston Diehl, président fondateur duSalon de Mai et alors attaché culturel auprès de l'Ambassade de France au Maroc. La même année Cherkaoui s'installe pour l'hiver à Paris où il travaille à une série de gouaches. En 1962 il présente une exposition personnelle et il participe à l'exposition « Peintres de l'École de Paris et Peintres Marocains » organisée par Gaston Diehl à Rabat. Invité au Salon de Mai il y rencontre Ludmilla qu'il épousera l'année suivante. Il fait également partie des expositions « École de Paris 1962 », à la Galerie Charpentier, et « Dix peintres du Maghreb », présentée en 1964 par Pierre Gaudibert à la galerie Le Gouvernail, avec Benanteur, Bouqueton, Guermaz et Khadda. Cherkaoui est par la suite présent dans de nombreuses expositions collectives notamment en France et au Maroc, mais aussi en Algérie, en Espagne, au Japon et en Suède. En mai 1965 il prend un poste de professeur de dessin d'art au collège d'enseignement technique de Beaumont-sur- Oise. Il participe en 1966 au « Festival International des Arts Nègres » de Dakar et à l'exposition « Six Peintres du Maghreb » à Paris, présentée en 1967 à Tunis, avec notamment Benanteur et Guermaz. Il envisage alors de rentrer au Maroc : « Je cherchais à Paris la célébrité, j'y renonce, je rentre au Maroc, je veux former les enfants de chez nous ; si nous voulons sortir du sous-développement, il nous faut tous mettre la main à la pâte ». À moins de trentetrois ans il meurt à Casablanca des complications d'une crise d'appendicite. De nombreux hommages à Cherkaoui sont organisés dans les années suivantes. En 1991 une exposition « Peintres du Maroc : Belkahia, Bellamine, Cherkaoui, Kacimi », est présentée à l'Institut du monde arabe de Paris, qui réalise en 1986 une rétrospective « Cherkaoui ou la passion du signe ». « Enfant, ces signes l'intriguaient chez sa mère qui les portait sous forme de tatouages au visage et sur les mains. Il a fait des recherches à travers l'Atlas et dans différentes régions du Maroc (...). Il les admirés sur les poteries anciennes, les bijoux, les tapis, les cuirs des régions sahariennes (...). Il n'a pas reproduit le signe tel qu'il existait dans l'art traditionnel marocain, mais il l'a transposé par les moyens plastiques qui lui sont propres. (...) Il en a fait un langage pictural personnel, par la luminosité de la couleur, sa richesse, sa densité ».
Qui fait la particularité de cette nouvelle édition ?
Cette nouvelle édition est caractérisée par ce programme éclectique initié en partenariat avec l'Association des Anciens Elèves Casablancais du Grand Casablanca, l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca, l'Association « la pensée plastique » et la Mondial Art Académia : Rencontre avec Dr.Youssef Wahboun (Professeur chercheur et écrivain) autour du thème « l'esthétique et l›esthétique comparée» modérée par Mohammed Mansouri Idrissi (Artiste peintre et président de l'Association « Pensée plastique ») à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca ( vendredi 2 décembre à 15 h ) .Vernissage de l'Exposition « les mains qui voient » à l'Espace La Coupole (siège de l'Association des Anciens Elèves Casablancais du Grand Casablanca)( 18h30h).Samedi 3 décembre 2016 à 16h00: Rencontre avec les artistes participants autour du thème « Parcours et expériences » modérée par Mohamed Mouatassim (Ecrivain et journaliste) à l'Espace La Coupole à 15h (siège de l'Association des Anciens Elèves Casablancais du Grand Casablanca).Mercredi 7 décembre 2016 à 9h00:Rencontre avec Bruno Frère (professeur chercheur et artiste belge )autour du thème «ligne et couleur » modérée par Dr. Cheikh Abdellah (critique d'art) à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca (Annexe Ben M'sik).14h00 :Rencontre avec Kamal Fahmi (Esthète)autour du thème « la critique d'art en question » modérée par Chafik Zougari (artiste peintre critique d'art) à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.