Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    Trade Tensions With Europe Flare as Trump Flexes Economic Muscle    LDC Afrique: Ce qu'il faut savoir sur le choc Maghrébin EST- RAJA    Espagne : arrestation d'un réseau criminel organisant des mariages blancs    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Le PPS au parlement    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    La 31ème édition du Marathon international de Marrakech ce dimanche : Plus de 13.000 athlètes de 75 pays au départ    Entretien avec Adil Terrab, président du Conseil Préfectoral du tourisme Meknès    Le défi national !    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    Angola: Isabel dos Santos accusée formellement de fraude et blanchiment d'argent    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    Qui est le binôme Alj-Tazi, le nouveau duo qui tient les rênes de la CGEM ?    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Terres collectives : Ce que recommande le CESE    Un stand marocain aménagé par l'ONMT : La 40ème édition du FITUR de Madrid se poursuit jusqu'au 26 janvier    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Province de Guelmim : 3 morts et 10 blessés dans un accident de la route    Une quinzaine de routes libre et une douzaine coupée    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    60ème anniversaire de l'USFP Grande manifestation à Larache    EuroMed Droits préoccupé par la restriction de la liberté d'expression    Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers    Les Américains ont moins dépensé en jeux vidéos en 2019    Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère    Atelier de formation à Safi sur l'insertion des jeunes dans le tissu socioéconomique    Insolite : Perché dans un tonneau    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Divers sportifs    Sébastien Desabre : L'atteinte des objectifs est une responsabilité collective qui exige du travail fondé sur la discipline, le respect et l'efficacité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Présentation à El Jadida du livre "Mémoires d'un professeur"    Une nouvelle étoile cinématographique illumine Tiznit    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3ème édition de l'exposition internationale « Les mains qui voient » : Entretien avec Zahra Algo, présidente de l'Association «Création et communication » : : L' événement se présente comme un forum interculturel
Publié dans L'opinion le 20 - 11 - 2016

Suite au grand succès rencontré par la deuxième édition de l'exposition internationale « les mains qui voient », l'association « Création et Communication » organise la troisième édition de cet événement avec la participation de 30 artistes (peinture , photographie artistique, sculpture et design ), et ce du 2 au 10 décembre 2016 à l'espace artistique La coupole ( siège de l'Association des Anciens Elèves Casablancais du Grand Casablanca).
Cette belle expérience initiée en partenariat avec le Conseil de la Commune de Casablanca, l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca, l'Association « la pensée plastique » et la Mondial Art Académia présidée par l'artiste de renommé mondiale Pierrick Here, sera étalé sur une semaine pour permettre aux passionnés d'art de mieux apprécier les œuvres exposées et d'accompagner tous les actes programmés en hommage à l'artiste plasticien de renom Ahmed Cherkaoui( (Boujaad, 2 octobre 1934 -Casablanca, 17 août 1967), précurseur de 'art moderne au Maroc. Entretien avec Zahra Algo, présidente de l'Association « Création et communication » :
Un mot sur les intentions
de cet événement ?
Cet événement se présente comme un forum interculturel à travers des visites guidées, des signatures des livres d'art, des ateliers thématiques et des débats ouverts in situ ou à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca. Il offre un espace de partage d'idées et d'expériences dans les domaines des beaux-arts entre les participants d'ici et d'ailleurs et permet aussi aux visiteurs de découvrir la dynamique de développement socioculturel que connaît le Maroc et l'évolution qui marque le secteur créatif contemporain. Formant une plate-forme promotionnelle présentant tout ce qu'il y a de plus récent dans le domaine des arts plastiques, ce rendez-vous fournit l'occasion propice pour faire connaître les productions artistiques et répond au souci de s ́ouvrir sur toutes les expériences d ́ici et d ́ailleurs. Par ailleurs, ce rendez-vous est destiné aux participants et passionnés d'art afin de multiplier les opportunités de rencontres et cibler au mieux les possibilités d'échange et de partenariat. Cette exposition se veut un libre champ qui offre ainsi de nouvelles opportunités de savoir, de recherche et connaissance et accentue aussi la création et l'interaction.
Cette exposition est dédiée à la mémoire de l'artiste peintre pionnier Ahmed Cherkaoui. Pourquoi
ce choix ?
Il est à rappeler que l'artiste Ahmed Cherkaoui (Boujad, 2 octobre 1934 - Casablanca, 7 Août 1967) est considéré comme l'un des précurseurs de la peinture moderne au Maroc. Issu par son père de la grande famille Cherkaoui dont un des aïeux, Mohamed Cherki, est un soufi célèbre, et par sa mère, qui meurt alors qu'il est encore jeune, d'un village berbère du Moyen Atlas, Ahmed Cherkaoui passe son enfance à Beni-Mellal. Il s'initie à la calligraphie et étudie le Coran puis poursuit ses études secondaires à Casablanca, approfondissant auprès d'un maître réputé son apprentissage de la calligraphie. Désirant partir pour Paris, il exécute différents travaux, panneaux publicitaires, affiches et peintures d'enseigne. Arrivé à Paris en 1956, Cherkaoui s'inscrit à l'École des Métiers d'Art dans la section arts graphiques où il étudie les techniques de la lettre, de la décoration et de l'affiche. Son diplôme obtenu en 1959, il dessine pour la maison Pathé Marconi les maquettes des pochettes de disques du département oriental. Ses premières peintures, figuratives, sont des paysages marocains. Il éprouve un choc lorsqu'il découvre la peinture de Bissière au Musée d'Art Moderne de Paris : « Lorsque j'ai vu Bissière pour la première fois, j'ai été tellement ému que j'ai pleuré. J'ai éprouvé un choc terrible devant ses œuvres. J'avais devant moi la beauté incarnée », confiera-t- il. La même année, il expose pour la première fois ses peintures, faisant le choix de la toile de jute comme support. En 1960 Cherkaoui entre à l'École des Beaux-Arts de Paris. Associé aux peintres de l'École de Paris, il tente la synthèse entre les traditions artistiques populaires marocaines et la modernité artistique européenne. Il expose pour la première fois au Maroc, au « Salon de la jeune Peinture » de Rabat. Ayant reçu en 1961 une bourse d'un an pour étudier à l'Académie des Beaux-Arts de Varsovie, sa peinture évolue au contact des recherches graphiques polonaises et son vocabulaire de signes s'enrichit. En juin, juste à la fin de son séjour polonais, il expose ses nouvelles œuvres à Varsovie.
De retour au Maroc en août 1961, Ahmed Cherkaoui traverse une période de doute et d'interrogations. Il s'intéresse alors au monde des signes, étudiant les graphisme des tatouages, des poteries. Bientôt il brise la structure de ces signes en les intégrant, en marge de toute allusion figurative, à ses compositions et se constitue son langage personnel. Participant à plusieurs expositions collectives, à Paris comme à Casablanca, il est encouragé par Gaston Diehl, président fondateur duSalon de Mai et alors attaché culturel auprès de l'Ambassade de France au Maroc. La même année Cherkaoui s'installe pour l'hiver à Paris où il travaille à une série de gouaches. En 1962 il présente une exposition personnelle et il participe à l'exposition « Peintres de l'École de Paris et Peintres Marocains » organisée par Gaston Diehl à Rabat. Invité au Salon de Mai il y rencontre Ludmilla qu'il épousera l'année suivante. Il fait également partie des expositions « École de Paris 1962 », à la Galerie Charpentier, et « Dix peintres du Maghreb », présentée en 1964 par Pierre Gaudibert à la galerie Le Gouvernail, avec Benanteur, Bouqueton, Guermaz et Khadda. Cherkaoui est par la suite présent dans de nombreuses expositions collectives notamment en France et au Maroc, mais aussi en Algérie, en Espagne, au Japon et en Suède. En mai 1965 il prend un poste de professeur de dessin d'art au collège d'enseignement technique de Beaumont-sur- Oise. Il participe en 1966 au « Festival International des Arts Nègres » de Dakar et à l'exposition « Six Peintres du Maghreb » à Paris, présentée en 1967 à Tunis, avec notamment Benanteur et Guermaz. Il envisage alors de rentrer au Maroc : « Je cherchais à Paris la célébrité, j'y renonce, je rentre au Maroc, je veux former les enfants de chez nous ; si nous voulons sortir du sous-développement, il nous faut tous mettre la main à la pâte ». À moins de trentetrois ans il meurt à Casablanca des complications d'une crise d'appendicite. De nombreux hommages à Cherkaoui sont organisés dans les années suivantes. En 1991 une exposition « Peintres du Maroc : Belkahia, Bellamine, Cherkaoui, Kacimi », est présentée à l'Institut du monde arabe de Paris, qui réalise en 1986 une rétrospective « Cherkaoui ou la passion du signe ». « Enfant, ces signes l'intriguaient chez sa mère qui les portait sous forme de tatouages au visage et sur les mains. Il a fait des recherches à travers l'Atlas et dans différentes régions du Maroc (...). Il les admirés sur les poteries anciennes, les bijoux, les tapis, les cuirs des régions sahariennes (...). Il n'a pas reproduit le signe tel qu'il existait dans l'art traditionnel marocain, mais il l'a transposé par les moyens plastiques qui lui sont propres. (...) Il en a fait un langage pictural personnel, par la luminosité de la couleur, sa richesse, sa densité ».
Qui fait la particularité de cette nouvelle édition ?
Cette nouvelle édition est caractérisée par ce programme éclectique initié en partenariat avec l'Association des Anciens Elèves Casablancais du Grand Casablanca, l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca, l'Association « la pensée plastique » et la Mondial Art Académia : Rencontre avec Dr.Youssef Wahboun (Professeur chercheur et écrivain) autour du thème « l'esthétique et l›esthétique comparée» modérée par Mohammed Mansouri Idrissi (Artiste peintre et président de l'Association « Pensée plastique ») à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca ( vendredi 2 décembre à 15 h ) .Vernissage de l'Exposition « les mains qui voient » à l'Espace La Coupole (siège de l'Association des Anciens Elèves Casablancais du Grand Casablanca)( 18h30h).Samedi 3 décembre 2016 à 16h00: Rencontre avec les artistes participants autour du thème « Parcours et expériences » modérée par Mohamed Mouatassim (Ecrivain et journaliste) à l'Espace La Coupole à 15h (siège de l'Association des Anciens Elèves Casablancais du Grand Casablanca).Mercredi 7 décembre 2016 à 9h00:Rencontre avec Bruno Frère (professeur chercheur et artiste belge )autour du thème «ligne et couleur » modérée par Dr. Cheikh Abdellah (critique d'art) à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca (Annexe Ben M'sik).14h00 :Rencontre avec Kamal Fahmi (Esthète)autour du thème « la critique d'art en question » modérée par Chafik Zougari (artiste peintre critique d'art) à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.