Parlement: Les conseillers peinent sur leur propre règlement    Startups: L'OCP met le turbo    Les européens appelés aux urnes    La tension militaire mobilise le CCG et l'Opep    Violence dans les stades: Le débat encore (re)lancé    L'aide à l'éducation, un modérateur    Service militaire obligatoire. Le roi Mohammed VI ordonne le recrutement de plus de candidats pour cette année    Le roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de Tayeb Bencheikh    L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Divers Economie    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France
Macron officiellement investit chef de l'Etat
Publié dans L'opinion le 15 - 05 - 2017

Emmanuel Macron est arrivé dimanche à 10H00 à l'Elysée, où l'attendait le chef de l'Etat sortant François Hollande, pour devenir le huitième président de la Ve République.
Le plus jeune président français jamais élu, âgé de 39 ans, a remonté d'un pas lent le tapis rouge devant un détachement de la Garde républicaine, avant d'être accueilli par son prédécesseur sur le perron du palais présidentiel.
Les deux hommes ont échangé une poignée de mains de quelques secondes, François Hollande, souriant, posant brièvement la main sur l'épaule de son successeur, avant que tous deux ne gagnent le bureau présidentiel - le Salon d'or du premier étage - pour un entretien d'une demi-heure.
C'est dans ce huis clos que le sortant livre traditionnellement quelques secrets d'Etat à son successeur, à commencer par les fameux codes de l'arme nucléaire. A l'issue de l'entretien, tout s'enchaînera très vite. Emmanuel Macron raccompagnera son prédécesseur jusqu'à sa voiture. Puis il gagnera le Salon des ambassadeurs pour être élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d'honneur avant de rejoindre la Salle des fêtes où le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, proclamera les résultats officiels de l'élection présidentielle.
Un juppéiste à Matignon ?
Par ailleurs, plusieurs indice annoncent depuis quelques jours le député de Seine-Maritime, pour le poste de Premier ministre, pourrait être nommé à Matignon dès ce dimanche soir. Ce qui semble un signal fort pour Les Républicains tentés de collaborer avec Emmanuel Macron: Édouard Philippe, juppéiste de longue date, est donné favori pour être nommé Premier ministre par le nouveau président de la République. Le chef du gouvernement sera désigné aujourd'hui lundi au plus tard, mais Emmanuel Macron pourrait nommer le maire du Havre à Matignon dès ce dimanche, au risque de jeter une ombre sur son propre sacre.
Les deux hommes sont largement compatibles idéologiquement: «Macron pense à 90% la même chose que moi», déclarait Édouard Philippe fin 2016. Sa nomination à la tête du premier gouvernent du quinquennat d'Emmanuel Macron serait une nouvelle étape dans le projet de recomposition du paysage politique voulu par ce dernier. Cependant, le poids politique modeste d'Édouard Philippe chez Les Républicains, jusqu'ici simple lieutenant d'Alain Juppé, limite l'impact que pourrait avoir sa nomination dans les rangs de la droite.
Ces derniers jours, les indices accréditant l'hypothèse Édouard Philippe se sont multipliés. Vendredi, Richard Ferrand estimait sur BFM TV que la nomination du Premier ministre serait «sans doute l'élément déclencheur» d'un ralliement des Républicains modérés à la cause présidentielle.
Jeudi, Édouard Philippe se demandait lui-même si Emmanuel Macron allait choisir «la tradition», qu'il regarderait «avec respect mais avec distance», ou la «transgression», à propos de laquelle il ne souhaite pas «répondre par avance». Dans la foulée, le député de Seine-Maritime s'est lancé dans un discours de politique générale et internationale, surprenant dans un discours de campagne législative.
Le Premier ministre choisi par Emmanuel Macron aura pour première mission de mener le camp présidentiel aux législatives, afin d'obtenir une majorité pour gouverner.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.