Affaire Ghali: La justice espagnole "enterre" l'affaire après 1 an d'enquête    Météo Maroc: temps assez chaud à chaud ce vendredi 27 mai    L'acteur américain Ray Liotta, star des "Affranchis", décède à 67 ans    Hussein al-Cheikh, nouveau secrétaire général de l'OLP    [Vidéo] Jets d'oeufs et de tomates accueillent la visite de Tebboune en Italie, confronté à la diaspora du Hirak    Sénégal: Macky Sall limoge son ministre de la Santé après la mort de 11 bébés    Nayef Aguerd se rapproche de la Premier League    « Le Bleu du Caftan » de Maryam Touzani à Cannes    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Un impératif et non une option pour le CESE    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Inflation : la facture de compensation s'alourdit de 15 milliards de dirhams    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Variole du singe: plus de 200 cas confirmés dans le monde    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Maroc: Les arrivées de touristes grimpent à 1,5 million à fin avril 2022    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    Les changements climatiques augmentent les canicules    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crise des valeurs à l'école
Une violence inadmissible qui met à mal tout le système
Publié dans L'opinion le 27 - 11 - 2017

Des enseignants agressés, un buzz sur les réseaux sociaux, une condamnation unanime de ces actes de violence inadmissibles, un ministère de l'éducation nationale qui dénonce en soulignant que l'intégrité physique du corps enseignant et des cadres administratifs est un droit qui ne peut en aucun cas être violé tout en ordonnant aux académies de se porter partie civile dans tout procès ou des enseignants sont pris à partie lors de l'exercice de leur fonction. Bref c'est une mobilisation générale contre ces agissements. Et pourtant on donne l'impression que le phénomène nous dépasse, qu'on agit à postériori sur les conséquences dramatiques de ces violences au lieu de prévenir et de s'attaquer aux causes réelles.
Il y a juste un mois, le programme national d'évaluation des acquis, organe d'évaluation du Conseil Supérieur de l'Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFRS) avait sonné l'alarme : 15% des élèves fument, 13% se droguent, 10% consomment de l'alcool, 18% se sentent victimes de harcèlement sexuel et moral, bref environ 60 % des élèves jugent leur environnement scolaire de façon négative, incompatible avec leur épanouissement personnel. Ces chiffres rendus publics reposait avec acuité la problématique de la moralisation de la vie scolaire et du degré de respect des valeurs liées aux règles élémentaires de la sociabilité telles que le respect des personnes et des biens, le respect des enseignants et du personnel éducatif, le respect de l'autre et de ses opinions, le rejet de l'intolérance...une crise de valeurs aux conséquences graves qui pourrait transformer un espace de savoir et de connaissance en lieux de conflits, d'incivilité de tout genre, de repli sur soi. Une crise de valeurs pouvant évoluer sur une crise d'identité qui ébranle les principes mêmes de la scolarisation comme moyen de socialisation, du vivre ensemble, d'ouverture et de citoyenneté.
Prendre des enseigant(e)s à partie au sein même de l'établissement scolaire, les agresser, les apeurer n'est pas un acte d'indiscipline anodin, c'est un acte de violence sur une figure d'autorité « éducative » qui met à mal tout le système, en plus de son caractère pénal.
Le défi de l'école marocaine aujourd'hui, lieu de socialisation par excellence, c'est de trouver le moyen adéquat pour intégrer le collectif et les valeurs partagées en s'éloignant de certaines pratiques individuelles de repli, et de valoriser le plaisir du vivre ensemble, de donner une chance à chacun de s'épanouir afin de lutter contre l'échec et l'abandon scolaire. L'école devrait offrir l'occasion aux enfants et aux jeunes d'intégrer un comportement responsable et citoyen, en donnant du sens aux savoirs, en cultivant le sens des responsabilités, la capacité à résoudre d'une façon civilisée des conflits, l'engagement à servir la collectivité, l'ouverture aux idées et au respect des jeunes filles, du corps enseignant et des règles.
Mais pour qu'elle puisse remplir son rôle social et éducatif, émanciper, reconnaître les différences, promouvoir la solidarité, l'école a besoin, elle-même, d'être respectée par tous les intervenants, et en premier lieu les parents et les élèves. On est loin, très loin de cette tradition marocaine qui respecte, dans tous les villages et les ksours du Maroc, deux espaces « sacrés », la mosquée et l'école. Maintenant, si l'espace de la mosquée est toujours respecté, les écoles rurales sont quotidiennement violées, saccagées, vandalisées. Quel dommage.
Autre problème majeur auquel le ministère devrait s'attaquer est le laxisme ambiant et la démission des acteurs de l'éducation. L'apprentissage de la citoyenneté passe par le respect des règles, d'ailleurs souvent émises par les élèves eux-mêmes sous forme de chartes de bonne conduite. Toute transgression doit être immédiatement sanctionnée. Tolérance zéro sur la violence, le harcèlement, le vandalisme, les incivilités...tout laxisme sur ses principes de base est une complicité silencieuse condamnable.
Les éducateurs dans les lycées et collèges marocaines font le même constat. Les élèves perturbateurs, réfractaires à l'autorité, adoptent les mêmes comportements et commettent les mêmes délits (se bagarrer, insulter un professeur, sécher les cours, fumer ...) , tandis qu'un fort sentiment d'impunité règne. La faute à une administration permissive qui rechigne à réagir, à sanctionner et préfère attendre que ça passe...de peur d'être considérée, par les supérieurs, d'incapable et de donner une « mauvaise » image de l'établissement.
On oublie souvent que la sévérité dans le respect des normes permet d'instaurer une atmosphère propice aux études, à la cordialité, établissant un rapport assaini entre élèves et adultes. Inversement, le laxisme et l'absence de sanction produisent une ambiance délétère où le respect ne se gagne qu'à travers de perpétuels rapports de force, où les problèmes de harcèlement, de violence, d'absentéisme et d'incivilités sont le lot quotidien des administrations pédagogiques.
Les directions d'établissements ont un rôle primordial à tenir dans la garantie de l'ordre et de la discipline. Ils n'ont pas vocation à tout accepter pour donner l'illusion d'un établissement « sans problèmes » mais au contraire à exprimer l'intransigeance de l'adulte en charge de faire respecter le règlement et les lois en vigueur. Sans quoi tout est permis.
Eduquer, c'est aussi transmettre des valeurs de respect et d'intériorisation des codes et lois qui permettent le « vivre ensemble ». Des règles sont à observer dans l'établissement scolaire afin de permettre l'épanouissement de chacun.
En éducation, les principes basiques de l'élaboration d'une bonne règle nous semblent évidents..D'abord, la règle existe : elle est connue, concrète et claire. « Nul n'est censé ignorer la loi » : il importe que la règle soit connue tant pour ceux à qui elle s'applique que pour ceux chargés de la faire appliquer. Elle est écrite pour pouvoir être consultée par tous, pour éviter la désinformation et l'arbitraire. C'est de la responsabilité de l'adulte de porter à la connaissance de l'enfant des règles qui sont de mise dans milieu scolaire.
Ensuite, cette règle doit être appliquée pour tous sans distinction, basée sur des valeurs respectées par tous les acteurs, enseignants, élèves, administration. Et toute transgression est assortie d'une sanction.
Il ne faut pas se mentir, le dernier rapport du programme national d'évaluation des acquis, organe d'évaluation du Conseil Supérieur de l'Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFRS) sur les incivilités à l'école est alarmant. Il touche aux fondements même de notre société, de ses valeurs, de ses constantes, c'est un signal d'alarme inquiétant. Il y va de la responsabilité de tous les intervenants dans le milieu scolaire pour essayer de replacer la moralisation au cœur du système. Ces violences sur des enseignants traduisent un malaise général qui ne peur être résolu à coups de « circulaires ». Tous les intervenants doivent se mobiliser pour rassurer, éduquer, sensibiliser, conscientiser et le cas échéant punir et sanctionner afin de rendre à l'école marocaine sa dignité et sa mission basique comme lieu de savoir, de non-violence, d'éducation et sociabilisation.
Hassan BENMAHMOUD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.