Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Votre e-magazine Challenge N°750 du vendredi 03 juillet 2020    Voici le nouveau premier ministre de France    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Enseignement à distance: ce qu'en pensent les candidats au bac (VIDEO)    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Démission du gouvernement français: ce que l'on sait    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Fès: drame évité de justesse à l'ancienne médina    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Edouard Philippe présente sa démission    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Edito : Bac    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Les allégations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume mises à nu    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen se saisit officiellement de l'affaire    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Propositions de la Confédération Marocaine de TPE-PME relatives au projet de loi de finance 2019
Augmentation du plafond des microcrédits à 200.000 DH
Publié dans L'opinion le 28 - 10 - 2018

*Création d'un fonds public pour le rachat de créances professionnelles *Modification de l'article 536 du code de commerce
Une réunion est prévue aujourd'hui, samedi 27 octobre, entre le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Otmani et une délégation de la Confédération Marocaine de TPE-PME, présidée par son président, Abdellah El Fergui. Objectif ; discuter des propositions de la Confédération pour le projet de loi de finance 2019.
Ainsi, au niveau du financement, la Confédération propose d'augmenter le plafond des microcrédits passant de 50.000 DH à 200.000 DH ou plus. C'est à dire permettre aux associations de micro-finance d'octroyer des crédits jusqu'à 200.000 dhs pour financer une tranche importante des TPE (Très Petites Entreprises).
La Confédération suggère aussi la création d'un fonds public pour le rachat de créances professionnelles des TPE. Cela permettrait, selon la Confédération, d'accompagner les TPE et PME dans le financement de leurs trésoreries et d'agirait de manière dissuasive contre les entreprises en retard de paiement.
Aménagement des textes de lois
Côté Aménagement des textes de lois, la Confédération propose la modification de l'article 536 du code de commerce concernant la cession de créances professionnelles. « Car de nombreuses entreprises souhaitent bénéficier de solutions d'affacturage accordées par des établissements de crédits. Néanmoins, ces derniers appliquent l'article 536 du Code de Commerce, pour financer les entreprises, qui stipule que « Sur la demande du cessionnaire, le débiteur peut s'engager à le payer directement ; cet engagement est constaté, à peine de nullité, par un écrit intitulé « acte d'acceptation de la cession d'une créance professionnelle » ».
« En quelques mots, poursuit la même source, si le débiteur cédé n'appose pas sa signature avec l'intitulé précédent, le cédant ne pourra pas avoir accès au financement ».
Étant donné cette situation, la Confédération propose, pour les créances professionnelles cédées inférieures à 3 millions de dirhams, à ce que le débiteur cédé s'engage par défaut à régler la dite créance entre les mains de l'établissement cessionnaire après notification de la cession.
Cette modification serait applicable à toute créance professionnelle inférieure à 3 millions DH et faciliterai l'accès aux solutions d'affacturage pour la TPE et PME.
Accès au financement
Concernant le problème d'accès au financement en relation avec les retards de paiements qui causent 40% des faillites des TPE et PME (Petites et Moyennes Entreprises), la Confédération recommande de modifier l'article 529 formant code de commerce et permettre, par conséquent, la cession de créance aux associations de micro finances et aux institutions publiques en plus des établissements de crédit. Il s'agit, en d'autres termes, d'autoriser les Associations de micro-finance (AMF) à racheter les factures commerciales à hauteur de 500.000 DH.
La 5ème proposition en question est relative à la participation des TPE-PME au marché public. La Confédération estime en ce sens qu'il serait préférable d'éliminer la procédure de publication de l'estimation et arrêter la procédure fiscale relative à l'article 221 qui stipule que les TPE doivent revoir leur chiffre d'affaires en entente avec l'administration fiscale. Faute de quoi, la révision fiscale devient obligatoire.
Par ailleurs, dans le but d'améliorer l'environnement des TPE, la Confédération propose un code de travail souple et adapté aux TPE.
Accès aux marchés publics
Concernant l'accès aux marchés publics, la Confédération estime qu' il est préférable d'accompagner l'application de la loi des 20% de PME dans les marchés publics. « Cette loi a aujourd'hui du mal à être appliquée à cause du flou juridique qui l'entoure : La majorité des TPE ignorent la base du calcul de cette règle (montant total des marchés ou nombre de commandes) », est-il souligné.
Concernant les commandes publiques, la Confédération souligne, étant donné que les CPS exigent des références et des attestations de capacité financière, ce qui disqualifie automatiquement la TPE pour la soumission aux marchés publics, la nécessité d'examiner ce dossier.
Autre proposition de la Confédération : dédier et développer des espaces régionaux aux pépinières et espaces de co-working, dans des zones à forte valeur ajoutée pour les TPE.
Dans le domaine de la fiscalité, la Confédération demande d'une amnistie fiscale et de CNSS pour les TPE-PME en difficultés, avec suppression de toutes les pénalités, et octroi d'un paiement étalé sur trois ans, ainsi que l'octroi des attestations fiscales et de CNSS pour permettre aux TPE de soumissionner dans les marchés publics. Pour le même volt, elle propose d'exonérer les TPE de la cotisation minimale de l'IS, qui est de 3000 DH/an et qui doit être payée en totalité sans des facilités de paiement.
Elle recommande aussi d'augmenter la durée de l'exonération de la cotisation minimale de 36 mois à 60 mois.
A. CHANNAJE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.