Sahara: soutien chilien au Maroc depuis Rabat    Météo: le temps qu'il fera ce mardi au Maroc    Enfant brûlé vif dans un incendie à Salé: les précisions des autorités    Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers    Sortie manquée du Raja à Ismaïlia    L'ASFAR confirme, la RCAZ se ressaisit    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    Le bilan du coronavirus continue de grimper    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Hommage posthume à Abderrahmane Achour, ex-directeur de la radio nationale    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    Affaire Hamza mon bb : Saïda Charaf nie avoir été convoquée par la police    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Clôture en beauté du raid solidaire «Sahraouiya»    Coronavirus : le bilan s'élève à 1.770 morts en Chine et l'évolution reste «impossible à prévoir»    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Le WAC défait, la RSB accrochée et le MCO en profite    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline face au club égyptien d'Ismaily en demi-finale aller    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise des enseignants contractuels
Épilogue ou trêve passagère
Publié dans L'opinion le 02 - 05 - 2019

L'une des crises sociales majeures de ces dernières semaines semble avoir trouvé son épilogue, du moins pour le moment, grâce à l'intermédiation du Parti de l'Istiqlal. Les enseignants contractuels ont en effet suspendu depuis lundi leur mouvement de protestation pour regagner leurs classes, suite à une intervention réussie de la part du groupe parlementaire istiqlalien.
Après des semaines de grèves, cadencées de sit-in et de marches de protestations qui avaient atteint leur paroxysme à deux reprises, à la mi-mars et fin avril, avec de graves troubles devant le siège du Parlement où les enseignants grévistes ont été dispersés sans ménagement par les forces de l'ordre, un calme relatif semble être revenu dans la capitale. Et il était temps ! Principales victimes collatérales de ce contentieux social où le Ministère de l'Education Nationale (MEN) et son actuel pensionnaire, M. Saïd Amzazi, se sont distingués par leur entêtement démesuré, les élèves marocains semblaient en effet de plus en plus menacés par le spectre d'une année blanche.
Ceci malgré les déclarations se voulant rassurantes de M. Amzazi qui a affirmé à deux reprises sous la coupole de la Chambre des conseillers qu'il n' y aurait pas d'année blanche, et que les préparatifs pour les examens de fin d'année allaient bon train.
Le dénouement enregistré après le 13 avril, date de la première réunion lors de laquelle le ministre de l'Education a daigné rencontrer des membres de la Coordination nationale des enseignants contractuels, avait été suivi d'une grande déception lorsque ces derniers s'étaient rétractés de leur accord de reprise de service. Ledit accord prévoyait de mettre fin à cette série de grèves et la reprise des cours, parallèlement à la poursuite d'un nouveau round de dialogue le 23 avril. Tandis qu'en contrepartie, le ministère s'était engagé à annuler les sanctions déjà prononcées contre les grévistes.
Une fois cet accord tombé à l'eau, les grèves ont repris de plus belle avec le retour massif des «contractuels» dans le centre-ville de Rabat. L'apogée sera atteinte les mercredi 23 et jeudi 24 avril avec des troubles graves où seront utilisées les matraques et les canons à eau. Il n'en fallait pas plus pour que le groupe parlementaire istiqlalien qui avait déjà proposé ses bons offices, intervienne avec comme ligne de mire la continuité du service public en vue d'évacuer le risque d'année blanche. M. Abdeslam Lebbar, président du groupe parlementaire istiqlalien à la deuxième Chambre, qui a mené cette médiation dans la nuit de jeudi à vendredi 26 avril, a tenu à souligner qu'il était «primordial de trouver un terrain d'entente et de réduire le gap des divergences entre les deux parties».
Cette initiative a été hautement saluée par le ministère de tutelle qui a réitéré sa disposition à reprendre les termes et les engagements contenus dans l'accord du 13 avril. De leur côté, les enseignants ont insisté sur la nécessaire annulation des décisions de révocation prononcées à leur encontre, ainsi que sur la suspension des tests d'aptitude professionnelle qui leur ont été imposés et sur le versement des salaires qui leurs sont dus. Mais fait révélateur de la persistance d'un sentiment d'humiliation, d'injustice et de manque de confiance envers le MEN parmi leurs rangs, les « contractuels » ont annoncé dans un communiqué parvenu à «L'Opinion » leur volonté de continuer à porter un brassard noir en guise de « deuil pour la dignité de l'enseignant ». Le même communiqué exprime le refus de tout plan de contractualisation et de recrutement public régional, rappelant la revendication originelle et non négociable d'une intégration pure et simple des «contractuels » au statut de fonctionnaires du ministère de l'Education nationale.
Rappelons que durant les grèves et par souci d'assurer la continuité de la scolarité, le ministère avait appelé en renfort des diplômés universitaires, des enseignants du secteur privé ainsi que des enseignants retraités afin d'enseigner les élèves des classes diplômantes, en l'occurrence le Baccalauréat. Mais aujourd'hui, après l'intermédiation de l'Istiqlal, les enseignants contractuels ont repris leurs classes tout en assurant être disposés à reprendre leur mouvement, au moindre «coups bas» du ministère.
Ce n'est pas la première fois, faut-il le rappeler, que le Parti de l'Istiqlal intervient dans cette crise afin d'apaiser les esprits et trouver un climat d'entente entre les diverses parties. En effet, le groupe parlementaire istiqlalien à la Chambre des Représentants avait réussi à convaincre les autres groupes d'apporter un important amendement au projet de loi-cadre pour la réforme de l'éducation, et qui concerne la suppression de toute référence à la contractualisation de l'article 38 dudit texte.
Samir ZERRADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.