De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loi-cadre sur l'enseignement
Séisme en vue au PJD
Publié dans L'opinion le 22 - 07 - 2019

Abdelilah Benkirane n'est plus l'homme qui jurait par tous les saints de ne plus s'immiscer dans les affaires du gouvernement. Il n'est plus non plus celui qui s'interdisait de s'exprimer en dehors des institutions. Aux débats dans les organes de son parti, il préfère désormais "prêcher" depuis le salon de sa villa au quartier les Orangers de Rabat, face caméra.
Comme on s'y attendait, Abdelilah Benkirane a finalement réagi à l'adoption, mercredi 16 juillet, du projet de loi cadre sur la réforme de l'enseignement au sein de la commission parlementaire de l'enseignement, de la culture et de la communication. Dans un Live Facebook diffusé dans la soirée du samedi dernier suivant la même scénographie habituelle, avec en toile de fond un portrait de lui avec son défunt compagnon de route Abdellah Baha et dans un timing parfait, à 24 heures de la séances plénière du Parlement devant débattre de la loi sur l'enseignement, rappelant celui de sa dernière sortie en mars contre cette même loi, l'ex Chef du gouvernement n'a pas mâché ses mots.
Dans une diatribe caustique mêlant arabe littéraire, références coraniques et dictons populaires en Darija, il a dirigé ses flèches contre ses "frères" et, en première ligne, Saâd Eddine El Othmani pour avoir non seulement laissé passer le projet de loi-cadre sur l'Enseignement, mais pour l'avoir soutenu. Preuve de l'influence des Live de Benkirane sur la vie du parti au pouvoir, le président du groupe parlementaire du PJD, Driss Azami, a remis sa démission au Secrétaire général du parti, quelques minutes après la fin de la diffusion de la vidéo. Une information confirmée à "L'Opinion" par Souleimane Amrani, le vice Secrétaire général du parti de la lanterne.
Le vote de ce texte en commission parlementaire avait en effet été marqué par l'opposition de deux PJDistes aux amendements des articles 2 et 31, suivie par une volte-face de ces mêmes députés, qui ont validés en fin de compte le texte dans son ensemble, s'alignant ainsi sur le vote de l'ensemble du groupe parlementaire du PJD. Pour rappel, ces deux articles instaurent une "alternance linguistique" (consécration des langues nationales tout en admettant le recours aux langues étrangères dans certaines matières) à travers, notamment, l'enseignement des matières scientifiques et techniques en langues étrangères.
"L'appartenance à ce parti
ne m'honore plus"
Dans son allocution de 38 minutes, l'ex patron du PJD a admis ne plus se reconnaître dans le parti qu'il a "lui-même fondé". "La langue arabe est inscrite dans nos documents fondateurs, comment peut-on l'abandonner en faveur de la langue du colonisateur?" s'est-il exclamé, avant de menacer: "je pense sérieusement à quitter ce parti auquel je ne suis plus honoré d'appartenir". Pour le Chef du gouvernement limogé en 2017, l'adoption du projet de loi-cadre est "une honte sans précédent", intolérable pour "un parti à référence islamique". Il reproche notamment à l'actuel commandement du PJD d'avoir débattu du positionnement du parti vis-à-vis de cette réforme au sein du Secrétariat général, alors qu'une telle question "de principes", compte tenu de son importance, devait être soumise au débat dans le cadre du Congrès national du parti", a-t-il préconisé.
En s'adressant directement à son successeur El Othmani, Benkirane a ouvertement remis en question la participation du PJD au gouvernement, au sein duquel "il n'a plus rien à faire". "C'est notre erreur la plus flagrante depuis que nous dirigeons le gouvernement", a estimé celui qui considère que les mesures disciplinaires qui risquent d'être prises contre les deux députés frondeurs seront "également des mesures contre [sa] personne".
Tandis que son vote est programmé pour la séance plénière du lundi 21 juillet au parlement, le sort du projet de loi-cadre sur l'enseignement s'assombrit avec la sortie du sulfureux Benkirane et la démission de son protégé Driss Azami. Et même si, par la force des choses, la loi-cadre est adoptée lundi à la première Chambre, elle risque de creuser les fossés au sein du PJD, divisé par les clivages internes depuis la constitution du gouvernement El Othmani.
Amine Derkaoui


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.