La démocratie locale…reportée    Un fidèle en amitié et en militantisme    Tourisme: Ebranlés par la crise, les professionnels dans l'expectative    Mendyl, direction Bordeaux?    Moto GP: le Grand Prix du Japon annulé    Ronaldo: «Messi est bien sûr le numéro 1»!    Le grand défi!    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Fès-Meknès : amphithéâtres et salles couvertes pour les épreuves du baccalauréat    Assurance: le groupe Holmarcom opère la fusion de ses deux filiales    L'insécurité juridique extrinsèque au droit du travail    La crise sanitaire; une opportunité ?    L'illustration du nombrelisme européen: allons nous vers l'explosion?    Coronavirus : le ministère de la Santé lance l'application «Wiqaytna »    Maroc Telecom lance sa solution de paiement mobile    Coronavirus : 12 nouveaux cas, 7.819 au total, lundi 1 juin à 10h    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Modeste grandeur    Tanger: La plaque commémorative de la Rue Abderrahmane El Youssoufi saccagée    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Le plan de relance proposé par la CGEM, un référentiel extrêmement riche    La Hongrie tord le cou à la propagande du Polisario    La Cour d'appel de Marrakech en ordre de bataille contre le coronavirus    Le Yémen réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Marie-Hélène El Youssoufi adresse un message de condoléances au Souverain    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Le Maroc dans le peloton des pays relativement peu touchés par le Covid-19    Khalid Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Saad Dine El Otmani exclut tout recours à une politique d'austérité    Avis de tempête sur l'avenir professionnel des jeunes    Le Groupe Renault annonce la suspension du projet d'augmentation de ses capacités au Maroc    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    L'acteur égyptien Hassan Hosni s'est éteint à l'âge de 89 ans    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Message de condoléances de SM le Roi à la veuve du grand militant, feu Abderrahmane El-Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loi-cadre sur l'enseignement
Séisme en vue au PJD
Publié dans L'opinion le 22 - 07 - 2019

Abdelilah Benkirane n'est plus l'homme qui jurait par tous les saints de ne plus s'immiscer dans les affaires du gouvernement. Il n'est plus non plus celui qui s'interdisait de s'exprimer en dehors des institutions. Aux débats dans les organes de son parti, il préfère désormais "prêcher" depuis le salon de sa villa au quartier les Orangers de Rabat, face caméra.
Comme on s'y attendait, Abdelilah Benkirane a finalement réagi à l'adoption, mercredi 16 juillet, du projet de loi cadre sur la réforme de l'enseignement au sein de la commission parlementaire de l'enseignement, de la culture et de la communication. Dans un Live Facebook diffusé dans la soirée du samedi dernier suivant la même scénographie habituelle, avec en toile de fond un portrait de lui avec son défunt compagnon de route Abdellah Baha et dans un timing parfait, à 24 heures de la séances plénière du Parlement devant débattre de la loi sur l'enseignement, rappelant celui de sa dernière sortie en mars contre cette même loi, l'ex Chef du gouvernement n'a pas mâché ses mots.
Dans une diatribe caustique mêlant arabe littéraire, références coraniques et dictons populaires en Darija, il a dirigé ses flèches contre ses "frères" et, en première ligne, Saâd Eddine El Othmani pour avoir non seulement laissé passer le projet de loi-cadre sur l'Enseignement, mais pour l'avoir soutenu. Preuve de l'influence des Live de Benkirane sur la vie du parti au pouvoir, le président du groupe parlementaire du PJD, Driss Azami, a remis sa démission au Secrétaire général du parti, quelques minutes après la fin de la diffusion de la vidéo. Une information confirmée à "L'Opinion" par Souleimane Amrani, le vice Secrétaire général du parti de la lanterne.
Le vote de ce texte en commission parlementaire avait en effet été marqué par l'opposition de deux PJDistes aux amendements des articles 2 et 31, suivie par une volte-face de ces mêmes députés, qui ont validés en fin de compte le texte dans son ensemble, s'alignant ainsi sur le vote de l'ensemble du groupe parlementaire du PJD. Pour rappel, ces deux articles instaurent une "alternance linguistique" (consécration des langues nationales tout en admettant le recours aux langues étrangères dans certaines matières) à travers, notamment, l'enseignement des matières scientifiques et techniques en langues étrangères.
"L'appartenance à ce parti
ne m'honore plus"
Dans son allocution de 38 minutes, l'ex patron du PJD a admis ne plus se reconnaître dans le parti qu'il a "lui-même fondé". "La langue arabe est inscrite dans nos documents fondateurs, comment peut-on l'abandonner en faveur de la langue du colonisateur?" s'est-il exclamé, avant de menacer: "je pense sérieusement à quitter ce parti auquel je ne suis plus honoré d'appartenir". Pour le Chef du gouvernement limogé en 2017, l'adoption du projet de loi-cadre est "une honte sans précédent", intolérable pour "un parti à référence islamique". Il reproche notamment à l'actuel commandement du PJD d'avoir débattu du positionnement du parti vis-à-vis de cette réforme au sein du Secrétariat général, alors qu'une telle question "de principes", compte tenu de son importance, devait être soumise au débat dans le cadre du Congrès national du parti", a-t-il préconisé.
En s'adressant directement à son successeur El Othmani, Benkirane a ouvertement remis en question la participation du PJD au gouvernement, au sein duquel "il n'a plus rien à faire". "C'est notre erreur la plus flagrante depuis que nous dirigeons le gouvernement", a estimé celui qui considère que les mesures disciplinaires qui risquent d'être prises contre les deux députés frondeurs seront "également des mesures contre [sa] personne".
Tandis que son vote est programmé pour la séance plénière du lundi 21 juillet au parlement, le sort du projet de loi-cadre sur l'enseignement s'assombrit avec la sortie du sulfureux Benkirane et la démission de son protégé Driss Azami. Et même si, par la force des choses, la loi-cadre est adoptée lundi à la première Chambre, elle risque de creuser les fossés au sein du PJD, divisé par les clivages internes depuis la constitution du gouvernement El Othmani.
Amine Derkaoui


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.