Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'expérience constitutionnelle marocaine mérite le soutien de la communauté internationale en tant que modèle pour le monde arab
Publié dans MAP le 28 - 01 - 2012

. L'expérience constitutionnelle marocaine mérite le soutien de la communauté internationale en tant que modèle à suivre dans les pays de la région arabe en crise, estime le Pr. Charles Saint-Prot, directeur de l'Observatoire d'Etudes géo-politiques (OEG), basé à Paris.
Cette expérience, consacrant "l'exception marocaine", peut, à terme, servir d'"exemple pour les autres pays d'une région en proie aux crises, à la violence et aux aventures les plus périlleuses", écrit le juriste français dans une contribution aux débats du journal français +Les Echos+, publiée vendredi sur son site web.
"En tout cas, une expérience méritant d'être encouragée et soutenue par la communauté internationale, en premier lieu par la France qui sait mieux que tout autre que le royaume chérifien est le meilleur garant de la stabilité au sud de la Méditerranée", souligne-t-il.
Pour le Pr Saint-Prot, la réforme constitutionnelle lancée par SM le Roi le Mohammed VI, dans le discours royal du 9 mars 2011, et opérée "après une large consultation de tous les partis et des forces vives du pays", par le référendum populaire du 1er juillet, "n'est pas conjoncturelle".
Cette évolution "significative" dans le sens d'"un approfondissement démocratique" prend en considération "les grandes constantes de la nation marocaine" tout en consacrant "l'exception marocaine: l'évolution dans la tranquillité, c'est-à-dire la construction d'un modèle spécifique de monarchie démocratique en concomitance avec le développement humain durable", précise-t-il.
La réforme constitutionnelle n'a pas pour objet, dit-il, d'"être dans l'air du temps, de coller artificiellement à un quelconque +printemps arabe+ dont on sait bien que c'est davantage un slogan médiatique qu'une réalité indiscutable", mais elle "constitue un choix stratégique propre à une vieille nation qui a ses propres réalités sociales, économiques et politiques lesquelles -malgré des similitudes apparentes- sont très différentes des autres pays arabes".
"C'est la raison pour laquelle le Maroc peut se distinguer dans la région en conduisant à son rythme et dans un large consensus les changements qui lui conviennent. Il doit être clair que le modèle sera purement marocain, et en aucun cas l'imitation aveugle d'un système étranger car un système institutionnel n'est pas transposable d'un pays à l'autre", explique-t-il.
Il a tenu à rappeler que le mouvement actuel de réformes est initié au Maroc depuis les années 1990, plus particulièrement depuis 1999, date de l'accession au trône de SM le Roi qui a "véritablement enclenché une dynamique réformatrice globale marquée par de nombreuses initiatives" (Code de la famille, Instance Equité et Réconciliation (IER), Initiative nationale pour le développement humain, Réforme du champ religieux, Régionalisation, Conseil économique et social etc.).
Pour le directeur de l'OEG, l'objectif général de ce processus est "clair": Il vise, d'une part, au renforcement du lien social et du pacte fondamental sur lequel repose la nation, et, d'autre part, au parachèvement de l'Etat de droit moderne. Ainsi, relève-t-il, la réforme consiste d'abord dans la mise en place d'"une décentralisation avancée".
Le Pr Saint-Prot retient également comme points majeurs de cette réforme: "la constitutionnalisation des droits et libertés publiques" et "le rééquilibrage, ou plutôt l'harmonisation et la répartition des responsabilités avec un roi arbitre, garant des valeurs spirituelles et de l'unité et principal acteur du progrès et du développement, un gouvernement doté de pouvoirs renforcés, un parlement légiférant et une justice indépendante".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.