Le besoin de financement brut moyen par mois à 13,4 MMDH au S2    Bliken en Afrique pour contrer la présence russe et chinoise    CAN Beach Soccer : Maroc – CIV, les Eléphants se retirent à cause d'un penalty    Le gouvernement appelle les fonctionnaires à soigner leur tenue vestimentaire    Fabrice Sawegnon. Eye of the Tycoon    ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent au programme Future we want    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Marhaba 2022 : Plus de 530.000 passagers entrés au Maroc via Tanger Med    Campagne 2021/22: Baisse de 14% de la valeur ajoutée agricole prévisionnelle    Une page héroïque dans l'histoire du Maroc    Gaza: Le bilan des frappes israéliennes monte à 44 morts dont 15 enfants    Les armes crépitent à nouveau dans le Haut-Karabakh    Affaire Pegasus: les services espagnols incapables d'identifier les documents volés    Football: Le Rapide Oued Zem a un nouveau président    Le Raja Casablanca signe le Libérien Peter Wilson    Supercoupe de la CAF: Wydad-Berkane aura-t-il vraiment lieu à Laâyoune?    Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    L'option Ammouta se précise ?    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    La DGAPR explique par rapport à la situation de Souleimane Raissouni    Célébrations Achoura: 17 personnes interpellées dans plusieurs villes du Royaume    Interview. Moudawana: voici ce qu'il faut changer, selon Amina Bouayach    Espagne: arrestation d'un Marocain qui jetait des pierres sur des baigneurs    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    Tanjazz est de retour !    Retour des festivités dans les quatre coins du royaume    Entre les Doukkalis et les chevaux, un lien profondément enraciné dans l'histoire    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    Espérance de vie en Afrique : Une longévité inégalée et en demi-teinte de la population    Traite des êtres humains : Simulation d'enquête et de procès entre le Maroc et le Niger    Marrakech : Les espaces verts, refuges « nocturnes » face à la chaleur torride    Casablanca : Avertissements sur la propagation des «chiens errants»    Nouveau roman d'Abderrahim Kamal: Quand des personnages manipulent leurs propres peaux    Casablanca : Lever de rideau sur la 1ère édition du Festival Al Fida national de théâtre    FC Séville : Youssef En-Nesyri persona non grata auprès des supporters    [Vidéo] Usine Auto Hall à Casablanca. Une nouvelle ligne de montage pour les camions Foton    L'AMMC lance son portail Fintech    Les Britanniques reviennent à l'argent liquide pour mieux gérer leurs dépenses    Palestine : Ce que le Maroc accomplit, ce que l'Algérie s'obstine à détruire et instrumentaliser    Renault ElectriCity. Le nouveau fer de lance du losange pour développer sa gamme électrique    Trophée Joan Gamper : démonstration de force du Barça (VIDEO)    Ily se remémore les souvenirs avec son père, Abdelaziz Stati (VIDEO)    Le 22è Festival national du film rend hommage à cinq professionnels du cinéma    L'affaire palestinienne, défouloir d'un PJD moribond    Budget    USA: Le plan de Biden pour le climat et la santé franchit le Sénat après des négociations marathon    Joe Biden dénonce le meurtre de quatre musulmans dans le Nouveau-Mexique    Feux de forêt dans le nord-ouest de l'Espagne : Plus de 4.000 hectares brûlés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Souveraineté médiatique
Publié dans Maroc Diplomatique le 27 - 02 - 2020

Le 4 octobre dernier, à Abidjan, alors que je présentais en conférence de presse « la journée de la Côte d'Ivoire », une couverture spéciale de 24 heures que la chaine Medi1TV-Afrique allait dédier à ce pays très important de l'Afrique occidentale, un journaliste m'interrogea sur les lignes éditoriales de cette chaine marocaine d'information à vocation panafricaine. Je lui répondis que, personnellement, je ne croyais pas au concept des « lignes éditoriales » et que je préférais plutôt parler de « valeurs éditoriales ».
Et je voudrais, aujourd'hui, partager avec vous, chers lecteurs, à l'occasion de cette nouvelle chronique, ma vision sur ces valeurs éditoriales et le rôle que peut jouer un média comme Medi1TV-Afrique sur le plan continental. Nul n'ignore, de nos jours, le rôle important que peuvent jouer les médias comme outil d'influence sur le plan international. C'est de notoriété publique, depuis que le monde entier s'est rendu compte qu'une chaine satellitaire émettant depuis un pays situé sur la bordure Est de la péninsule arabique et qui s'appelle Al Jazeera avait participé à changer le tournant de l'histoire sur plusieurs dossiers internationaux et avait placé un émirat, indépendant depuis à peine quatre décennies, au coeur de l'action internationale.
Certes, le concept de chaine de télévision ou de radio internationale n'était pas nouveau, mais le projet Al Jazeera a redonné vie à ce concept au moment où il suscitait des doutes. Durant la guerre mondiale, la BBC émettait en plusieurs langues et informait le monde de l'évolution de la guerre menée contre le nazisme. La Voix de l'Amérique (Vox of America, VOA) a émis en plusieurs langues pendant des décennies pour contrecarrer l'expansion du communisme. Nous avons aussi connu la fameuse Radio «Sawt Al Arab» (La Voix des Arabes) que Jamal Abdennasser créa en 1953 pour porter son discours panarabiste et socialiste à travers le monde arabe. Toutefois, il est important de signaler que ces modèles de chaines de radio ou télévision ont démontré qu'ils ont une durée de vie limitée dans le temps puisqu'ils demeurent liés à un contexte spécifique. La fin de la guerre froide, par exemple, avait suscité le débat aux Etats-Unis sur la nécessité de continuer à financer VOA avec un budget aussi lourd pour le contribuable américain. La fin du Nasserisme avait déclenché le début du crépuscule de Sawt Al Arab... Mais la leçon la plus importante à tirer des différentes expériences est que la majorité des décideurs ont toujours refusé de mettre fin à la vie desdites chaines et ont préféré les laisser en mode « veille » pour en disposer facilement si le contexte venait à changer.
Mais dans cette sphère de chaines d'information internationales, le modèle de Medi- 1TV-Afrique demeure très spécifique. Cela émane du fait que ses initiateurs se sont inspirés de la vision du Roi Mohammed VI pour l'Afrique au moment d'en définir les fondements.
D'abord, la chaîne ne cherche pas à promouvoir l'influence d'un pays sur un continent mais plutôt oeuvrer à la promotion du leadership africain. « Certains avancent que, par cet engagement, le Maroc viserait à acquérir le leadership en Afrique. Je leur réponds que c'est à l'Afrique que le Royaume cherche à donner le leadership », avait précisé S.M. le Roi dans son discours historique prononcé devant le sommet de l'UA qui a connu le retour du Royaume au sein de cette organisation. Medi1TV-Afrique cherche, de ce fait, à mettre en avant la valeur du continent et sa capacité à avancer sur la voie du développement et de lancer, aujourd'hui, les fondements de son futur leadership.
Les deux autres axes fondamentaux des valeurs éditoriales de Medi1TV-Afrique sont la confiance en soi et l'émancipation. « L'Afrique est un grand continent, par ses forces vives, ses ressources et ses potentialités. Elle doit se prendre en charge, ce n'est plus un continent colonisé. C'est pourquoi l'Afrique doit faire confiance à l'Afrique», avait souligné le Souverain dans le discours fondateur du Co-développement en Afrique prononcé à Abidjan, il y a six ans. C'est pour cela que le canal panafricain du bouquet Medi1TV cherche à mettre en lumière tout ce qui constitue notre force en tant que continent et notre capacité à nous prendre en charge. À travers nos rédactions délocalisées, nos correspondants permanents et nos reporters, nous oeuvrons à célébrer nos réussites et à débattre de nos failles. Nous cherchons également à consacrer l'esprit d'émancipation comme philosophie collective pour avancer ensemble. Le projet de la chaine est, lui-même, un pas parmi d'autres sur cette voix. Ne participe-t-il pas, aujourd'hui, aux efforts des Africains que nous sommes de recouvrer notre souveraineté médiatique après avoir sous-traité notre information à d'autres chaines produites sur un autre continent ? Nos valeurs éditoriales sont donc basées sur l'association et non la désagrégation, la foi dans l'avenir contre le nihilisme et la promotion de l'action pour faire face au défaitisme. C'est donc un projet de tous les Africains, fait par les Africains pour l'Afrique et le monde.
Vive l'Afrique forte et émancipée


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.