Vidéo. Etats-Unis: la mort en direct, les réseaux sociaux sur la sellette    Immobilier: Les prix en repli de 4,9% au T1-2022    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 19 mai    La Russie expulse 85 diplomates de France, d'Espagne et d'Italie    DGSN: un trafiquant algérien interpellé à Oujda    Météo Maroc: températures maximales en hausse ce jeudi 19 mai    Oujda: saisie de 8.853 comprimés d'ecstasy, quatre individus interpellés    Coupe du monde des clubs 2003 : La belle anecdote de Ronaldinho après un match face au RCA    Equipe nationale: La liste de Vahid sera dévoilée mercredi prochain    Maroc-Portugal : Création d'un groupe de travail multisectoriel    ONU: Hilale décline à New York la vision humaniste de SM le Roi en matière de migration    Adhésion de la Finlande et la Suède à l'OTAN    Ukraine: La CE propose une nouvelle aide de 9 milliards d'euros    Coronavirus/Maroc: Le nombre de cas triple dans la région de Casablanca    Etudiants marocains de retour d'Ukraine, ceci vous concerne    Ligue des champions : Al Ahly veut la moitié des places au stade Mohammed V pour ses supporters    Un an après l'exode, presque tous les adultes marocains et 90% des mineurs ont quitté Ceuta    Larache : Un président d'un conseil communal arrêté pour enlèvement de deux élus    Maroc Historic Rally. C'est parti pour la 11ème édition    Université Ibn Tofail / Kénitra : Débat autour de l'enseignement du 7ème art    SIEL / Rabat : Contenu du pavillon France dévoilé    Présentation de la pièce «Bambara, le conteur de la sagesse »    La Fondation des arts vivants met le théâtre marocain à l'honneur    Les frères Tharaud et Jean Gaston Mantel sur l'écran d'Attakfia    Jeune Afrique : "Tunisie – Réforme constitutionnelle : la course contre la montre est lancée"    Efficacité énergétique: l'AMEE et l'ANEP coopèrent pour des bâtiments publics durables et résilients    Jazzablanca Festival reçoit de grosses pointures du Jazz à Anfa Park    L'Université Mohammed V de Rabat lance un nouveau cycle ingénieur    Lions de l'Atlas: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-USA (Amical)    Le Marocain Nasser Larguet nommé directeur technique national en Arabie saoudite    Véhicules d'occasion : L'entreprise marocaine Kifal Auto achetée par le Nigérian Autochek    Paris, première étape du "Light Tour" de l'ONMT    Covid-19. Voici les nouvelles conditions d'accès au territoire national par voie aérienne    Amnesty International « inquiète » pour l'état de santé d'un militant en détention en Algérie    Les villes intermédiaires au cœur du Sommet Mondial de Kisumu    Espagne/sécurité sociale: Les Marocains se maintiennent en tête du classement    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    Plus de 4 millions bénéficiaires du programme d'alphabétisation dans les mosquées    La sélection marocaine scolaire remporte deux médailles de bronze    Basketball : Plusieurs blessés après l'effondrement d'une tribune d'une salle à Tanger    Guerre en Ukraine : la Russie annonce expulser 34 diplomates français, Paris indigné    OCP : Un chiffre d'affaires de 25,32 milliards DH au 1er trimestre    Régionales de l'investissement : Une approche sectorielle innovante adoptée pour l'édition 2022    Le Maroc préside à Leipzig le sommet du Forum International des Transports    La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet    Dynamique de Marrakech : Deux autres pays réitèrent leurs appuis à la marocanité du Sahara    Ouverture des points de passage de Bab Sebta et Beni Ansar aux voyageurs    France: coup d'envoi du Festival de Cannes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Paiement en commun : La ZLECAF esquisse les contours de la monnaie unique
Publié dans Maroc Diplomatique le 18 - 01 - 2022

La Zlecaf introduit un système de paiement en commun. Ce nouveau système de traitement et de paiement vise à simplifier et à stimuler le commerce interafricain. L'initiative du paiement commun esquisse ainsi les contours de la monnaie commune prévue dans l'agenda de la Zlecaf.
L'Union africaine poursuit, depuis des années, l'objectif ambitieux de stimuler le commerce panafricain entre les pays membres. À cet effet, la zone de libre-échange a été adoptée pour l'ensemble du continent en 2019, visant à aider à normaliser les règles commerciales et à réduire les tarifs. Alors que certains pays africains ont encore du mal à renoncer aux droits de douane en particulier, la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) franchit déjà la prochaine étape pour réduire les coûts de transaction des flux financiers. Le secrétariat de l'Association continentale africaine de libre-échange, la Banque africaine d'import-export (Afreximbank) et d'autres partenaires ont lancé le Système panafricain de paiement et de règlement, (PAPSS) jeudi dernier (13 janvier 2022).
PAPSS servira de plateforme continentale pour le traitement, la compensation et le règlement des paiements commerciaux intra-africains, en s'appuyant sur un système multilatéral de règlement net. Sa mise en œuvre complète devrait permettre au continent d'économiser plus de 5 milliards de dollars US en coûts de transaction de paiement, chaque année.
Le développement d'une infrastructure de paiement panafricaine a été rendu possible par certaines des principales institutions du continent. La plateforme a été développée par Afreximbank, qui agit également en tant qu'agent de règlement principal en partenariat avec les banques centrales africaines participantes. La mise en œuvre de l'infrastructure est effectuée en collaboration avec le Secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), avec l'aval de l'Union africaine (UA).
Lire aussi: Plus de pays adhèrent à la ZLECA depuis son entrée en vigueur
L'opérationnalisation de PAPSS fait suite à une phase pilote réussie dans les pays de la Zone monétaire de l'Ouest Africaine (ZMAO), avec des transactions effectuées en temps réel. Dans ce sens, l'Institut Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (IMAO) a collaboré avec Afreximbank pour lancer le système dans la ZMOA. Il s'agit d'une étape importante pour le continent et PAPSS est maintenant engagé dans des discussions avancées avec d'autres institutions nationales et régionales pour étendre rapidement la connectivité à l'échelle du continent. Afreximbank fournit des garanties de règlement sur le système de paiement et des facilités de découvert à tous les agents de règlement. Pour accélérer l'expansion et assurer la finalité du règlement, Afreximbank a approuvé 500 millions de dollars US pour soutenir la compensation et le règlement dans les pays de la Zone monétaire Ouest Africaine (ZMOA). 3 milliards USD supplémentaires devraient être mis à disposition pour soutenir la mise en œuvre du système à l'échelle du continent.
Premier pas vers une monnaie africaine
En introduisant le système, le vice-président ghanéen Mahamudu Bawumia a souligné que le PAPSS mettra fin à la dépendance de l'Afrique vis-à-vis des devises tierces pour payer les transactions sur le continent et contribuera à stimuler le commerce intra-africain afin de promouvoir l'industrialisation et une croissance économique durable et inclusive en Afrique pour favoriser l'Afrique.
« C'est une solution africaine à un problème africain. Il s'agit de la réalisation la plus pratique et la plus importante dans l'intégration des systèmes de paiement sur le continent depuis l'indépendance de la domination coloniale. Nous n'avons jamais été aussi proches en tant que continent de la vision d'émettre une monnaie commune », a-t-il ajouté.
Bawumia a également salué la vision du secrétariat de la Zlecaf et d'Afrexim Bank dans le développement du programme, affirmant qu'il bénéficiera aux micro, petites et moyennes entreprises, fabricants et exportateurs dans la zone commerciale continentale de 1,2 milliard de personnes.
Et si l'Afrique avait réellement une monnaie commune ?
Tous les types d'unions monétaires : un moyen de paiement commun présente des avantages extrêmes pour le commerce et les investissements. Il simplifie, stabilise, élimine les coûts de transaction et les fluctuations des taux de change. Une étude menée par deux économistes américains, en 2001, est parvenue à la conclusion que le volume moyen des échanges entre deux pays ayant une monnaie commune est trois fois supérieur à celui entre les autres pays.
Cependant, le fait qu'une union monétaire ait un sens ou non dépend de l'ampleur du risque pour les Etats membres individuels et pour la monnaie elle-même si un ou plusieurs pays rencontrent des problèmes économiques.
Lire aussi: Le coût du confinement en Afrique s'élève mensuellement à 09 milliards de dollars
Si le risque que tout le monde tombe en crise de ce fait est inférieur aux bénéfices d'un commerce florissant, on parle alors d'espace économique optimal. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa voit l'Afrique comme telle. C'est pourquoi il prône à plusieurs reprises l'union monétaire. Une monnaie commune – peut-être d'abord mise en œuvre numériquement – stimulerait, selon lui, le commerce entre les nations africaines, faciliterait les investissements dans les infrastructures et aiderait le continent à devenir plus indépendant.
En fait, l'Afrique pourrait bénéficier énormément si ses pays commercent davantage entre eux. En 2018, seulement 16 % de toutes les exportations africaines étaient destinées à d'autres pays africains, en Europe, le taux était de 64 % en 2017. De nombreuses économies africaines sont trop petites pour justifier des investissements au-delà de l'extraction pétrolière et minérale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.