DEPF : De fortes incertitudes persistent sur la relance sectorielle    فيروس كورونا : 2117 إصابة جديدة وثلاث وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Maroc : 573 personnes interpellées pour des fraudes lors du baccalauréat    Des milliers de personnes contre l'Otan à Madrid, ville hôte de son prochain sommet    Le pôle DGSN/DGST poursuit le démantèlement des réseaux criminels de l'émigration, arrête 57 subsahariens et reçoit l'hommage officiel de Pedro Sanchez    Abdelhamid Sabiri affiche ses ambitions    Promulgation de la charte révisée: vers une levée de l'embargo contre le Mali    Un militant politique et des droits humains attaché à ses valeurs et idéaux    Exploration spatiale : A cause d'un problème de logiciel, la Nasa reporte le lancement de la mission Psyche    Akharbach: «Les doubles standards contribuent à antagoniser les opinions publiques»    Salé : Le CN du Scoutisme Hassania Marocain tient sa session extraordinaire    L'Opinion : Selon nos voisins de l'Est, tout Marocain est un espion !    Une tentative de passage en force qui a coûté la vie à 23 Subsahariens    La situation épidémiologique au 26 juin 2022    Rabat : Etat d'alerte dans les centres sociaux    Diaspo #245 : Mahmoud Chouki, un Marocain amoureux de la musique et de la Nouvelle-Orléans    Hôtellerie. Les filiales marocaines du groupe Fram bientôt en liquidation    Le Roi Mohammed VI félicite le président de Madagascar à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi Mohammed VI félicite l'Émir qatari Cheikh Tamim Bin Hamad Al-Thani    Cinquante-neuf migrants d'origine africaine interpellés entre Tétouan et Fnideq    Juventus Academy Maroc et Ariston Maroc lance «Action Foot»    Botola Pro D1 : La 29e journée se joue dans sa totalité mercredi prochain    Sidi Kacem / Zegota : Les valeurs de la bonne éducation au centre d'un colloque    Bourita: «la coopération entre le Maroc et les Nations Unies est forte»    Une délégation de députés marocains à Johannesburg pour prendre part aux travaux du Parlement panafricain    OMS: la variole du singe n'est pas actuellement une urgence sanitaire mondiale    Botola Pro : Le WAC à un point du titre national    Quand Rabat vibre aux rythmes de Gnaoua et Musiques du monde    La grogne des festivals de cinéma!    L'IRCAM célèbre le 18è anniversaire de l'homologation ISO    Début du sommet du G7 en Bavière – « plan Marshall » pour l'Ukraine    Températures prévues pour le lundi 27 juin 2022    Ryanair annule des vols en Belgique, en France et en Espagne suite à une grève d'hôtesses et stewards    Cartier Saada : un déficit de 25,5 MDH    Futsal: La sélection marocaine progresse au 10ème rang mondial    Annulations de vols aux USA: Echange d'accusations entre les compagnies aériennes et les autorités    Le Maroc et le FMI négocient une nouvelle ligne de liquidité    Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans    Summer 2022 : Les Marocains de plus en plus séduits par les destinations sans visa    Magazine : Soyons fous, aimons l'art    Festival / Electro : Dakhla into the wild    Photographie : L'abstraction vue par Abdelkader Badou    Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf
Publié dans Maroc Diplomatique le 17 - 05 - 2022

Les députés marocains, membres de la commission parlementaire mixte Maroc/UE, ont interpellé, mardi, leurs homologues européens sur les « violations systématiques » et la « situation désastreuse » des droits humains dans les camps de Tindouf, dans le sud-ouest algérien, où les soi-disant « réfugiés » sont entreposés depuis des décennies.
« Cette situation nous préoccupe en tant que députés marocains car une bonne partie des populations séquestrées dans les camps de Tindouf sont des Sahraouis marocains« , a souligné M. Lahcen Haddad, coprésident de la commission parlementaire mixte Maroc-UE, dans une lettre ouverte adressée aux députés européens.
Il a, dans ce sens, précisé que l'Algérie considère les Sahraouis marocains (ainsi que d'autres venant de la région du Sahel) sur son sol comme des « réfugiés », alors que le Maroc les considère comme des « populations séquestrées » détenues contre leur gré dans les camps de Tindouf.
Bien qu'elle les considère comme des « réfugiés », l'Algérie ne leur applique pas la Convention de Genève de 1951, ni le Protocole de 1967 y afférent. Outre le fait qu'ils sont « entreposés », leur libre circulation est contrôlée et ils ne sont pas autorisés à se rendre dans des pays tiers, ni à exercer une activité lucrative, a fait observer M. Haddad qui a fustigé cet « entreposage » qui est contraire à l'esprit et à la lettre du droit international sur les réfugiés.
Malgré les appels réguliers du Conseil de sécurité de l'ONU et du HCR pour que l'Algérie compte et enregistre les « réfugiés » sahraouis comme le stipule le droit international, l'identité et le nombre de ces présumés réfugiés restent un mystère, a-t-il relevé.
Dans sa note du 28 septembre 2018, le HCR a confirmé que le chiffre officiel de planification des « réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf en Algérie » est de « 90.000 », un chiffre qui a été complété depuis 2006 par 35.000 rations supplémentaires », a tenu à rappeler M. Haddad, ajoutant que le HCR continuera cependant de s'appuyer sur ces chiffres jusqu'à ce qu'un exercice d'enregistrement à part entière soit effectué. Les 35.000 rations supplémentaires ont été ajoutées pour faire face à l'impact des inondations sur les plus vulnérables et ont été conservées pour faire face à des catastrophes naturelles telles que des inondations ou de graves sécheresses.
→ Lire aussi : L'enrôlement militaire des enfants dans les camps de Tindouf s'apparente à un « acte terroriste »
« L'Algérie et le polisario affirment qu'un plus grand nombre de réfugiés vivent dans les camps et reçoivent une aide humanitaire à la lumière de ces estimations, très probablement, exagérées. Mais ils refusent continuellement de compter et d'enregistrer les « réfugiés » malgré les appels constants du HCR et du Conseil de sécurité de l'ONU », a expliqué M. Haddad, ajoutant que des preuves anecdotiques montrent qu'une partie de l'aide humanitaire est vendue par des responsables du « polisario » sur le marché noir dans le sud de l'Algérie et la région du Sahel.
Il a rappelé, à ce propos, que l'Office de lutte antifraude de l'Union Européenne a découvert en 2015 que l'aide humanitaire de l'UE, qui s'est élevée à 105 millions d'euros au fil des ans, a été régulièrement détournée par le « polisario » pour des activités telles que l'achat d'armes. La même question a fait l'objet d'une motion de résolution déposée par les parlementaires européens le 24 juillet 2020.
D'autre part, a-t-il poursuivi, le Comité des droits de l'Homme de l'ONU a exprimé, à l'occasion du quatrième rapport périodique de l'Algérie le 20 juillet 2018, sa profonde préoccupation que « la dévolution de facto de l'autorité » sur les camps de Tindouf par l'Algérie « au front polisario, en particulier l'autorité juridictionnelle est incompatible avec l'obligation de l'Algérie de respecter et de garantir tous les droits énoncés dans le Pacte pour toutes les personnes se trouvant sur son territoire. Il est également préoccupé par les informations selon lesquelles, du fait de ce qui précède, « les victimes de violations des dispositions du Pacte dans les camps de Tindouf n'ont pas accès à un recours effectif devant les tribunaux de l'Etat partie i.e. l'Algérie ».
M. Haddad a donc exhorté tous les députés européens à prendre les mesures nécessaires pour inciter l'Algérie à mettre fin à cette situation illégale et à lui faire assumer toute sa responsabilité dans la gestion des camps et la libre circulation de la population et le libre accès à la justice algérienne.
Il a aussi appelé la sous-commission des droits de l'homme du Parlement européen à mener une enquête complète sur l'utilisation illégale d'enfants soldats par le « polisario », une entité qui gère l'aide humanitaire de l'UE telle que reçue par le gouvernement algérien.
Il a tenu à rappeler, à ce propos, que le « polisario » se vante d'utiliser des enfants dans le conflit. Ses médias de propagande publient régulièrement des vidéos d'enfants en treillis entraînés et endoctrinés au combat, alors que la législation relative aux droits de l'Homme déclare 18 ans l'âge minimum légal pour le recrutement et l'utilisation d'enfants dans les hostilités.
Le recrutement et l'utilisation d'enfants de moins de 15 ans comme soldats sont interdits par le droit international humanitaire – traité et coutume – et sont définis comme un crime de guerre par la Cour pénale internationale.
La communauté internationale, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, l'UNICEF, le Parlement européen et des ONGs telles que Child Soldiers, World Vision et d'autres devraient tenir l'Algérie responsable de la violation flagrante du protocole susmentionné que le gouvernement algérien a ratifié en 2016, a soutenu M. Haddad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.