Immigration clandestine. L'UE entend soutenir le Maroc à hauteur de 500 millions d'euros    Feux de forêt à M'diq. 3 pompiers décédés, 4 personnes interpellées    Cabo Negro : arrestation de 4 personnes soupçonnées d'être à l'origine de l'incendie    Dounia Batma répond avec subtilité aux excuses de son mari (VIDEO)    L'agresseur de Rushdie métamorphosé après un voyage au Liban, selon sa mère    Coup d'envoi de la 7e édition de "Dakhla Downwind Challenge"    Visas refusés : quand Hélène Le Gal tombe dans son propre piège    HCP. 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes    Feux : quatre suspects accusés d'être des pyromanes arrêtés au nord du Maroc    Découvrez le Galaxy Z Flip4 et le Galaxy Z Fold4, les smartphones révolutionnaires de Samsung    Incendie de forêt à Mdiq: Trois membres de la Protection civile morts    Un tribunal condamne une militante à deux ans de prison pour insulte à l'islam    Le Maroc félicité par l'Union Africaine    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    Cours des devises du mardi 16 août 2022    Incendie à Cabo Negro: décès de trois sapeurs-pompiers    Carburant : baisse importante des prix entre le 1er juillet et le 15 août (Infographie)    La revue de presse du mardi 16 août    Job    Météo: les prévisions du mardi 16 août    Le Celtic pense toujours a Ryan Mmae    Birmanie: Aung San condamnée à 6 ans de prison supplémentaires pour corruption    Hospitalisée, Ahlam Zaimi s'adresse à ses fans    Incendie d'une église au Caire : le Souverain présente ses condoléances au président égyptien    Mohamed Al Turk demande pardon à Dounia Batma (PHOTO)    Célébration du sacre de la RSB en Coupe du Trône    Première femme à diriger une sorba féminine à Sidi Bennour    Evolution du coronavirus au Maroc. 38 nouveaux cas, 1 263 491 au total, lundi 15 août 2022 à 15 heures    CAN Maroc-2023 (U23) : Le tirage au sort des éliminatoires prévu le jeudi au Caire    OPCVM : Actif net sous gestion de 555,84 MMDH à fin juillet    William Ruto élu président du Kenya    Washington exclut le dégel de fonds afghans    Réaménagement gouvernemental : la majorité est-elle en danger ?    Des parlementaires américains à Taïwan, la Chine relance ses manoeuvres    Maroc-UE: 500 millions d'euros pour faire barrage aux harragas    "Dakhla Downwind Challenge" : Coup d'envoi de la 7ème édition    Le dessin de presse orphelin : Jean-Jacques Sempé tire son dernier trait [Par Belaïd Bouimid]    «Khalliki mâaya» initie le premier album d'Ayoub El Haoumi    5ème concours BIC Art Master Africa: La soumission se poursuit jusqu'au 31 août    Le Maroc félicité par le CPS pour la réussite de la formation destiné aux observateurs électoraux de l'UA    TGR: Très bonne récolte fiscale en juillet    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Coupe Davis: Le Maroc s'offre l'Algérie et le billet du Groupe ll    Beach Korfball : Le 1er Championnat du monde les 19 et 20 août à Nador    Jeux de la solidarité islamique: Participation marocaine : Mi-figue, mi-raisin    La récupération d'Oued Eddahab, une étape riche en nobles valeurs de patriotisme    23ème festival cèdre universel du court-métrage à Ifrane    Tanzanie : La Fondation Mohammed VI des Ouléma remet les prix de la 3e édition du concours coranique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



15eme édition du Festival de la culture soufie de Fès, le programme dévoilé et un moment de grâce partagée
Publié dans Maroc Diplomatique le 28 - 06 - 2022


Taoufiq Boudchiche, économiste, ancien diplomate
Facteur de rayonnement culturel et de liens humains transfrontaliers, le festival de la culture soufie de Fès, organisé annuellement dans la capitale spirituelle du Royaume, s'est imposé progressivement en événement culturel d'importance au plan national et international.
Le programme de la 15eme édition qui se tiendra du 22 au 29 Octobre 2022 a été présenté par l'équipe d'organisation ce 27 juin 2022 à Casablanca. Il est organisé sous le thème de « science et conscience ». Le Professeur Abdellah Ouezzani, éminent islamologue et théologien, figurant parmi les organisateurs, a complété par ses éclairages ces concepts. Selon lui, en Islam, la conscience est nécessairement illuminée par la foi et la croyance. Chez le musulman, les concepts de « science et conscience », a-t-il précisé, sont interchangeables avec ceux de « science et foi », « science et croyance en Dieu ». Voilà qui annonce des débats stimulants lors des nombreuses tables rondes prévues qui feront une grande part aux échanges sur l'âge d'or des sciences en Islam.
Plusieurs intervenants se sont succédé à tour de rôle lors de la conférence de presse organisée au Hayat Regency de Casablanca, en tant que sponsor et partenaire du festival. Sont intervenus notamment Dr. Faouzi Skalli, Président du Festival, Mme Carole Latifa Ameer, Directrice artistique ainsi que le Pr. Abderrrazak Benchaabane, ex. Enseignant-Chercheur d'écologie à l'université Caddi Ayyad de Marrakech,
Celui-ci cumule plusieurs talents car il est aussi expert botaniste et célèbre inventeur marocain de parfums ayant étroitement collaboré avec Yves Saint Laurent. Il est impliqué dans le programme 2022 pour mettre en perspective les relations entre « soufisme et écologie ». Le mot écologie a t-il brièvement expliqué est d'origine grecque (ECO signifie terre et Logos les Sciences) qu'on peut traduire du grec grossièrement par les sciences de la terre. La terre au sens de notre habitat commun selon l'étymologie grecque ancienne.
Madame Carole Latifa, fidèle Directrice artistique du Festival depuis plusieurs éditions et dont la qualité du travail de conception, a fait l'objet d'un hommage appuyé du Président du Festival, a ensuite fait une brève synthèse des contenus artistiques. Sont prévus, durant une semaine la représentation de plus 200 artistes et chercheurs dont des dizaines de marocains aux côtés de nombreux autres en provenance d'Azarbeidjan, d'Inde, du Kosovo, de Syrie, de Turquie .... Ceux-ci feront le déplacement à Fès pour exprimer et partager avec les artistes marocains et le public les multiples expressions artistiques inspirées de leurs traditions soufies. L'une des représentations prévoit une immersion dans la cour de l'empire des moghols d'Inde qui a marqué l'apogée de l'Islam en Inde de 1556 à 1707. L'ère mogol mérite d'être connue car elle a marqué l'Inde jusqu'à aujourd'hui par ses expressions architecturales, peintures et arts mineurs. La création de clôture mettra en valeur la Tarika Harrakia. Une journée sera dédiée à la jeunesse et à l'art de la transmission. Des peintres marocains et français à l'instar de l'artiste française et soufie Louise Cara, présenteront leurs œuvres. Les tables rondes réuniront quant à elles de nombreuses personnalités nationales et étrangères.
Comme souligné, lors de la rencontre, le soufisme au delà des langues et cultures, est d'abord une pratique, qui transcende les différences d'opinion et de religion car cette pratique spirituelle de l'Islam parvient à réunir les cœurs et la communauté des humains. Il permet à celui qui choisit la voie soufie de surmonter les angoisses existentielles et l'absence de sens qui handicapent sa capacité à parvenir à son humanité vécue pleinement et sereinement. Le Dr. Faouzi Skalli, reprenant à ce propos, les sages paroles de Rûmi, qui disait que « si la science n'aide pas la personne humaine à connaître son moi profond mieux vaudrait rester dans l'ignorance ».
En ces moments difficiles pour l'humanité en raison de la crise sanitaire, des conflits entre blocs de puissance, des effets du changement climatique, des menaces de crises alimentaires, énergétiques ... les citoyens du monde semblent impuissants face à ces dynamiques destructrices causées en grande partie, faut il encore le souligner, par l'action humaine. Il faudrait redoubler d'efforts collectifs, de courage, d'imagination et d'innovation, notamment intellectuelle et culturelle, pour surmonter les incertitudes et angoisses générées par ces crises à caractère planétaire. Le soufisme peut à certains égards apporter des réponses spirituelles et humanistes à ces sujets.
Le Pr. Abderrazak Benchaabane, expert botaniste, a illustré cela en évoquant le regard humain susceptible d'être posé sur la fleur. Le scientifique utilisera le microscope pour expliquer son cycle de vie, mais le mystère de sa beauté, sera encore plus perceptible si l'on y ajoute d'autres visions et sensations. Ceux de la sensibilité humaine, de l'odorat, de la poésie, de l'inspiration spirituelle intime venant du lien magique et divin qui nous unit à notre planète terre. Ce sera alors un regard plus complet, protecteur et bienveillant.
L'écologie, qui selon lui, est un concept un peu trop galvaudé souvent à mauvais escient mérite de nouvelles approches, par exemple spirituelles. Il proposera lors de la 15eme édition d'ouvrir le débat sur ce sujet en essayant d'y apporter la vision soufie.
En guise de sensibilité, la conférence de presse a été ouverte par des lectures du Saint Coran et au cours des échanges, quelques chants du Samaa soufi et andalous ont agrémenté la rencontre. L'ensemble a enchanté les participants venus nombreux qui n'ont pas manqué ensuite d'interagir avec les organisateurs. Le miracle du soufisme est ainsi, il illumine les cœurs et enchantent les esprits. Merci aux organisateurs pour ce beau moment de grâce.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.