Sahara : José Manuel Albares réfute les élucubrations algériennes    Le parti Giorgia Meloni en tête des élections législatives en Italie    Maroc : Les militantes font leurs adieux à Aïcha Ech-Chenna, inhumée à Casablanca    À Casablanca, une foule hétéroclite pour un dernier hommage à Aïcha Ech-Channa    Transport routier : Soutien exceptionnel supplémentaire pour les professionnels du secteur    SAR le Prince Moulay Rachid préside à Témara le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI du Concours de saut d'obstacles trois étoiles    Espagne : Des supporters pointés pour avoir entaché le match Maroc – Chili    EEAU-Allemagne: Accord pour la fourniture de GNL et de diesel sur 2 ans    L'Espagne répond à l'Algérie : Pas de changement de position sur le Sahara    Sahel: Un sursaut international s'impose face à la crise sécuritaire, selon le chef de l'ONU    Israël et le Maroc ou comment Alger façonne le « bon coupable » et la judéophobie sur le mensonge et la confusion    Tanjazz 2022: en images, la clôture de la 21e édition du festival    Vidéo. "Paroles d'Experts" avec Faïçal Tadlaoui de retour sur H24Info    Musique électronique: Dakhla vibre au rythme de « Into the Wild » de festival Oasis    Covid-19 au Maroc : 7 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Compilation du meilleur de Benjamin Bouchouari avec les Verts    AG de l'ONU/Sahara: Le Bahreïn réaffirme sa position ferme en soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Clôture des Concerts de Rabat : Samira Said, Fnaire, Lartiste et Salif Keita enflamment la scène de l'OLM    Un créateur marocain derrière l'habillement de la reine Maxima des Pays-Bas    Marrakech : Clôture en apothéose du Festival Gnaoua Show    Dakhla. 5200 ha irrigués par dessalement de l'eau de mer à attribuer aux jeunes et aux investisseurs privés    Coronavirus au Maroc: 7 contaminations enregistrées ce dimanche    L'égalité des genres, principe essentiel pour le progrès    Transport routier : soutien exceptionnel supplémentaire pour les professionnels du secteur    Casablanca / L'Boulevard : Deux décennies d'existence festive    Maroc – Sénégal : Pour suivre le match des Lions U23 d'Ammouta    Anass Salah-Eddine, l'oublié de la tanière : "Je progresse..."    Sahara marocain : Alger n'a plus les moyens de ses ambitions néocoloniales au Maghreb    Mission de haut niveau de la CEDEAO au Mali: Bamako décline la date du 27 septembre    Le premier vélo électrique « Made in Morocco » à l'assaut du marché national    Attijariwafa Bank consolide ses performances    L'Iran entre révolution et contre-révolution    Aïcha Ech-Chenna n'est plus    L'émotion du père de Brahim Saadoun, après son arrivée au Maroc (VIDEO)    La chimère algérienne s'estompe!    ONU-Guerre de l'Ukraine : La chine appelle à ne pas laisser le conflit "déborder"    Bourse de Casablanca : le résumé hebdomadaire (19 au 23 septembre)    CHU Ibn Sina: 1ère base de données électronique de l'hémophilie et des maladies hémorragiques    Aïcha Chenna, ange gardien des mères célibataires, est décédée    OCP améliore son CA de 72% au S1-2022    Botola: le Tunisien Mondher Kebaier nouvel entraineur du Raja de Casablanca    Laver Cup: l'Europe repasse devant grâce à Djokovic (VIDEO)    Ligue des nations: l'Espagne dominée par la Suisse, le Portugal en profite (VIDEO)    La région Marrakech-Safi et l'OCP scellent un partenariat pour booster le développement    Rabat, Casa, Tanger, Marrakech...Températures prévues ce dimanche 25 septembre    Saad Lamjarred partage des photos de son mariage    22ème FNF: « Zanka Contact » d'Ismaël El Iraki remporte le Grand prix    Prévisions météorologiques pour ce dimanche 25 septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Célébration de la « Journée du migrant » : Entre acquis et défis des temps futurs
Publié dans Maroc Diplomatique le 10 - 08 - 2022

C'est aujourd'hui mercredi 10 août 2022, que le Conseil de la communauté marocaine de l'étranger (CCME), présidé par Driss El Yazami, célébre la Journée nationale du migrant en hommage aux plus de 5 millions de compétences expatriées à travers le monde. « La Journée nationale du migrant » prend un relief particulier au Maroc, elle illustre l'intérêt que le Roi Mohammed VI exprime à la communauté des MRE et la chaleur que lui témoigne le peuple.
Plusieurs activités et rencontres ont été programmées avec au centre des préoccupations la question lancinante de la représentativité du migrant dans les pays d'accueil ; mais surtout dans le pays d'origine à savoir le Maroc. Pour le moment et comme l'a précisé Driss Yazami , président de CCME, «la Constitution marocaine donne la possibilité de participer à des élections, mais à partir du Maroc. Il y a également la possibilité de siéger dans les institutions de bonne gouvernance, telles que le Conseil national des droits de l'homme et le CCME et demain peut-être au sein du Conseil de la famille».
D'autres activités ont lieu en cette journée avec pour objectif de renforcer les liens et d'explorer les perspectives d'avenir. Parmi nombre d'initiatives Driss Yazami a évoqué « la création d'une Agence marocaine d'actions culturelles à l'étranger qui visera les Marocains du monde, les touristes et les investisseurs. On sait que la culture est le meilleur vecteur pour faire connaître un pays ». La culture marocaine est en effet un véritable atout qu'il faut faire valoir, faire résonner et rayonner. La promotion du patrimoine matériel et immatériel la promotion des métiers d'art, de l'art de vivre, de la gastronomie, de l'artisanat. Elle contribue à renforcer non seulement la politique du soft power mais aussi le lien avec la communauté des immigrés.
Faire connaitre le pays et maintenir le lien, un lien très fort comme en témoigne le rush unique au monde qui lance en cette période estivale des millions de Marocains à travers les routes d'Europe vers leur pays. Ni la chaleur, ni la fatigue, ni les multiples incidents de traversées ne les dissuadent de cette aventure de retour. Comment expliquer ce lien et ce sentiment très fort d'appartenance à notre terre ?
En France, aux Pays-Bas, en Allemagne ou en Belgique, les familles d'émigrés de première ou deuxième ou troisième générations vivent « le Maroc à la maison » où une forte transmission culturelle est assurée par les parents , le mode de vie , la langue , jusqu'aux modes culinaires qui marquent l'attachement au pays d'origine (thé, couscous, tajine ),ou le suivi des chaines de télévisions nationales. De nouvelles formes de lien social, notamment à travers les transferts de fonds aux familles et à travers Internet sont venues nourrir la diaspora marocaine, et ont permis d'entretenir grâce au développement des nouvelles technologies un rapport plus étroit avec le pays d'origine, avec les cousins et les amis vivant dans toutes les régions du Maroc.
→ Lire aussi : Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions
Les 3 âges de l'immigration
Pour expliquer ce lien sans doute faut il privilégier l'aspect savoir et connaissance sur l'histoire et l'évolution de l'émigration et privilégier pour mieux comprendre les mutations actuelles, l'analyse sur le temps long. De cette histoire, quels premiers constats peut-on faire ? C'est le sociologue Abdel Malek Sayyed, directeur de recherche au CNRS et à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), assistant de Pierre Bourdieu spécialiste de l'émigration qui a raconté les 3 âges de l'émigration.
La première immigration est celle qui va chercher du travail et qui correspond aux premiers flux migratoires massifs datant des années 1960 et qui ont concerné les pays de l'Europe du Nord avec lesquels le Maroc a signé les premiers accords bilatéraux de recrutement de main-d'œuvre : la France (1963), l'Allemagne (1963), la Belgique (1964), les Pays-Bas (1969). Cette émigration était composée d'hommes jeunes, sans qualification professionnelle, issus des couches rurales a contribué à la reconstruction d'après-guerre, puis à la période des Trente Glorieuses, notamment dans les mines, les aciéries, le BTP, l'industrie et l'agriculture émigration :
La seconde immigration est celle qui s'intègre le plus possible et pratiquent le regroupement familial. Entre 1975 et 1985 ce sont les regroupements familiaux. Ce processus a modifié la structure par sexe – en France on compte l'entrée de 147 938 femmes durant cette décennie. Cela a conduit à son rajeunissement et à sa féminisation, et a abouti ultérieurement à son enracinement et à son installation définitive.
La troisième immigration est celle qui recherche ses origines et qui vit pleinement la révolution des nouvelles technologies, ce qui ne va pas sans risque de dérive religieuse et identitaire. De nouvelles formes de lien social, notamment à travers Internet et Facebook permettent aux jeunes d'entretenir les liens et de se rapprocher du Maroc. Ces nouvelles technologies sont cependant comme la langue d'Esope « la pire et la meilleure des choses » car elles véhiculent parfois des visions du monde d'extrémistes qui prêchent la haine des pays d'accueil et qui renferment les jeunes dans un univers de violence et de violence.
Aujourd'hui la question de fond se pose : qu'est ce qui a changé par rapport aux périodes précédentes ? D'une migration familiale villageoise nous sommes passés à une individualisation de la migration qui nécessite pour une bonne gestion, des formes différentes de mobilisation culturelle associative de l'espace public. Aujourd'hui, nous sommes entrés dans une nouvelle ère qui n'est qui n'est ponctuelle ni passagère et dont il faut prendre toute la mesure. L'une des grandes interrogations c'est le modèle d'intégration du rapport des MRE à la France et à l'Europe, un modèle qui est souvent rejeté par des partis de droite de plus en plus influents qui prônent une assimilation totale ou le retour des migrants dans leur pays d'origine. Les législations se sont durcies, et les débats qui s'annoncent en France ou en Italie sont à craindre. La question des possibles ou impossibles multiplicités des identités, la question du comment vivre et agir ensemble dans le respect de la diversité, les questions de culture, d'identité, mais aussi de renforcement des liens avec le Maroc, sont devenues primordiales notamment pour les jeunes MRE qui constituent plus de 20% de la population et qui sont souvent en perte de repère.
Pour renforcer l'identité positive, et sous l'égide du Roi Mohammed VI qui a développé une sollicitude particulière auprès de la communauté des MRE, le gouvernement s'est fortement impliqué dans une politique de préservation des liens avec sa diaspora :
* soutien scolaire des élèves MRE dans les pays d'accueil,
* travail de mobilisation des associations qui servent de relais avec la communauté marocaine à l'étranger,
* signature de différentes conventions de soutien et de partenariat avec des associations pour la mise en œuvre de projets éducatifs et sociaux
* organisation de forum des jeunes pour approfondir leurs connaissances sur le Maroc et renforcer les liens avec son pays d'origine,
* organisation chaque année d'une Journée le 10 Aout des MRE.
* organisation des Universités d'été en partenariat avec les universités marocaines,
* amélioration des programmes des centres culturels marocains à l'étranger «Dar Al Maghrib».
On rappellera dans cet ordre qu'une véritable politique d'accueil de nos compatriotes a été instaurée, des conditions renforcées régulièrement qui répondent à une mobilisation générale sous l'égide de la Fondation Mohammed V de solidarité, de la Fondation Hassan II, de la Fondation Mohammed VI, des services de la Gendarmerie Royale, de la DGSN et de la Douane. Il faudrait sans doute en faire plus, sensibiliser les relais dans les ambassades et consulats, aux questions qui touchent les immigrés qui doivent être traités avec dignité ; renforcer la culture de la diversité et du respect des autres, renforcer cette identité positive permet en outre, une meilleure connaissance de ses propres racines. Cette démarche multidimensionnelle constitue un puissant antidote contre toute forme d'extrémismes ou de dérives notamment pour les jeunes qui vivent un angle mort de la mondialisation avec angoisse et inquiétude. Avec cette exigence de fond : une vigilance accrue du gouvernement pour préserver et protéger cette communauté qui par ses transferts de fonds et de compétences a toujours répondu présent à l'Appel du pays d'origine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.