Opération non-notifiées : le Conseil de la Concurrence durcit le ton et enchaine les sanctions    Délais de paiement : Détails du nouveau projet de loi adopté par le gouvernement    Carburant. Baisse des prix à la pompe, dès ce samedi 1er octobre    Rabat, Kénitra, Meknès, Ifrane...les dernières hauteurs de pluie au Maroc    La CAN 2025 retirée à la Guinée    Botola Pro D1 "Inwi" (4è journée): Résultats et classement    CAF - CAN 2025 : L'organisation retirée à la Guinée, le Maroc serait parmi les candidats    Retrait de la CAN à la Guinée    Nouakchott: Sadiki reçu par le Premier ministre mauritanien    Au Maroc, les femmes âgées sont plus vulnérables que les hommes    Aérien: levée des restrictions sanitaires à l'entrée du territoire marocain    Suicide d'une jeune médecin: Le CHU Ibn Sina dément    Le Crédit Agricole du Maroc reçoit le label de certification de l'IFACI    Les Lionnes de l'Atlas participent à un tournoi en Espagne    Casablanca abrite le 1er forum du sport en entreprise en Afrique    Marrakech: le Caïd de l'annexe administrative d'Azli suspendu pour corruption    Burkina Faso: les tirs ont repris dans la zone résidentielle de la présidence    De l'eau extraterrestre trouvée dans une météorite, une première    Les dirigeants de l'Union européenne «rejettent» l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes    Exclu: la preuve que le motif de Zellige utilisé par Adidas est bien Marocain (Documents)    Lions de l'Atlas: la pilule ne passe toujours pas pour Vahid Halilhodzic    Hakimi l'exemple qui coute cher!    Maroc : 86% des jeunes marocains insatisfaits des partis politiques    Tanger Med : le troisième campus de l'école 1337 accueille sa première promotion    Le Crédit Agricole du Maroc auréolé du label de certification de l'IFACI    La FAO et le PNUE lancent un appel pour combattre le gaspillage alimentaire    Les camps de Tindouf sont totalement abandonnés par l'Algérie « dans des conditions scandaleuses »    Poutine signe l'annexion de quatre régions d'Ukraine    Nord Stream : les fuites sur les gazoducs dues à des explosions menées avec «des centaines de kilos» de TNT    Gasoil/essence: le gouvernement travaille sur les recommandations du Conseil de la concurrence    Message de félicitations du roi Mohammed VI à l'émir du Koweït    Symphonyat 2022. « L'art n'a pas de religion »    Conseil de gouvernement : Le mandat des membres du CNP prorogé de six mois    Juan Vivas appelle au maintien de l'obligation de visa pour tous les Marocains se rendant à Ceuta    Le 3ème campus de l'Ecole 1337, accueille sa première promotion d'étudiants    L'essentiel de l'avis du CESE sur l'aménagement durable du littoral    Amine Harit : "Mettre du rythme" face à Boufal, Ounahi et Salama    Le jeûne du ramadan, source de crispations dans le football français ?    Fadila Benmoussa se joint aux honorés du 11ème Festival maghrébin du film d'Oujda    Festival du court métrage de Marrakech : «Ultimate Ink» de Yazid El Kadiri primé    Jazz au Chellah : Un concert d'ouverture inédit avec Arifa, Soukaina Fahsi et Aziz Ouzous    L'Institut français de Tanger expose ses priorités    Exposition de l'artiste-peintre Aziz Arbaoui du 1er au 15 octobre à Béni Mellal    Clap de fin pour «Rachid Show» ? Allali brise le silence (PHOTO)    Concert virtuel de Saad Lamjarred: on connait le prix des billets (PHOTO)    Croissance économique : net ralentissement à 2% au T2-2022    Armement/CAATSA : 27 députés américains demandent des sanctions économiques contre l'Algérie    Des alliés des Etats Unis comme le Maroc, «sont visés par les forces du mal et leurs proxies»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Face au mutisme des autorités, des étudiants venus d'Ukraine cherchent d'autres pays d'accueil
Publié dans Maroc Diplomatique le 17 - 08 - 2022

Plus de 7.000 étudiants marocains revenus d'Ukraine avaient espérer intégrer les facultés et universités du royaume pour poursuivre leurs études. Aujourd'hui, après plusieurs mois, aucune solution ne leur est proposées, malgré les promesses du ministre de l'Enseignement supérieur . Las d'attendre, certains étudiants ont sombré dans le désespoir pour finalement quitter le royaume, d'autres plus "obstinés" se battent toujours pour que leur problème soit résolu.
Depuis leur retour au Maroc, les étudiants d'Ukraine ont eu de nombreuses promesses du ministère de l'Enseignement supérieur, qui s'est engagé à trouver une issue leur permettant d'intégrer les facultés et les universités nationales, ou encore de les transférer vers d'autres universités situées dans les pays limitrophes de l'Ukraine.
A ce jour, aucune solution concrète, leur permettant de poursuivre leurs études, n'est prononcée.
Las d'attendre, certains étudiants se sentent désormais "lâchés" par le ministère. Par conséquent, la plupart d'entre eux ont décidé de quitter le royaume vers d'autres pays où l'opportunité se présente pour une intégration effective au sein du système d'enseignement supérieur.
Oussama, étudiant en 4e année de médecine dentaire ayant fui l'Ukraine en février pour retourner au Maroc, s'est finalement résolu à prendre son destin en main pour chercher une autre solution par ses propres moyens.
« Je suis en Allemagne, où je suis pris en charge et bien installé. Le ministre nous a promis une réponse définitive après l'Aid Al-Adha, sachant que les inscriptions aux universités, au Maroc et à l'étranger, ont déjà démarré et qu'après l'Aid, il est déjà trop tard.", a-t-il expliqué à Hespress Fr.
Oussama a par ailleurs affirmé qu'il aspire à un avenir lumineux en Allemagne qui le prend désormais en charge.
→ Lire aussi: Intégration des étudiants revenus d'Ukraine: Les parents montent au créneau
"Je me suis donc inscrit dans le programme allemand de protection des réfugiés ayant fui l'Ukraine. Après acceptation, on m'a trouvé un logement et on me verse quelque 350 euros par mois pour subvenir à mes besoins. À la fin de mon apprentissage de la langue allemande et de mon cursus en médecine, je pourrai faire l'équivalence en Allemagne et travailler ici." se réjouit-il.
L'expérience d'Oussama n'est qu'un cas parmi d'autres. En effet, ce futur dentiste rappelle que les étudiants marocains venus d'Ukraine se sont répartis en 3 catégories. La première est celle dont il fait partie. Autrement dit, les étudiants ce "groupe"ont décidé de quitter le Maroc en quête d'un avenir meilleur dans les pays d'Europe, notamment l'Allemagne, la France, la Roumanie ou encore le Portugal. Des pays qui ont d'ailleurs mis en place un dispositif de protection en faveur des réfugiés ayant fui l'Ukraine. L'objectif étant de faciliter l'accueil et l'intégration des étudiants en leur trouvant un logement et voire même un travail jusqu'à la résolution de leur problème.
Par ailleurs, d'autres étudiants d'Ukraine « désespérés » ont opté pour une autre option, celle de retourner en Ukraine, et ce malgré la guerre en raison du refus notamment des universités de médecine de les accueillir.
Dans ce sens , Oussama a mis l'accent sur les sommes énormes dépensées et investies par les familles pour les études en Ukraine, soulignant qu'à cet effet l'idée de tout abandonner pour recommencer à Zéro semble pour plusieurs inenvisageable.
Quant à la troisième catégorie, elles se composent des étudiants ayant choisi de rester au Maroc et de se battre jusqu'à ce qu'on leur trouve une solution.
Les parents d'élèves montent au créneau
Dans ce sens, les parents d'élèves , épuisés d'attendre des décisions qui tardent à venir, sont revenus à nouveau à la charge, à quelques semaines de la rentrée universitaire, pour monter au créneau.
En effet, l'organisation intitulée l'Association nationale des parents d'étudiants marocains en Ukraine (ANPEMU), a décidé de réagir pour rappeler au ministre, Abdellatif Miraoui, le dossier « urgent ».Et ce, à travers un appel à un sit-in, devant le ministère de l'Enseignement supérieur, ce mercredi à partir de 10h00.
Rappelons qu'une plateforme a été mis en place pour recenser les étudiants venus d'Ukraine et leurs disciplines. Cette dernière a accueilli les dossiers de 7283 étudiants dont 75% suivaient des formations en médecine, médecine dentaire et pharmacie. Tandis que 21% étaient dans des formations d'ingénierie, et 1% en droit, économie et administration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.