Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    Incendie à Arribat Center: pas de dégâts, selon la direction    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Spotify fête son premier anniversaire au Moyen- Orient et en Afrique    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    Instagram veut empêcher les moins de 13 ans de s'inscrire    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    OCP MS devient le 1er centre certificateur Mobius au Maroc    Tous à Londres, personne à Madrid!    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Mouvement national, Koutla et gauche: des faits pour l'histoire    Le tourisme, un maillon à fortifier!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    «Jeshop.ma» : Un pop-up store mis en place au FIFM    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    21e anniversaire de la disparition de Feu SM Hassan II    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Bourita rencontre Pompeo    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    FIFM 2019: Etoile d'or du festival pour Priyanka Chopra    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Soutien social au profit des handicapées : les résultats d'une étude présentés devant le conseil de gouvernement    Kia lance la prise de rendez-vous 100% en ligne    BatenborcH International Maroc et Afrique a soufflé sa sixième bougie en novembre    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    La Reine d'Espagne inaugure une exposition sur les arts amazighs en présence du Dr Leila Mezian Benjelloun    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Compétitivité    Ouverture à Tanger du 2ème Forum sur le rôle des zones franches et industrielles    L'APEBI appelle à la mise en place d'une gouvernance numérique regroupant l'ensemble des grands ministères    Les camps de Tindouf mis sur la sellette par le Canada    Le secrétaire général de l'UMA rend hommage à S.M le Roi    Le Raja acculé à l'exploit au stade des Martyrs à Kinshasa    Inauguration du Tribunal de Tifelt par Mohamed Benabdelkader    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    "Abidat Rma" font le show à New Delhi    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Le retour de Hakimi au Real est décidé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tir aux flancs des braconniers
Publié dans MarocHebdo le 21 - 02 - 2014

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1060 - du 21 au 27 février 2014
Retour
Malgré des lois strictes qui pénalisent tous ceux qui tuent ou chassent à des fins lucratives des oiseaux de proie et autres rapaces comme les aigles, les faucons et les vautours, ces espèces sont sur le point de disparaître au Maroc.
Abdelhak Najib
Le spectacle est surréaliste. Place Jamaa El Fna à Marrakech. Un vieux bonhomme, assis à même le sol, une jambe tendue, chaussure noire Puma, chapeau de paille en guise de couvre chef, l'air insouciant, présentant deux spécimen rares d'oiseaux majestueux, qui n'ont plus de leur superbe que de vieilles reliques. Un vautour de l'Atlas capturé et offert aux passants pour quelques centaines de dirhams. Et un petit faucon. Pour les amateurs de taxidermie, le résultat de la course ne dépasserait pas les 500 dhs. Pour le vieux, c'est une aubaine. Mais le bonhomme ignore tout sur les lois et les règlementations en cours pour la protection de ce type d'espèces. La loi numéro 29-05, relative à la protection des espèces de flore et de faune sauvage et de leur commerce est pourtant claire.
Sanctions sévères
Le dahir du 2 juillet 2011 ne souffre aucune ombre. L'article 63 stipule ce qui suit: «Est puni d'une amende de 30.000 à 100.000 dirhams pour les spécimens des espèces classées dans la catégorie I; d'une amende de 20.000 à 50.000 dirhams pour les spécimens des espèces classées dans la catégorie II; d'une amende de 5.000 à 20.000 dirhams pour les spécimens des espèces classées dans les catégories III et IV, quiconque importe, exporte, réexporte, fait transiter ou introduit en provenance de la mer tout spécimen de ces espèces sans avoir le permis ou le certificat correspondant, en violation des dispositions de la présente loi; détient, transporte, vend, met en vente, achète, utilise à des fins commerciales un spécimen de ces espèces sans pouvoir apporter la preuve que ce spécimen a été acquis conformément aux dispositions de la présente loi et des textes pris pour son application...».
La question que se posent de nombreux internautes sur les réseaux sociaux (car un collectif a été créé pour dénoncer ce type de trafic lucratif) est simple: les autorités ont-elles réagi? Et le Haut commissariat aux eaux et forêts a-t-il pris les mesures qui s'imposent pour mettre fin au carnage? Malin celui qui saura répondre avec exactitude tant le problème des espèces protégées au Maroc demeure très secondaire, voire inintéressant. Un internaute a même écrit que «c'est tant mieux si le bonhomme peut se faire quelques centaines de dirhams en vendant cet oiseau».
Trop tard
Mais le sort réservé aux rapaces du Maroc est partout le même. Aigle royal, aigle empereur, faucon, buse, milan, vautour gypaète... font les frais du trafic. En juillet 2013, pas moins de 300 oiseaux ont été destinés à l'Algérie par des trafiquants. La cargaison a été saisie in extrémis par les services de la Gendarmerie royale. Et chaque saison apporte son lot de carnage. Des autochtones dans les régions montagneuses ont trouvé le bon filon et s'adonnent à un jeu juteux où il suffit de piéger un rapace pour en tirer des sommes conséquentes. Certains spécialistes parlent d'oiseaux pouvant atteindre les 250.000 dhs au marché noir.
Pas étonnant que certains en font leur travail favori. Et à plein temps. En dehors du vautour dont il ne reste que quelques représentants, des faucons qui n'ont été sauvés que par la tradition et un centre d'élevage dans le Souss, quelques faucons pèlerins qui nichent dans les villes comme Casablanca où les pigeons et autres souris leur offrent un gibier garanti, le plus gros des rapaces du Maroc, pays connu jadis par sa richesse en oiseaux majestueux, a disparu. Le plus emblématique demeure le cas du gypaète barbu. Les chercheurs ont établi qu'entre 1905 à 1980, le gypaète barbu vivait dans toutes les montagnes du Maroc et même à très faible altitude.
De 1980 à 2000, il a disparu dans le Rif et on ne le trouvait plus que dans le Haut-Atlas et l'Anti-Atlas.

A compter de 2001, le gypaète barbu n'a été aperçu que dans 4 secteurs: Toubkal, Haute Tessaout, M'Goun et Haut Ahansal, dans le Haut-Atlas. Ceci pour une espèce qui jouit de l'intérêt des ornithologues et pour laquelle un programme a été mis en place pour la sauver. Que dire alors des autres oiseaux qui, non seulement n'ont plus d'habitat naturel, mais là où ils apparaissent, il y a un fusil pour les abattre ?
![if gt IE 6]
![endif]
Tweet