Peine de mort. Le tueur de Adnane sera-t-il exécuté ?    A travers « Souss Launchpad » : Enactus accompagne 800 jeunes dans le Souss Massa    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Sahara marocain : Le Bundestag rejette la discussion d'une motion hostile au Maroc    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 15 janvier    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Renaulution. Nouveau plan stratégique de Renault    Covid-19 : L'infection procure une immunité naturelle de 5 à 8 mois    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Développement territorial et résilience : La Banque mondiale appuie la gestion durable du littoral marocain    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    ONP : Digitalisation de la criée    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Premier League : Aston Villa covidé, son match de dimanche reporté    Début d'un confinement strict    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    Migration : la justice espagnole approuve les aides accordées au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Afilal face à ses juges
Publié dans MarocHebdo le 08 - 05 - 2014

Une rentrée chaude pour les mis en cause dans le scandale du projet social Hassan II. La première audience de leur procès est prévue pour le 15 septembre à la Cour d'appel de Casablanca.
Afilal face à ses juges
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Abderrazzak Afilal n'a rien pu devant la ténacité du juge d'instruction.
Le parlementaire istiqlalien Abderrazzak Afilal est sous le coup de poursuites judicaires. Il est accusé de participation à la dilapidation de deniers publics dans le cadre du projet Hassan II pour le relogement des bidonvillois des Carrières centrales. Et ce du temps où il était président de la commune de Hay Mohammadi Aïn Sebaâ, entre 1983 et 1992.
L'ancien secrétaire général pendant plus de quarante ans de l'Union Générale des Travailleurs du Maroc (UGTM), membre du comité exécutif du parti de l'Istiqlal, n'a rien pu face à la ténacité du juge d'instruction chargé du dossier, Me Jamal Serhane. Ce dernier, et après presque un an d'enquête, a terminé son rapport en août dernier et a renvoyé les mis en cause devant la chambre criminelle de la cour d'appel de Casablanca. Une première audience est prévue pour le 15 septembre 2006.
A côté de M. Afilal, qui considère son procès comme une affaire politique visant à le museler, on retrouve un autre istiqlalien, parlementaire lui aussi. L'entrepreneur Youssef Tazi, patron de la société SET, et qui a eu en 1988 le marché portant sur les travaux de voirie et de canalisations pour le compte du projet Hassan II. Montant du marché, 10 millions de dirhams. Mais, M. Tazi, fils du dignitaire istiqlalien Abdelhaq Tazi, soutient que son entreprise a réalisé des travaux estimés à 7,2 millions de dirhams dont il n'a perçu que 5,3. Ce qui a conduit à un litige entre la commune et l'entreprise. Mais le plus important n'est pas là. M. Tazi, comme d'ailleurs M. Afilal, devra répondre des accusations de dilapidation de deniers publics. Les deux sont interdits de quitter le territoire et leurs biens et comptes bancaires ont été confisqués.
C'est Lahcen Haïrouf, ancien président de la commune de Aïn Sebaâ de 1992 à 1997, qui purge actuellement une peine de trois ans de prison après sa condamnation en avril 2006 dans le cadre de l'affaire de mauvaise gestion de Casablanca, qui, lors de l'instruction de l'affaire Slimani, a parlé de détournements ayant entaché la gestion du projet Hassan II. M. Haïrouf lui-même comparaîtra de nouveau devant les juges pour répondre des accusations de dilapidation de deniers publics dans le cadre de ce dossier. Tout comme l'entrepreneur Boujemâa El Youssefi, lui aussi déjà condamné dans l'affaire Slimani à 6 ans de prison ferme.
Des architectes et responsables de bureaux d'études sont également de la partie: il s'agit notamment de Saâd Benslimane, Abdelhaq Mahfoudi, tous deux en fuite, Sabah Bakr, Khadija Guedira, Youssef Alami Idrissi, Rachid Tazi, Saïd Lazrak, Mohamed Lahlou, Abdelaziz Mchiche Alami. Ils doivent répondre de chefs d'accusation de participation à la dilapidation de deniers publics, abus de pouvoir…
De quoi s'agit-il au fait? En 1983, sur instruction de feu SM Hassan II, une décision avait été prise pour le relogement des habitants du bidonville Carrières Centrales, relevant de la commune de Hay Mohammadi Aïn Sebaâ. Il fallait construire des habitations décentes pour les quelque 10.000 familles du célèbre bidonville. Pour avoir droit à un appartement, chaque famille a payé 100.000 dirhams sur plusieurs tranches. Mais aucune de ces familles n'a eu de logement. Leur plainte, déposée en 1996, n'a pas eu l'effet escompté. Elles attendent toujours d'être rétablies dans leurs droits.
En effet, dès son arrivée à la tête de la commune de Aïn Sebaâ, en 1992, M. Haïrouf met ledit projet en veilleuse. Pourtant, EMBA, la société bénéficiaire du marché pour la construction des immeubles où devaient être relogés les bidonvillois des Carrières Centrales, avait, à cette époque déjà, achevé la construction de trois immeubles. Boujemaâ Youssefi, le directeur d'EMBA, avait même reçu des mains de Abderrazzak Afilal un chèque de 8 millions de dirhams en guise d'avance sur les travaux.
M. Haïrouf avait demandé à l'avocat du syndicat intercommunal de procéder à la résiliation des contrats des bureaux d'études et des entreprises puisque rien n'avait été réalisé.
Quand, en 1997, Laâfora est nommé gouverneur de Aïn Sebaâ, c'est une série de décisions incompréhensibles qui commence. Le gouverneur relance le marché. C'est la COGEBA (Construction, Gestion et Bâtiment), dirigée par le duo Saïd Lazrak et Abderrazzak Benkirane, qui le remporte, suite à un appel d'offres. Elle achète les terrains à 50 dirhams le mètre carré. Mais, en contrepartie, la COGEBA s'engage à rembourser les dettes antérieures du projet, dont celle due à Youssef Tazi, estimée à 1,8 million de dirhams.
Au bout de plusieurs années, sur les 10.000 logements prévus initialement, seuls 2.121 seront construits par cette société. Ce qui n'empêchera pas la COGEBA d'empocher d'énormes sommes d'argent grâce à un crédit de 100 millions de dirhams accordé par le CIH. Elle profitera également d'un fonds d'investissement de 50 millions de dirhams avancé par la commune de Aïn Sebaâ.
Vingt ans après le lancement du projet Hassan II, la justice s'est sérieusement saisie du dossier. Même si Afilal, Tazi et les autres interjettent appel contre la décision de Me Serhane de les renvoyer devant la chambre criminelle, plus rien ne semble pouvoir arrêter la machine judiciaire.