Maroc : Le Conseil de la concurrence sensibilise au droit de la concurrence    France Réforme des retraites: Macron "joue avec le feu" prévient le SG de la CGT    Covid/Maroc : la situation épidémiologique actuelle «est la meilleure» depuis mars 2020    Le dessalement de l'eau et le traitement des eaux usées, des solutions optimales au Maroc    Mondial des Clubs : Al Ahly est fin prêt pour défendre ses chances et atteindre la finale    L'édition 2023 du Trophée Hassan II de golf est « exceptionnelle à tous les niveaux »    média nigérian : CAN-2025 Le Maroc terre d'accueil des équipes africaines    Algérie : Nouvelle mission au petit fils de Nelson Mandela    فيروس كورونا : المغرب يسجل 18 إصابة دون وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Le 7è Forum des universités espagnoles fait escale à Rabat    Sahara marocain / Culture : Abondance du patrimoine matériel et immatériel    Séisme en Turquie: l'état d'urgence décrété dans les zones dévastées    Compteur Coronavirus : 18 nouveaux cas, plus de 6,87 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    La Bourse de Casablanca termine dans le vert    journal ivoirien : « Foire 1-54 a Marrakech » La galerie Cécile Fakhoury expose les œuvres de cinq artistes    Amina Bouayach : Le droit à l'eau est fondamental et prioritaire face au stress hydrique    Pegasus : au Parlement européen, le spin doctor d'Emmanuel Macron mène une guerre lâche contre le Maroc    Un journal allemand met la lumière sur un scandale de blanchiment d'argent et de terrorisme impliquant le « polisario »    L'AMMC présente ses priorités d'actions pour l'année 2023    France : deux touristes brésiliennes victimes d'une agression sexuelle et d'un viol au pied de la Tour Eiffel    Le Maroc et les Pays-Bas envisagent d'élargir leur accord d'extradition    « La Voix de l'Avenir », une initiative visant à organiser un concours de chant pour les étudiants    Le projet de loi sur l'autoproduction d'énergie électrique adopté    M. Echarkaoui au forum de la MAP: l'Agence Bayt Mal Al-Qods Acharif a réalisé 200 grands projets entre 2000 et 2022    Mariage des mineurs au Maroc : plus de 13.000 demandes acceptées    COREP de l'UA : Le Maroc réitère l'impératif d'une bonne gouvernance administrative et financière au sein de l'Union    Les échanges commerciaux entre le Maroc et l'Allemagne ont atteint 4,9 milliards d'euros en 2022    Lions de l'Atlas : 5 nouveaux joueurs dans la prochaine liste de Regragui ?    France : les deux femmes voilées violentées par la police sur le Pont de Clichy placées en garde à vue    Tétouan: un mort et 40 blessés dans un terrible accident    Mondialito: les joueurs du Wydad abattus après l'élimination    Coupe de France: OM-PSG pour les étincelles, Vierzon pour l'exploit    L'Angola commercialise son satelite AngoSat-2    Rabat : Hommage posthume à l'érudit feu Mohamed Benchekroun    Séisme en Syrie et en Turquie: L'UNESCO apporte son soutien    Open international de taekwondo : Six médailles dont 1 en or pour le Maroc    Le milieu rural dispose de 71% des établissements de soins de santé primaire    Ukraine: le chef de l'ONU s'alarme du risque d'une «guerre plus large»    Les prix des produits pétroliers destinés à l'UE pourraient augmenter de 30%    Séisme en Turquie : Le roi adresse un message de condoléances à Recep Tayyip Erdoğan    La Chambre des conseillers clôture mardi la première session de l'année législative 2022-2023    Indépendance du pouvoir judiciaire : le plaidoyer de El Hassan Daki    Météo Maroc: temps froid et risque de pluie ce mardi    Revue de presse quotidienne de ce mardi 7 février 2023    Conseil de gouvernement : la reconnaissance des études dans les Etats arabes au menu    Meknès accueille la 21e édition du Festival International de Cinéma d'Animation    Parution du 75e numéro de la revue de la Gendarmerie royale    Le roi adresse un message de condoléances à la famille de feu Mohamed El-Ghaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Driss Chahtane: «J'implo re la grâce royale»
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014

INTERVIEW. Le directeur de l'hebdomadaire Al Michâal, Driss Chahtane, a été arrêté le 15 octobre 2009 suite à la publication d'un article sur la santé de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Les informations contenues dans ce texte ont été jugées “diffamatoires” par la justice, qui a condamné M. Chahtane à un an de prison ferme. Il en a purgé quatre mois à la prison Zaki de Salé et il est, depuis un mois, à la prison Oukacha, à Casablanca. Du fond de sa cellule dans le pavillon 2, Driss Chahtane répond aux questions de Maroc Hebdo International, et implore la clémence et la grâce royales. Il revient avec nous sur son état de santé, son isolement, le clavaire de son épouse, Siham, enceinte de quelques mois, et de Sabrina, sa fille âgée de deux ans.
Propos recceuillis par Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Maroc Hebdo International: C'est votre cinquième mois en prison. Comment vous sentez-vous?
Driss Chahtane: C'est l'enfer. D'abord à la prison Zaki à Salé où je suis resté presque quatre mois. Puis à Oukacha, à Casablanca, depuis un mois. Je vous avoue que je suis à bout, épuisé et désespéré.
Vous comparaissez devant les juges pour une autre affaire…
Driss Chahtane: Le mardi 9 février, j'ai comparu devant les juges pour l'affaire Amahzoune, qu'on m'a sortie alors que je fais déjà l'objet d'une condamnation d'un an de prison ferme. C'est pour cela, je pense, qu'on m'a transféré à Oukacha.
Etes-vous maltraité en prison?
Driss Chahtane: À Zaki, on m'avait jeté en isolement dans une cellule sale. J'arrivais à peine à respirer tellement c'était puant. À Oukacha, c'est pire. On m'a mis dans des anciennes toilettes, exiguës, où il m'est difficile de bouger.
On a même poussé des détenus à me harceler, question de m'intimider. Je suis soumis à l'humiliation constante. Pourquoi ce traitement inhumain? Suis-je un assassin, un trafiquant de drogue, un récidiviste? Mon tort est d'avoir écrit un article jugé, à juste titre, diffamatoire à l'égard de Sa Majesté le Roi. Je reconnais qu'il s'agit là d'une erreur pour laquelle j'ai demandé pardon. Alors pourquoi s'acharner sur moi? Je suis un journaliste. C'est un métier que j'ai choisi en fréquentant une école de journalisme, à savoir, l'ISIC de Rabat. Comme tout être humain est susceptible de le faire, j'ai commis une faute que je ne referai jamais.
Vous avez déclaré que vous êtes malade et que vous avez refusé de vous soigner?
Driss Chahtane: Je n'ai jamais refusé les soins. Ce sont les conditions dans lesquelles on veut me les administrer que je n'admets pas. On me force à porter la tenue du prisonnier et à enlever mes chaussures. Pour quelles raisons? On voit bien que je suis très malade. J'ai subi une opération sur l'oreille gauche avant mon arrestation et je devais en subir une autre en novembre 2009 sur l'oreille droite. Ce qui n'a jamais pu se faire. Aujourd'hui, j'ai des pertes de conscience au moins cinq fois par jour.
Et ceci, la direction de Oukacha l'a bien constaté. Je souffre le martyre à cause des douleurs aiguës de mes deux oreilles. J'ai perdu plus de 20 kilos en prison. Sans oublier que je suis diabétique. Et je ne voudrais surtout pas m'étaler sur l'impact psychologique de l'emprisonnement en isolement comme si j'étais un criminel dangereux. Je vis l'enfer et j'attends que cela finisse. Je suis abandonné de tous. Où sont mes amis, mes confrères? Je suis presque oublié. Mon seul et unique soutien, c'est Siham, mon épouse.
Siham, qui attend un enfant…
Driss Chahtane: Effectivement. Et qu'elle a bien failli perdre. Les premiers mois à la prison de Zaki ont été terribles pour elle. Elle me rendait visite trois fois par semaine en faisant la navette Casablanca-Salé par train. C'était trop pour une femme enceinte de six mois.
Elle a eu une grave hémorragie qui a failli les emporter, elle et le bébé. C'est une double peine pour moi de voir mon épouse malmenée à cause de mes erreurs. À chaque fois que je reçois la visite de ma fille Sabrina, deux ans, je suis anéanti. J'ai peur que mon deuxième enfant vienne au monde alors que je suis encore en prison. C'est ma hantise, je n'en dors plus.
Contestez-vous le motif pour lequel vous avez été condamné?
Driss Chahtane:
Non je ne le conteste pas. Je le répète, c'est une grave erreur. Je la regrette amèrement. J'aurais aimé ne jamais avoir écrit ce texte. Mais le mal est fait. Cependant, j'estime avoir lourdement payé pour cela. Aujourd'hui, comme je l'ai déjà exprimé dans une lettre que j'ai adressée à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, j'implore sa clémence et sa grâce.
Le Souverain est mon seul et unique recours. En prison, j'ai eu tout le temps de ruminer les choses et de me rendre à l'évidence. Après cinq mois d'incarcération, je demande humblement au Souverain de me libérer et de me rendre à ma petite famille, dont je suis le seul soutien.