Guergarate : Fanfaronnades algéro-polisariennes, saison II    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Baromètre des risques 2021 pour les entreprises : La Covid-19 en tête de liste    De nouvelles normes marocaines d'application obligatoire à partir de mars    Meilleurs employeurs au Maroc 2021 : Les inscriptions sont ouvertes    Confinement en France. Les patrons se rebiffent    Air Arabia : La ligne Casablanca-Guelmim lancée    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dialogue interlibyen : La Ligue arabe salue les nouvelles avancées réalisées au Maroc    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Le Maroc au Chan : vaincre et convaincre    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Casablanca: Début de la distribution du vaccin anti-coronavirus sur les régions    L'UNESCO pour le Maghreb célèbre l'éducation    Maroc: la campagne de vaccination peut (enfin) démarrer    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Officiel : Biden soutient la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Deux points de perdus et piètre prestation de l'EN face aux modestes Rwandais    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Le Real reprend confiance    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hassen Chalghoumi, l'imam de la République
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014


Hassen Chalghoumi,
l'imam de la République
Tolérance. L'imam de Drancy a été l'objet de violentes représailles à cause de ses prises de position anti-burqa et de son amitié avec la communauté juive de France.
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Hassen Chalghoumi.
Il devait s'y attendre, l'imam tunisien qui officie à Drancy, ville martyre pour la communauté juive de France. Il n'est pas de bon ton d'être l'ami des juifs ni de parler des crimes nazis comme de crimes contre des frères, pour les fondamentalistes musulmans. Et c'est ce pas qu'a franchi Hassen Chalghoumi en rappelant les horreurs de l'Holocauste et en se lançant dans une croisade solitaire contre la burqa. C'est d'ailleurs à l'occasion du mémorial de la déportation de Drancy, en mai 2006, que Hassen Chalghoumi se fait remarquer. Il annonce alors qu'«à quelques mètres d'ici, des personnes innocentes ont souffert d'une injustice sans égale, avant d'être déportées à Auschwitz, juste car elles étaient juives.» Il terminera en affirmant avec certitude et amitié, que «issus de la même famille, enfants d'Israël et d'Ismaël sont des cousins, et ce encore aujourd'hui.» Accusé par les fondamentalistes musulmans d'être “l'Imam des juifs”, M. Chalghoumi fait l'objet de représailles dès le lendemain et sa maison est saccagée.
Parallèlement, l'Imam qui prône la fraternité et l'égalité, notamment devant Dieu, devient l'imam du rapprochement et du dialogue interreligieux et, en 2008, lorsque le maire Lagarde rencontre les associations musulmanes qui souhaitent bâtir un lieu de culte, Chalghoumi est pressenti, et le maire avance la somme de 1,8 million d'euros pour la Mosquée al Nour de Drancy.
Chemin de croix
Chalghoumi multiplie alors les actions pour la paix interreligieuse. Il prend contact avec l'église et la synagogue voisines, invite les responsables juifs dans sa mosquée, favorise les rencontres entre fidèles et prend comme conseiller bénévole un membre de la communauté juive chargé d'améliorer les relations judéo-musulmanes dans la commune: le médiateur interculturel Bernard Koch. Il est, pour son action de paix et d'ouverture, reçu à l'Elysée par le Président Nicolas Sarkozy.
Le chemin de croix de l'imam prend acte en 2010 lorsque les colonnes du Parisien du 22 janvier relatent le débat organisé après la dernière prière à la mosquée al Nour de Drancy, au sujet de la prise de position officielle de Hassan Chalghoumi au sujet de la nécessité de voter une loi interdisant le voile intégral dans la République française. Il déclarera lors de son interview: «la burqa est une prison pour les femmes, un outil de domination sexiste et d'embrigadement islamiste». Dès lors, de vives menaces ont été proférées contre l'Imam de la République, le poussant à demander une escorte policière permanente.