Les USA n'ont fait que dire tout haut ce que pensent les autres Etats et le Conseil de sécurité    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Procès à distance : Quelque 6.421 affaires mises au rôle du 12 au 15 janvier    Situé à Casa Anfa : Un Institut «nouvelle génération» sur le digital verra bientôt le jour    «En 2020, l'offshoring marocain a montré sa capacité exceptionnelle à résister»     Brand & Image et Kam Global Strategies annoncent le premier partenariat stratégique en RP    Recherche & Développement : le Maroc joue la carte des réseaux intelligents    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    Masque en tissu : voici les nouvelles recommandations    Coronavirus : voici les variants les plus compliqués à maîtriser par le système immunitaire [Etude]    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    Virus Covid mutant: Le Maroc se ferme à l'Australie, le Brésil, l'Irlande et la Nouvelle Zelande    Norvège. Le vaccin Pfizer fait 23 morts    Eliminatoires Afrobasket (Tunisie, 17-21 février 2021) : Stage de l'équipe nationale seniors    Maroc/Etats-Unis : Echange de distinctions au sommet des deux Etats    Déclaration de Houcine Ammouta : « La victoire face au Togo est d'une importance capitale dans la course au titre »    RNI Academy, une nouvelle structure pour la formation des élus de demain    La BAD compte sur le Maroc pour développer son indice    Véhicules acquis à l'étranger : Les droits d'immatriculation peuvent être payés en ligne    Performance du secteur privé : La CGEM lance la 4ème édition de son baromètre    Euromed : Quel avenir ?    Régime fiscal : Oxfam appelle à la réduction des inégalités    Mondial de Handball 2021 : Le Maroc s'incline face à l'Islande (23-31)    Nouvelle variante du Covid: le Maroc suspend ses vols en provenance de plusieurs pays    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Crainte d'un choc environnemental suite à la reprise des industries    Evolution du coronavirus au Maroc : 473 nouveaux cas, 460.144 au total, lundi 18 janvier 2021 à 18 heures    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    L'Inter dompte la Juventus    Narcotrafic et émigration clandestine dans la nasse    Maroc/Etats-Unis : David Fischer rend hommage au Maroc et à son Roi (vidéo)    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Dakhla consacrée "Région de rêve 2021"    David SERERO. « Je souhaite monter la première troupe d'Opéra Royale du Maroc »    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    La nouvelle ère en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Drancy: La mosquée sous haute surveillance
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014

Muuslmans. La mosquée de Drancy, en région parisienne, est depuis des mois le théâtre d'affrontements entre partisans et adversaires de l'imam controversé Hassan Chelghoumi.
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , Paris
Hassan Chalghoumi, imam de Drancy.
La mosquée de Drancy, théâtre de tensions depuis les prises de position anti-burqa de son imam, Hassan Chalghoumi, a rouvert dans une ambiance agitée pour la prière du vendredi 12 mars qui s'est déroulée sous haute surveillance policière. A tel point que le Conseil français du culte musulman (CFCM) a lancé «à toutes les personnes concernées un appel solennel à l'apaisement et à la retenue pour permettre aux fidèles de la mosquée d'exercer leur culte dans la sérénité, la paix et la dignité».
Le CFCM a, également, appelé dans un communiqué parvenu à Maroc Hebdo à Paris, «au respect de la dignité de tous les lieux de culte qui doivent rester des lieux de prière et de recueillement», après que la prière de vendredi dernier ait été de nouveau perturbée par des frictions entre le collectif pro-palestinien Cheikh Yassine, présidé par le franco-marocain Abdelhakim Sifrioui, et l'imam de la mosquée, Hassan Chalghoumi, un Tunisien soutenu par Jean-Christophe Lagarde, maire du Nouveau Centre de Drancy, et Claude Bartolone, président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.
Selon l'Association culturelle des musulmans de Drancy, que dirige Chalghoumi, des membres du collectif Cheikh Yassine manifestent chaque vendredi depuis un mois et demi pour réclamer le départ de Hassan Chalghoumi, voire la fermeture de ce lieu, qu'il qualifie d'“impur”.
Outre ces frictions, les fidèles ont découvert avec consternation que leur mosquée était truffée à leur insu de caméras. Dans la salle de prière réservée aux femmes, il y avait également une caméra cachée! Qui visionnait les enregistrements faits par ces multiples caméras?, se demandaient les fidèles de cette mosquée en désignant du doigt Hassan Chalghoumi: «Tu es le traître des musulmans», lui lancent quelques dizaines de personnes rassemblées, devant le lieu de culte de Drancy.
Pour la sixième semaine consécutive, et alors que la mosquée a été fermée durant trois jours, la prière a été de nouveau troublée par le collectif Cheikh Yassine qui reproche à Chalghoumi «son rapprochement avec la communauté juive, ses propos anti-burqa, l'opacité des comptes de l'association, ou l'installation de caméras dans la mosquée».
La religion en otage
D'autres s'essayent au dialogue de sourds. «On ne sait pas ce que deviennent nos dons», s'interroge un fidèle. «Va voir le maire!», lui répond une autre.
Et nombre de fidèles, sans tomber dans le camp des anti-Chalghoumi, font part de leur «ras-le-bol» face à la «prise en otage» de leur mosquée. «Hassan, c'est devenu le roi-Soleil», regrette pour sa part Farid Besnard, membre de l'association entré en dissidence. Pour la première fois, dit-il, l'entrée de la mosquée lui a été refusée.
Beaucoup ne voient d'issue que dans le départ de Chalghoumi. «Il a été mis là par la mairie. Maintenant il faut qu'il démissionne, on revote et on voit. S'il est réélu, il reste, sinon il part», conclut, sans animosité, un fidèle. D'ici là, les vendredis promettent d'être houleux.