Akhannouch a salué la « nouvelle génération » d'acteurs économiques    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 30 novembre    Qatar 2022: le point des groupes C et D    Maroc-Canada: à quelle heure et sur quelles chaînes ?    Les confessions touchantes du père de Walid Regragui (VIDEO)    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce jeudi (Villes concernées)    Météo Maroc : les températures baissent ce mercredi 30 novembre 2022    La Bourse de Casablanca débute en baisse    TGCC : Des projets d'expansion dans le pipe d'ici fin 2022    CDG : Comment se présente 2023 ?    Bank of Africa : Hausse de 5% du PNB au 3ème trimestre    Marketing territorial: l'implication citoyenne est indispensable    Maroc : Démarrage de la période de souscription à l'introduction en bourse d'Akdital    Des mesures concrètes pour la Palestine mises en lumière par le Souverain    Décès de l'ancien président chinois Jiang Zemin    USA: Biden appelle le Congrès à agir pour éviter la grève du fret ferroviaire    9è Conférence sur les armes biologiques : L'ONU plaide pour des progrès même en "période de défis géopolitiques"    Après le Maroc, l'Algérie négocie l'achat de missiles balistiques chinois    Entretien téléphonique entre le roi Mohammed VI et l'émir du Qatar    Révolution médicale    FAMI 2022 : Les managers territoriaux d'Afrique en conclave à Agadir    Le jumelage institutionnel entre le SGG et le Conseil d'Etat d'Italie a atteint ses objectifs    Qatar 2022 : Dans quel cas la Tunisie peut se qualifier pour les huitièmes de finales    Mondial : voici les premières affiches des huitièmes de finale    Volley-ball : Réélection de Bouchra Hajij pour un nouveau mandat à la tête de la CAVB    Cameroun : Le gardien Onana écarté pour «indiscipline»    Le Brésil et le Portugal en huitièmes, le Ghana se rachète    Bénin-Maroc: échange des instruments de ratification relatifs à la Convention en vue d'éviter la double imposition (communiqué)    Charte de l'investissement. La Chambre des Conseillers adopte le projet de loi-cadre    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 30 novembre 2022    Tentative de suicide d'un touriste français soupçonné d'homicide volontaire : Une enquête judiciaire est ouverte à Marrakech    Première en Afrique : Le Maroc se dote d'une unité de radiothérapie adaptative    Le sida est toujours là... Faisons un don !    Peines alternatives : Pomme de discorde entre Ouahbi et Hajoui !    Interview avec Pr Tayeb Hamdi :« Aucune raison de s'inquiéter de la grippe cameline »    Exposition «Melehi à Loft Art Gallery 2009–2020» : Histoire de complicité entre un artiste et sa galerie    Protection du patrimoine : Le Maroc et l'Unesco scellent un accord-cadre de partenariat    8 longs-métrages et 3 courts-métrages à découvrir dès le 7 décembre    Chambre des conseillers: Akhannouch se félicite des étapes franchies en matière de justice sociale    Front commun Maroc-UNESCO pour la protection du patrimoine    Rabat : théâtralisée de «Comme la mer, mon amour»    Message Royal à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien    Cinéma : Une célébration haute en couleur pour la 20e édition anniversaire du FIFM    Maroc : Le gouvernement promet d'accélérer l'introduction de l'amazigh dans l'administration    L'exposition itinérante de l'artisanat sino-marocain fait escale à Marrakech    Le Maroc sous le leadership visionnaire de SM le Roi, engagé à faire des problématiques climatiques en Afrique une priorité (Diplomate)    L'Iran fait état de plus de 300 morts depuis le début des troubles    Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel: le roi se félicite de la qualité du partenariat entre l'Unesco et le Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les gueules noires marocaines dévoilent le racisme en France
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014

Conflit. Depuis le 13 avril 2010, le bras de fer est amorcé entre les mineurs marocains des ex-Houillères du Nord et l'Agence nationale de Garantie des Droits des Mineurs (ANGDM), à Noyelles-Sous-Lens. Les travailleurs du charbon exigent leurs droits.
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tout a débuté quand d'anciens mineurs marocains ont occupé les locaux de l'Agence nationale pour la Garantie des Droits des Mineurs (ANGDM) de Noyelles-sous-Lens pour exiger les avantages de logement et de chauffage auxquels ont droit les anciens mineurs français. Jusqu'à la fin des années 80, ces derniers ont travaillé dans les mines de charbon du nord du pays. Mais, au contraire des mineurs français, ils n'ont pas été autorisés à convertir en capital les avantages en nature que les employés des mines percevaient à vie, à savoir notamment la gratuité du logement. Aujourd'hui, ils se retrouvent avec des retraites minuscules qui ne leur permettent pas de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs proches. Pire encore, après plusieurs années passées dans le noir des houillères de France, les mineurs marocains sont, pour la plupart, menacés d'expulsion, et vivent d'une pension misérable.
Gain de cause symbolique
Déjà en mars 2010, les prud'hommes de Douai ont condamné les ex-Houillères du Nord-Pas-de-Calais pour discrimination à l'encontre de dix anciens mineurs marocains à qui elles refusaient les mêmes avantages qu'aux “gueules noires” français. Déjà mise en demeure en 2008 par la Haute autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité (Halde), l'ANGDM, qui gère les droits et les retraites des mineurs, a été condamnée à verser 40.000 euros à chacun des demandeurs.
«Le jugement est symbolique, il nous rend une partie de notre dignité», explique Abdellah Samate, président de l'Association des mineurs marocains du Nord-Pas-de-Calais (AMMN), fondée en 1989. «Ils sont venus nous chercher pour travailler dans les mines mais ils nous ont toujours mis à part. On n'a jamais été considérés comme les autres mineurs», ajoute M. Samate.
Après la fermeture des derniers puits dans les années 1980, les travailleurs marocains avaient fait valoir, en vain, leur droit à convertir en capital les avantages en nature que les mineurs perçoivent à vie comme la gratuité du logement et du chauffage, une procédure qui a permis aux mineurs retraités français et européens d'acquérir le logement qu'ils occupaient. Plus d'un millier de mineurs maghrébins, essentiellement marocains, sont concernés. L'ANGDM, créée en 2004, est chargée d'honorer les obligations sociales des anciennes sociétés d'exploitation minière envers leurs salariés retraités, dont celles des Houillères du Nord-Pas-de-Calais et de Charbonnages de France. Elle regroupe aujourd'hui près de 200.000 ayant-droits.
Ségrégation et discrimination
On comprend aisément le combat des mineurs marocains qui ont payé de leur santé dans les puits de charbon en France. Malades, vieux à quarante ans, leur vie est un sacrifice pour leurs proches. Par contre, l'attitude du gouvernement français, qui a engagé les charbonniers marocains, est pour le moins condamnable.
Quand ils étaient en activité, le statut de mineur des Marocains leur conférait logement et chauffage gratuit. Passés à la retraite, leurs collègues des mines, Français, ou ressortissants européens, ont gardé ce droit. Certains ont même pu convertir ces avantages en nature, et se sont vu offrir un capital qui leur a permis de racheter leur logement. Mais pas les mineurs marocains. Pourquoi? si ce n'est pas du racisme, ça y ressemble. Mais cette politique du deux poids, deux mesures est refusée par les mineurs marocains.
C'est donc pour protester contre cette injustice et tant d'autres, que ces anciens “gueules noires” occupent les devants de la scène en France et soulèvent un véritable tollé, relayé par la télévision, les journaux et soutenu par de grandes personnalités politiques et de nombreuses associations comme l'Association des mineurs et anciens mineurs du nord (AMMN), l'Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), l'Association Immigration et Droits des Migrants (IDM), la Fédération des Associations de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés (FASTI) ou encore l'Association Droit au logement (DAL).
Pour l'histoire
Il faut savoir que les mineurs marocains représentent la dernière grande vague importante d'immigration venus extraire le charbon dans les années 60 et 70 dans le Nord Pas de Calais. A cette époque, Les Houillères savent qu'il ne reste plus qu'une dizaine d'années à extraire le charbon et chargent à ce titre Félix Mora de recruter de la main d'oeuvre. Pour ce faire, Félix Mora se rend dans les campagnes marocaines à la recherche d'ouvriers avec comme attributions: du muscle, une bonne santé, être analphabète et, surtout, ne pas maîtriser la langue française.
En 1985, l'idée de la fermeture des Charbonnages se concrétise par la signature, entre l'ambassade du Maroc et les Houillères, d'un protocole d'accord, portant principalement sur l'aide au retour. En septembre 1987, les premières lettres annonçant la fermeture des mines en fin d'année tombent. Les mineurs bloquent les puits et entament une grève qui durera deux mois, d'octobre à novembre. Manifestations, occupations, meetings: deux mois de grève sans l'appui de leurs collègues français et avec le seul soutien de l'appareil syndical de la CGT.
Manipulations en chaîne
Une fois de plus, les mineurs résistent malgré les menaces et les convocations au consulat. Les Charbonnages sont contraints de renégocier. Un protocole d'accord est signé, le 1er décembre 1987, entre les Houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais (HBNPC) et le syndicat des mineurs CGT. Les salariés gagnent le droit de choisir librement entre le retour au pays ou la réinsertion en France. Les Houillères ont financé pendant deux ans les entreprises qui acceptaient d'engager les mineurs à la fermeture des Mines.
Concernant les mineurs marocains, la plupart on été orientés hors région et vers les tâches les plus pénibles comme le métro, le tunnel sous la Manche et le bâtiment.
Dans ce bras de fer, les Houillères ont profité de cette population fragile pour les forcer à signer l'abandon de leurs droits à vie: les avantages en nature. La plupart des mineurs ont cru signer une prime de licenciement alors qu'il s'agissait tout bonnement de l'abandon de leurs droits aux avantages en nature, le logement et le chauffage gratuit à vie.