Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hépatites B et C: 3 millions de Marocains atteints
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014

Dépistage. Le Maroc célèbre, le 19 mai 2010, la Journée mondiale des Hépatites.
L'occasion de sensibiliser le grand public à cette maladie qui touche 500 millions
de personnes à travers le monde.
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Pr. Driss Jamil, président de SOS Hépatites.
Au Maroc, les chiffres des hépatites sont alarmants. 3 millions de personnes sont atteintes des hépatites B et C. le tout dans un contexte médical où l'ampleur de la maladie reste toujours inconnue par le grand public, ce qui explique son diagnostic tardif. La Journée mondiale des Hépatites se présente donc comme une occasion pour alerter les citoyens marocains sur les dangers de l'hépatite et surtout les informer des précautions à prendre. Car, comme l'expliquent plusieurs spécialistes marocains, une connaissance de la maladie conjuguée à un dépistage rapide sont parmi les atouts qui permettent aux médecins de mieux soigner les patients atteints des hépatites.
Dépistage précoce
D'ailleurs, cette année, la journée mondiale a pour thème “Dépistage précoce des hépatites, un réflexe qui sauve”. Encore une fois, l'accent est mis sur l'urgence de consulter pour avoir le dessus sur la pathologie dans des conditions meilleures. Dans ce sens, la campagne 2010 a pour objectif de mettre en évidence l'impact humain de l'hépatite virale et, surtout, de démystifier ce fléau.
Le Pr Driss Jamil, président de SOS Hépatites Maroc, et membre du comité scientifique de l'Alliance mondiale des Hépatites, organisateur de cet événement international, a adressé une correspondance à la ministre de la santé, Yasmina Baddou, demandant le soutien de son département à la résolution sur les hépatites virales, qui sera débattue sous le numéro d'Agenda 11.12 lors de la 63ème réunion de l'Assemblée mondiale de la Santé, qui se tient fin mai 2010.
Il faut savoir que l'hépatite est une inflammation des cellules du foie qui touche 500 millions de personnes à travers le monde, soit 10 fois plus que le nombre de personnes infectées par le VIH/ Sida. D'ailleurs, 1,5 million de personnes décèdent chaque année suite aux hépatites A et B. «Le problème avec les hépatites, c'est que la plupart des gens infectés ne le savent pas. On accorde rarement de l'importance aux principaux symptômes de la maladie, notamment la fatigue, la perte d'appétit, les maux d'estomac ou encore les vomissements. Par ailleurs, je tiens à signaler que même si les hépatites ne sont pas inscrites dans les objectifs millénaires de l'OMS, plusieurs avancées ont été faites grâce, notamment, aux associations qui œuvrent pour la sensibilisation à la maladie», précise le Pr Driss Jamil.
Enfin, la Journée mondiale des Hépatites se veut également une opportunité pour réfléchir avec les pouvoirs publics sur les moyens et les méthodes pour assister les patients.
«Notre objectif dans l'association, c'est de défendre le droit des malades à avoir accès aux soins. En effet, il faut préciser que le coût des traitements des hépatites B et C, qui s'étalent sur plusieurs années, est onéreux. Aujourd'hui, la CNOPS prend en charge les traitements à hauteur de 100%, la CNSS, quant à elle, les prend en charge à 97%. Les assurances privées, qui pour la plupart disposent d'un plafond, ne remboursent qu'à une hauteur de 80%. Une situation qui complique davantage la vie des malades», ajoute le Pr Jamil.