Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casablanca souffre du manque de lieux de distraction
Publié dans MarocHebdo le 29 - 05 - 2014


MANEGES DEFECTUEUX
Pour les Casablancais, une sortie dominiciale est devenue un vrai casse-tête chinois. Les rues de la ville sont quasi désertes et seuls les parcs d'attraction, peu nombreux du reste, arrivent à attirer quelques badauds. Les différentes attractions représentent un réel danger. Bien sûr il y a la Corniche. Mais ce lieu est si sale et si malfamé qu'il est de plus en plus abandonné à son triste sort.
Sortir le dimanche à Casablanca, c'est faire preuve d'un acte de bravoure. Les rues et les ruelles de la ville, naguère animées par la circulation et les piétons, sont désertées. Seuls quelques passants arpentent encore les principales artères du centre ville.
Les cafés, hormis ceux du centre ville, voient leur clientèle diminuer sensiblement.
En sillonnant les rues de Casablanca, le dimanche, on a l'impression de découvrir une ville fatiguée par le tumulte et le vacarme et qui se complaît dans une torpeur qu'elle a du mal à quitter.
Le boulevard Mohammed V, principale artère de la ville et passage obligé de milliers d'automobilistes est la seule avenue qui continue à connaître un semblant d'activité, ce jour-là.
Les salles de cinéma, lieu de refuge de ceux qui ne peuvent supporter la solitude que leur impose cette journée, essaient, autant que faire se peut, de soigner leur programmation et leur service en vue de s'attirer le plus de clientèle.
Sécurité
Autres lieux qui attirent les Casablancais en cette journée: les parcs d'attraction. Peu nombreux, ces parcs font le plein.
Le Parc Yasmina, très fréquenté par les enfants, connaît une activité intense.
Journée de repos par excellence, le dimanche convient parfaitement à ce genre de loisirs.
Les différentes attractions, très prisées par les enfants, et même par les plus grands, enregistrent des taux de fréquentation très élevés.
Au boulevard Moulay Youssef, le regard est vite attiré par les lumières et les couleurs criardes des différentes attractions que propose le parc, et par la foule qui se presse à l'entrée. Une fois à l'intérieur, on découvre une ambiance plutôt bon enfant.
Des couples, encore jeunes en général, viennent avec leurs enfants, parfois seulement pour passer le temps et admirer ce festival haut en couleurs.
Hypnotisme
À y regarder de près, les manèges qui donnent l'impression d'être en très bon état, sont malheureusement dépourvus des équipements de sécurité requis. Les différentes attractions, qu'il s'agisse des toboggans, des labyrinthes, des montagnes russes ou des autres manèges, représentent un réel danger pour ceux qui les utilisent en cas de rupture de courant électrique. Les ceintures de sécurité, indispensables, son rarement présentes.
Les enfants, comme dans tous les lieux forains , gesticulent dans les bras de leurs parents; ils ne peuvent résister à la tentation d'essayer toutes les attractions que comporte le parc.
Leur désir de vivre des sensations fortes les hypnotise littéralement. Les cris de joie, mais aussi de peur de ceux qui ont acheté leurs tickets pour l'attraction de leur choix, intriguent ceux qui ne sont encore que spectateurs et qui hésitent encore à venir prendre part à la fête.
Les parents, partagés entre les supplications de leur progéniture et la peur bien compréhensible de les confier à des attractions dont rien ne garantit la fiabilité, finissent par céder car le jeu demeure essentiel pour l' épanouissement et la personnalité future de leurs enfants.
Le prix fixé à 1,50 Dh pour l'entrée au parc Yasmina, par exemple, s'il reste relativement abordable pour les parents dont le nombre d'enfants est limité, devient inaccessible dès qu'il s'agit d'une famille nombreuse.
Les tickets de manèges dont les prix varient entre 3 et 5 Dh, voire plus, font fuir les familles à revenus modestes qui y réfléchissent deux fois avant de se décider à amener leurs enfants au parc.
Sindibad, l'autre parc d'attraction de la ville, malheureusement elle n'en possède que deux, pâtit de son éloignement, il attire donc moins de monde. Ceux qui ne disposent pas de moyen de locomotion se trouvent obligés de prendre le bus avec leur enfants.
Ce qui fait hésiter plus d'une famille. Ce parc qui pratique les même prix que ceux de Yasmina, se trouve dans un piteux état. Les attractions sont mal entretenues et les consignes de sécurité sont souvent mal respectées, y compris par ceux-là même qui veillent à la sécurité des enfants.
Piteux état
Il est vrai que l'existence de ces parcs dans une ville comme Casablanca profite beaucoup aux enfants, mais aussi aux parents qui profitent de ce prétexte pour se détendre. Ils se souviennent ainsi de leur propre insouciance au temps où ils avaient le même âge.
Pour une ville de la dimension de Casablanca, il serait judicieux d'aménager et d'équiper d'autres parcs d'attraction pour en faire profiter le plus grand nombre.
La multiplication de ces lieux de loisirs profiterait sûrement à la population casablancaise qui pourrait bénéficier ainsi de prix plus accessibles. Le monopole actuel lui laisse peu de choix,
elle se trouve donc dans l'obligation d'accepter ce qu'on lui offre au prix où on le lui offre.