Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    GB: les femmes enceintes fortement encouragées à se faire vacciner, face au variant Delta    Hausse de 4,1% du crédit bancaire en juin (BAM)    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    Causalités foireuses et jugement médiatique orienté    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19. Le ministère de la Santé lance un appel à éviter les centres de vaccination à grande affluence    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    CEA-ONU : Les Initiatives Royales pour la promotion de la condition de la femme, saluées par Vera Songwe    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Le président russe félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    BCP : Un Produit net bancaire de 10,2 milliards DH à fin juin    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Banques participatives/ BAM : les dépôts à vue collectés grimpent de 49% en 2020    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    Marocanité du Sahara : Une reconnaissance américaine historique    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    Maroc : découvertes de vestiges archéologiques majeurs à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'offre couvrira la demande, mais les prix seront plus chers
Publié dans MarocHebdo le 03 - 06 - 2014


LA FÊTE MALGRE TOUT
Plus que quelques jours avant l'Aïd. Les bourses commencent déjà à se délier et les ovins à monopoliser la conversation. Même dans les sphères les plus hermétiques aux " choses de la campagne ". Cette année l'offre couvrira la demande, foi du ministère de l'Agriculture. Mais, les prix seront 15% plus chers.
Il faut dire qu'en plus de tous ses bienfaits, l'Aïd a cette particularité qu'il opère une véritable mise à niveau intellectuelle, concentrant les conversations des riches et pauvres, instruits et illettrés, absorbés et désuvrés, autour du même sujet. Le prix des moutons, la qualité de la viande, les meilleurs points de vente etc
Ceux qui préfèrent attendre la veille de l'Aïd pour faire une bonne affaire exposent avec moult détails leur stratégie à ceux, tout aussi convaincus, qui optent pour l'achat de l'animal quelques jours, voire quelques semaines avant l'Aïd. Quitte à contribuer à ce concert nocturne de bêlements qui gagne en puissance et virtuosité à mesure qu'approche la fête.
Sur le marché, il y en a pour toutes les bourses et pour tous les goûts. Sardi, Boujaad, Temahdit, globalement, les disponibilités en ovins de toutes catégories sont cette année suffisantes pour répondre à la demande prévisionnelle, assure-t-on au ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche maritime. Toutefois, on tient à prévenir que l'offre est relativement moins importante en ovins mâles performants dont l'âge dépasse un an.
À cela, deux raisons sont avancées : d'une part une campagne agricole marquée par des conditions climatiques assez difficiles et d'autre part les impératifs du calendrier qui ont fait que l'Aïd survienne cette année à proximité de la principale période d'agnelage.
Augmentation
Quoiqu'il en soit, l'offre est estimée à 5,7 millions d'ovins mâles et femelles, avec tout de même une contribution non négligeable des femelles, qui se monte à 37% contre 12% l'année dernière. Les prix, assure-t-on, dépendront de la qualité et " varieront de 15% par rapport à la situation de l'année dernière à la même période". Traduisez, les moutons seront plus chers de 15%.
Que les prix augmentant sensiblement chaque année n'a rien d'extraordinaire. C'est la loi du marché qui s'applique comme pour toute autre denrée. En quelque sorte, c'est tant mieux pour le milieu rural qui a bien besoin d'un coup de main en cette période difficile.
Profits
Les études ont en effet démontré que l'Aïd a un impact économique très important sur le milieu rural. Le chiffre d'affaires réalisé en cette période de fête progresse de 13% en moyenne chaque année . En 1998, il a été estimé à 5,1 milliard de Dh.
L'Aïd est également l'occasion de transferts financiers importants du milieu urbain vers le milieu rural. Le volume total de ces transfert était de 3,9 milliards de Dh en 1998, avec une progression de 20% par an.
Ces liquidités, en dépit des nombreux intermédiaires, profitent pour une large part aux éleveurs, eu égard à la nature des opérateurs qui interviennent pour la préparation des animaux pour l'Aïd.
Il faut savoir que toute une chaîne complexe se situe en amont du consommateur final. L'éleveur naisseur, pour adopter le jargon professionnel, n'en est que le point de départ.
Ce dernier se charge de la production d'agneaux jeunes sur parcours. Ne disposant le plus souvent pas de moyens suffisants, il vend la plus grande partie de ses animaux juste après sevrage, soit environ 3 mois après leur naissance.
D'autres éleveurs interviennent plus longtemps dans la chaîne. Ceux-là sont les naisseurs engraisseurs. Localisés dans les régions des Rhamna, Brouj, Khouribga et au moyen atlas, ils procèdent régulièrement à la préparation des animaux pour la fête, les gardant parfois jusqu'au moment de la vente au client final.
Entre ces deux catégories, les engraisseurs spécialisés achètent des ovins maigres 4 à 6 mois avant l'Aïd, les préparent à l'étable à base d'aliments concentrés, pour enfin les céder au prix fort en pleine période de fête. En période de sécheresse, leurs affaires marchent bien, puisque " l'offre maigre " est importante et les prix souvent dérisoires.
Astuces
D'autres intermédiaires, disposant de fonds financiers importants ceux-là, trouvent le moyen d'intervenir en aval de ces gros producteurs, se chargeant d'approvisionner les marchés des centres urbains quelques semaines avant l'Aïd.
Le nombre de ces intermédiaires explique donc la montée des prix, mais en parallèle contribue à la dynamique économique en milieu rural.
Il faut dire que le marché est porteur. Les abattages d'animaux concernant l'Aïd sont estimés annuellement deux mois après le sacrifice auprès d'un échantillon de 4121 ménages, presque uniformément repartis entre milieux urbain et rural.
Une enquête menée sur la période 1993-1998 par les services du ministère de l'Agriculture a montré que quelque 4,4 millions d'animaux sont sacrifiés chaque année.
Mais il ne s'agit là que d'une moyenne. Chaque année, les ménages sont plus nombreux à sacrifier à l'Aïd et l'accroissement moyen des abattages est de 1,8%. Ainsi, 4,7 millions de bêtes ont été égorgées à l'occasion de l'Aïd en 1998.
Dans ce total, l'espèce ovine représente 90%, les marocains étant nombreux à vouloir se conformer strictement à la tradition en sacrifiant des moutons. Pas question non plus de sacrifier autre chose que des mâles. Leur proportion se situe en effet entre 81% et 86%, et seules 14% des familles ont dû se résoudre à sacrifier des brebis en 1997 et 1998.
En fin de compte, mâle ou femelle, Sardi ou Temahdit, qu'importe. Pourvu que la fête apporte la joie à ceux qui ne la connaissent qu'en ces rares occasions. Le reste n'est que chiffres sans âme.
Retour