Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Marhaba 2022 : Le port de Ceuta se prépare au pic de la phase retour    L'Arabie saoudite autorise tous les détenteurs de visa à accomplir la Omra    Jeux de la solidarité islamique : Deux médailles d'argent pour les judokas marocains    M'diq : Arrestation de quatre individus soupçonnés d'avoir délibérément déclenché un incendie en forêt    Revue de presse quotidienne de ce mardi 16 août 2022    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Tagzzayt : Un film documentaire d'Hussein Hanin qui déchiffre les symboles des tatouages Amazighs    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Ligue des champions d'Europe: Le PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers, le Benfica à Kiev    CAN Maroc U23 : Le Tirage au sort des éliminatoires jeudi au Caire    Botola Pro D1 – D2 : Le tirage au sort prévu le 19 août    Le CRI Béni Mellal-Khénifra lance une série de webinaires    Soutien public complémentaire aux partis politiques    Les tatouages amazighes au coeur du film documentaire « tagzzayt »    Casablanca : 2 ans de prison ferme pour un escroc récidiviste    Yessef appelle en Tanzanie au renforcement de la coopération entre les oulémas africains    Dette intérieure : Un encours de 666,1 milliards de dirhams à fin juillet    Dounia Batma répond avec subtilité aux excuses de son mari (VIDEO)    Zina Daoudia exalte son milliard de vues    1er Festival «Phénomène des groupes musicaux» à Hay Mohammadi    «La femme au colt 45» de Nabyl Lahlou au Théâtre national Mohammed V de Rabat    HCP. 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes    L'agresseur de Rushdie métamorphosé après un voyage au Liban, selon sa mère    Découvrez le Galaxy Z Flip4 et le Galaxy Z Fold4, les smartphones révolutionnaires de Samsung    Feux : quatre suspects accusés d'être des pyromanes arrêtés au nord du Maroc    Visas refusés : quand Hélène Le Gal tombe dans son propre piège    Un tribunal condamne une militante à deux ans de prison pour insulte à l'islam    Incendie de forêt à Mdiq: Trois membres de la Protection civile morts    Incendies à Cabo Negro : trois pompiers décédés    Cours des devises du mardi 16 août 2022    Le Maroc félicité par l'Union Africaine    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    Job    Météo: les prévisions du mardi 16 août    Le Celtic pense toujours a Ryan Mmae    Incendie d'une église au Caire : le Souverain présente ses condoléances au président égyptien    Hommage à Fatima Boubekdi à Ifrane    CAN Maroc-2023 (U23) : Le tirage au sort des éliminatoires prévu le jeudi au Caire    William Ruto élu président du Kenya    Des parlementaires américains à Taïwan, la Chine relance ses manoeuvres    Maroc-UE: 500 millions d'euros pour faire barrage aux harragas    "Dakhla Downwind Challenge" : Coup d'envoi de la 7ème édition    Le dessin de presse orphelin : Jean-Jacques Sempé tire son dernier trait [Par Belaïd Bouimid]    Le Maroc félicité par le CPS pour la réussite de la formation destiné aux observateurs électoraux de l'UA    La récupération d'Oued Eddahab, une étape riche en nobles valeurs de patriotisme    Tanzanie : La Fondation Mohammed VI des Ouléma remet les prix de la 3e édition du concours coranique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les chiites débarquent
Publié dans MarocHebdo le 05 - 03 - 2015

Comme si cela ne suffisait pas, voilà que le Royaume se trouve confronté à une nouvelle menace, celle du chiisme. Elle se distingue de tant d'autres par bien des traits: son historicité, puisque l'on a affaire à un schisme –ou à une hétérodoxie, si l'on préfère– qui remonte jusqu'aux origines de l'Islam. La chiâa est revendiquée essentiellement par les fidèles qui professent la foi en la mission des Douze Imams, c'est-à-dire les chiites dits duodécimains ou imamites. Le chiisme a traversé les siècles sous la persécution, qui l'a réduit pratiquement à la clandestinité; et ce n'est qu'à partir du XVIème siècle et l'avènement de la dynastie safavide et la reconstitution de la souveraineté nationale iranienne qu'il put revivre au grand jour. Il s'est également implanté depuis en Irak, où sont les lieux saints (Karbala, Najaf,...) mais aussi au Liban, en Syrie, en Inde, au Pakistan... et le voilà qui veut s'étendre au Maroc (lire notre dossier de couverture, pages 12-16).
Ce qui frappe dans le chiisme, c'est qu'il est marqué depuis toujours par un logiciel de clandestinité. Cela procède de son essence même comme phénomène religieux. S'il se déploie bien au sein de la "communauté du Livre" (ahl al kitab) révélé par le Prophète, il se propose d'aller plus loin. Dans le jugement chiite, le fidèle doit non seulement être un musulman mais un croyant authentique, un vrai moumine; et sa shahadat, en tant que profession de foi, se déploie ainsi en une triple phase: attestation de l'Unité et de l'Unique; attestation de la mission exotérique du Prophète; attestation de la mission ésotérique des Imams. Imam et Prophète forment une sorte de biunité. Sauf à préciser que prévaut la wilayat (imamat) sur la nobowwat parce qu'elle traduit la prédilection et l'amour par lesquels Dieu sacralise ses "amis" (awliya Allah). Elle est en effet considérée comme éternelle alors que la seconde est temporaire.
Au Maroc, l'école chiite est considérée historiquement comme étant hors champ religieux. Le Royaume, qui est sunnite et de rite malékite, s'est bâti, durant plus d'un millénaire, sur ce socle-là, auquel est profondément attachée la communauté nationale. Le Roi a le statut de Commandeur des Croyants. Pèse sur lui un cahier de charges astreignant qui en fait le défenseur de la foi et des mouminine. C'est dire que si la liberté de culte est constitutionnellement garantie, elle ne saurait tourner au prosélytisme chiite. Or, il se trouve que, depuis plus de trois décennies, le chiisme est instrumentalisé par l'Iran. Au lendemain de la Révolution dans ce pays en 1979, le régime des ayatollah a ainsi mis en oeuvre une politique interventionniste au dehors, au Moyen-Orient et ailleurs, mue par l'"activisme" religieux, mais aussi par ce qui était considéré comme l'expression des intérêts nationaux. Le Royaume n'a pas échappé aux menées de cet aventurisme politico-religieux. Au début des années 1980, on se souvient qu'il a fallu faire face, surtout que le Maroc insistait sur la "délégitimité" religieuse de cette école. En 2009, le problème s'est reposé et il a conduit à la rupture des relations diplomatiques avec Téhéran par suite d'un "entrisme" multiple dans certains secteurs de la société: information, cassettes, éducation, associations...
Les deux pays viennent de décider la normalisation de leurs rapports, en février 2015. Mais cela ne doit pas être mis à profit de nouveau par les dirigeants iraniens pour relancer et redéployer leurs activités dans un sens contraire à l'ordre public marocain, tant l'ordre public religieux que politique et sécuritaire. La démocratisation de l'espace démocratique national, dans le sens de l'ouverture et du pluralisme, constitue une avancée qu'il faut conforter. Mais elle ne doit pas offrir une opportunité à des activités "anti-système", heurtant frontalement les fondamentaux du Royaume et le socle de la communauté nationale. Une nouvelle menace? Assurément. A l'Etat d'y apporter la réponse et le traitement opératoires appropriés.