Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Maroc et l'élection présidentielle Américaine
Publié dans MarocHebdo le 02 - 11 - 2020

Entre Rabat et Washington, il existe tout un matelas d'intérêts mutuels. Pour autant, le Maroc n'est pas aligné sur Washington: il a des intérêts nationaux propres et une pleine souveraineté sur sa diplomatie.
3 novembre 2020! Voilà que le monde entier, malgré la pandémie Covid -19, est suspendu à cet agenda: celui de l'élection présidentielle aux Etats-Unis. Trump ou Biden? En tout cas, par-delà cet agenda, il faut rappeler les intérêts supérieurs du Royaume avec les Etats-Unis, que ce soit avec l'élection de l'un ou la réélection de l'autre. Globalement, la référence à la continuité prévaut. Avec Trump à la Maison Blanche depuis quatre ans, l'on a eu un mandat qui a permis d'appréhender le niveau et la dimension des relations entre Washington et Rabat; il faut même dire que leur qualité s'est sensiblement renforcée -à la différence de son prédécesseur, le démocrate Barrack Obama.
Qu'en sera-t-il avec l'élection éventuelle de Joe Biden, démocrate? Il devra bien prendre en compte la nature des liens entre les deux pays et les multiples composantes de leur partenariat privilégie, stratégique même. C'est qu'en effet le Royaume coche pratiquement beaucoup de cases. Il y a là un acquis. Un socle. Un matelas d'intérêts mutuels important.
Pour autant, le Maroc n'est pas aligné sur Washington: il a des intérêts nationaux propres et une pleine souveraineté sur sa diplomatie notamment pour ce qui est de la question palestinienne et du statut d'Al Qods Acharif, S.M. Mohammed VI étant par, ailleurs président du Comité Al Qods. Nul doute que sur cet aspect-là et sur d'autres, il pourrait y avoir des «frottements », des ajustements, voire même des points de divergence pouvant polariser un certain climat bilatéral.
Qu'en sera-t-il, en particulier, du dossier de la question nationale du Sahara, qui a bénéficié au Conseil de sécurité de l'ONU d'un ferme et constant soutien de l'administration Trump? Avec l'administration Obama, l'on se souvient que bien des ambigüités avaient été enregistrées, notamment au Conseil de sécurité. Il ne faut pas exclure à cet égard le regain d'activisme de certains cercles et réseaux: ils voudront pratiquement reprendre du service pour soutenir les séparatistes -Mary Kerry Kennedy, nièce de Robert Kennedy et présidente du centre éponyme, ne sera sans doute pas la dernière à se remobiliser.
Reste que, sur la table, Biden trouvera une coopération féconde, multiforme aussi: l'accord du Millenium Challenge Coopération Compact avec une enveloppe de 450 millions de dollars signé en 2017; l'Accord de libre-échange signé en 2005; la forte hausse des échanges commerciaux, d'un montant de 51 milliards de dirhams en 2019, soit un triplement en quatre ans; les Etats-Unis au 7ème rang des investisseurs; et quelque 160 entreprises américaines installées au Maroc: autant de secteurs d'une coopération dense. A côté de ce premier volet, un autre: celui de la nature, de la dimension et de l'étroitesse des rapports diplomatiques entre les deux pays.
Le Maroc est un allié majeur non membre de l'OTAN - comme la Jordanie et de l'Egypte. La coopération militaire est optimale avec des dons de matériel, des achats d'avions F-16 et autres, des programmes de formation, des manoeuvres conjointes dans la région, etc… En termes géostratégiques, Washington apprécie hautement le rôle du Maroc dans la région, au Maghreb et surtout dans l'espace sahélo-saharien. Sans oublier la diplomatie marocaine dans le continent pour la paix, la stabilité, la sécurité, le développement, etc...
Par ailleurs, deux autres facteurs pèsent et solidifient les rapports entre les deux pays. Le premier concerne le rôle particulier du Maroc dans la lutte antiterroriste qui participe de préoccupations politiques internes mais qui en même temps s'insère dans la constante de la diplomatie américaine de manière structurelle, depuis les attentats du 11 septembre 2001. Il s'agit là d'un actif précieux, apprécié par Washington. Le second intéresse, lui, ce que l'on pourrait appeler le «Made in Morocco » pour ce qui est d'une politique citée en exemple et relative à la coexistence religieuse et au dialogue interreligieux. Rabat prône et défend un Islam modéré, tolérant -une vision alternative à un certain Islam politique et à ses dérives extrémistes et radicales.
Au total, une capitalisation qui ne pourra que peser de tout son poids durant le prochain mandat présidentiel américain, celui de Trump ou celui du démocrate Biden...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.