Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



EPIDEMIOLOGIE ET RISQUE SANITAIRE
Publié dans MarocHebdo le 16 - 11 - 2020

Comment gérer un risque sanitaire? Une question qui prend évidemment un relief particulier avec cette pandémie Covid- 19. La quantification est nécessaire, faute de quoi la décision est binaire: on interdit, on autorise... tous les pays touchés n'arrivent pas -encore?- à sortir de cette équation. Mais, dès que le risque est quantifié, même de manière approximative, sa gestion s'en trouve relativement facilitée et même maîtrisée. Pourquoi ? Parce que prévaut alors un raisonnement, ou, si l'on préfère, une évaluation de type risque/bénéfice sur la base de différents scénarios pertinents et opératoires.
Comment quantifier alors? En faisant appel aux études épidémiologiques. Depuis les années 80, une démarche formalisée d'évaluation quantitative des risques est mise en oeuvre. Elle réalise une synthèse quantitative des connaissances et des données sur les risques sanitaires et les traduit, en termes intelligibles, pour les gestionnaires des risques. Elle combine les données épidémiologiques et les compense par des hypothèses de travail.
S'est ainsi opérée une rupture dans l'ingénierie décisionnelle des pouvoirs publics sur les risques sanitaires. L'on anticipe les impacts futurs, l'avenir devenant pratiquement le déterminant du présent. Pareille démarche supporte, bien entendu, des limites mais elle permet d'avancer des ordres de grandeur. De quoi orienter l'action des politiques publiques malgré bien des incertitudes. La notion de risque devient ainsi opérationnelle: elle signe un refus de la fatalité.
Cela dit, force est de faire ce constat: les risques sanitaires ont changé de nature. Ils ont en effet pris de nouveaux visages par suite d'une prolifération de situations dangereuses liées à l'évolution des conditions de vie, de production, de transport, de travail, de consommation et d'habitation, sans oublier les échanges internationaux intenses. Tout cela crée les conditions d'une diffusion massive des expositions à des agents dangereux.
Aujourd'hui la pandémie du coronavirus SARS-Cov-2 s'inscrit dans ce schéma. Autrefois, les dangers avaient surtout une expression locale, surtout là où se trouvaient des activités de production émettrices de substances toxiques (usines chimiques, métallurgie, tanneries...). Tel n'est plus le cas aujourd'hui: le risque n'est plus une affaire locale: il est devenu global. Un nouveau paysage des risques s'est affirmé et déployé avec de forte niveaux d'incertitudes.
Le risque sanitaire donc mais aussi sa perception: un autre volet à ne pas évacuer. Il est établi, sur la base de nombreux travaux de sociologie, que le ressenti des risques ne dépend pas seulement de sa dimension qualitative. Des voix insistent aujourd'hui sur le différentiel entre les victimes de la Covid-19, d'un côté, et celles plus élevées du cancer, du tabac ou de l'alcoolisme, par exemple.
La peur est grande aujourd'hui, l'angoisse s'est installée -une psychose individuelle générale... La pandémie est considérée comme étant de nature catastrophique; la menace est invisible. Il faut ajouter dans cette même ligne que les controverses entre experts de tous bords pèsent également sur le niveau de la peur dans la population ainsi que dans le niveau de la crainte ressentie. D'où un décalage qui a été pointé entre le niveau de la peur dans la population et la réalité épidémiologique du risque. C'est que ce qui est incertain est plus inquiétant que ce qui est établi, l'intolérance à l'incertitude étant un trait psychologique de la nature humaine.
Si l'on parle de risque, il faut également évoquer qu'il est, au-delà de sa perception, autre chose: une croyance -et donc une construction sociale. Si la quantification du risque est utile sous forme de probabilité, elle ne signifie pas pour autant que l'avenir est écrit par avance. Même quantifié avec les nouvelles approches de modélisation, il renvoie à une incertitude.
Les économistes soutiennent, eux, que le risque est de l'incertitude structurée par des probabilités objectives. La norme ISO 31000 (management du risque) définit le risque comme «l'effet de l'incertitude sur l'atteinte des objectifs». La quantification du risque est guidée par la science plutôt que par la foi, sans doute, mais elle ne doit pas devenir une nouvelle «religion» ni une dictature technologique.
Elle éclaire un débat social et politique; elle ne s'y substitue pas. Et l'enjeu de la gestion des situations de risques, incertaines donc, est celui de la confiance sociale. Un enjeu politique; il pose des questions fondamentales: celles du lien social et de la gouvernance des politiques publiques - de la société aussi...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.