Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Marhaba 2022 : Le port de Ceuta se prépare au pic de la phase retour    L'Arabie saoudite autorise tous les détenteurs de visa à accomplir la Omra    Jeux de la solidarité islamique : Deux médailles d'argent pour les judokas marocains    M'diq : Arrestation de quatre individus soupçonnés d'avoir délibérément déclenché un incendie en forêt    Revue de presse quotidienne de ce mardi 16 août 2022    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Tagzzayt : Un film documentaire d'Hussein Hanin qui déchiffre les symboles des tatouages Amazighs    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Ligue des champions d'Europe: Le PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers, le Benfica à Kiev    CAN Maroc U23 : Le Tirage au sort des éliminatoires jeudi au Caire    Botola Pro D1 – D2 : Le tirage au sort prévu le 19 août    Le CRI Béni Mellal-Khénifra lance une série de webinaires    Soutien public complémentaire aux partis politiques    Les tatouages amazighes au coeur du film documentaire « tagzzayt »    Casablanca : 2 ans de prison ferme pour un escroc récidiviste    Yessef appelle en Tanzanie au renforcement de la coopération entre les oulémas africains    Dette intérieure : Un encours de 666,1 milliards de dirhams à fin juillet    Dounia Batma répond avec subtilité aux excuses de son mari (VIDEO)    Zina Daoudia exalte son milliard de vues    1er Festival «Phénomène des groupes musicaux» à Hay Mohammadi    «La femme au colt 45» de Nabyl Lahlou au Théâtre national Mohammed V de Rabat    HCP. 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes    L'agresseur de Rushdie métamorphosé après un voyage au Liban, selon sa mère    Découvrez le Galaxy Z Flip4 et le Galaxy Z Fold4, les smartphones révolutionnaires de Samsung    Feux : quatre suspects accusés d'être des pyromanes arrêtés au nord du Maroc    Visas refusés : quand Hélène Le Gal tombe dans son propre piège    Un tribunal condamne une militante à deux ans de prison pour insulte à l'islam    Incendie de forêt à Mdiq: Trois membres de la Protection civile morts    Incendies à Cabo Negro : trois pompiers décédés    Cours des devises du mardi 16 août 2022    Le Maroc félicité par l'Union Africaine    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    Job    Météo: les prévisions du mardi 16 août    Le Celtic pense toujours a Ryan Mmae    Incendie d'une église au Caire : le Souverain présente ses condoléances au président égyptien    Hommage à Fatima Boubekdi à Ifrane    CAN Maroc-2023 (U23) : Le tirage au sort des éliminatoires prévu le jeudi au Caire    William Ruto élu président du Kenya    Des parlementaires américains à Taïwan, la Chine relance ses manoeuvres    Maroc-UE: 500 millions d'euros pour faire barrage aux harragas    "Dakhla Downwind Challenge" : Coup d'envoi de la 7ème édition    Le dessin de presse orphelin : Jean-Jacques Sempé tire son dernier trait [Par Belaïd Bouimid]    Le Maroc félicité par le CPS pour la réussite de la formation destiné aux observateurs électoraux de l'UA    La récupération d'Oued Eddahab, une étape riche en nobles valeurs de patriotisme    Tanzanie : La Fondation Mohammed VI des Ouléma remet les prix de la 3e édition du concours coranique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jaouad Mabrouki : Plus de 6 millions de Marocains sont dépressifs
Publié dans MarocHebdo le 14 - 03 - 2018

Selon le dernier rapport du ministère de la Santé, un quart de la population marocaine âgé de 15 ans et plus souffre de dépression. Jaouad Mabrouki, psychiatre spécialiste de la société marocaine, nous renseigne sur cette maladie catégorisée biologique depuis les années 1970. C'est quoi la dépression? Quelles en sont les causes? Les conséquences? Les traitements? Est-ce une maladie taboue? Que ne faut-il pas faire?
Quand peut-on parler de dépression?
Bien entendu, il y a des définitions psychiatriques de la dépression. La définition la plus simple serait qu'une personne est dite déprimée lorsqu'elle constate un changement au niveau soit du fonctionnement de son corps: (asthénie constante, difficulté de digestion, baisse de l'appétit, difficulté de respirer, trouble du rythme cardiaque, douleur gastrique ou intestinale, ...) si le bilan médical est négatif (toute cause organique est éliminée), et si ces symptômes persistent au-delà d'un mois, dans ce cas la cause psychique doit être recherchée et le plus souvent il s'agit d'une dépression à composante somatique, assez courante dans notre société.
Soit un changement au niveau de l'humeur (changement brusque de l'humeur, perte de plaisir, perte d'intérêt, anxiété, angoisse,...), pareil si ça dure plus d'un mois, et après avoir éliminé toute cause organique, il s'agit donc de dépression. Soit un changement au niveau du fonctionnement cérébral (baisse de la concentration, trouble de la mémoire, difficulté de mobiliser les capacités intellectuelles habituelles,...), aussi si ça dure plus d'un mois, et après avoir éliminé toute cause organique, il s'agit bien de dépression.
Quelles sont les causes majeures de cette maladie? Et puis pour le chiffre avancé par le ministère de la santé et qui est d'un quart de la population âgée de plus de 15 ans, est-ce inquiétant?
Il existe deux sortes de dépressions: d'abord psychogène où les causes sont dues à un ensemble de facteurs exogènes (perte d'emploi, rupture sentimentale, échec scolaire, perte d'un être cher, .....) Puis endogène: Il s'agit d'un terrain héréditaire. Nous trouvons des familles plus touchées par la dépression que d'autres. Et la science fait de grandes avancées. Ces dépressions se déclenchent souvent avec le changement des saisons, les plus fréquentes en été/automne ou bien automne/hiver. Certaines formes de dépressions saisonnières surviennent pendant la période printemps/ été. Pour ce qui est du chiffre avancé par le ministère, il est très inquiétant et c'est le cas dans le monde entier. L'OMS classe la dépression comme la deuxième maladie la plus répandue dans le monde.
Qu'en est-il des conséquences de cette maladie?
Les conséquences de cette maladie sont évidemment graves. Nous notons l'élévation du risque suicidaire lors de la dépression, la souffrance du patient, il s'agit d'une douleur morale atroce qui souvent conduit au suicide pour être délivré de cette douleur insoutenable souvent en rapport avec le sentiment de la culpabilité et d'indignation. Aussi nous pouvons avoir affaire à des complications liées à une autre maladie psychiatrique comme la dépression chronique, ou bien par une maladie organique sachant que lors de la dépression notre système immunitaire est déprimé aussi et nous notons une baisse des cellules tueuses des cellules cancéreuses. Remarque, la dépression est une maladie handicapante, le sujet déprimé est en arrêt de travail pendant au moins 3 semaines.
Est-ce qu'il y a un complexe vis-à-vis de la maladie? Un dépressif est-il perçu, au final, comme un fou?
Nous avons trois catégories de populations, d'abord la population rurale, celle-ci ne donne aucun intérêt à la représentation sociale de la psychiatrie. Du moment que c'est le corps qui exprime la dépression, pour eux c'est organique et c'est «les nerfs» tout court et donc elle n'a aucun complexe. Vient après La couche moyenne et intellectuelle qui souffre de ce complexe. Par exemple, certains patients évitent de déposer un arrêt de travail délivré par un psychiatre. Certains consultent même dans d'autres villes.
Puis vient ce qu'on pourrait appeler la crème de la société et qui a vraiment ce complexe, celle-ci exige des rendez-vous sans passer par la salle d'attente, ou bien opte pour une visite psychiatrique à domicile.
Quels sont les traitements de cette maladie?
Nous avons plusieurs configurations thérapeutiques, en fonction de la gravité de la dépression, de l'âge du patient et des pathologies associées (cardiaques, rénales, hépatiques, par exemple). D'abord, les psychotropes sont toujours prescrits en dehors des contre-indications. On associe un ou deux antidépresseurs avec des anxiolytiques pour soulager le patient rapidement et baisser l'anxiété et favoriser le sommeil. Etant donné que c'est une maladie biologique, les médicaments sont nécessaires. La sismothérapie est un autre moyen. Celle-ci consiste à provoquer une convulsion sous assistance médicale. C'est un moyen qui donne de très bons résultats. Il y a aussi la stimulation magnétique transcrânienne, une technique récente et qui est pratiquement sans effets secondaires. Et, bien sûr, la psychothérapie, mais si celle-ci donne aussi un bon résultat elle demande un temps assez important avant d'observer un résultat significatif.
Mais disons que les meilleurs résultats en termes d'efficacité, de rapidité et du coût financier sont obtenus avec le traitement neurobiologique (psychotropes). Une fois le patient commence à aller mieux avec une bonne capacité d'analyse, nous entamons la 2ème période du protocole thérapeutique. Il s'agit d'un accompagnement et de soutien psychologique: essayer de comprendre comment le patient est arrivé à cette dépression. Apprendre des expériences et mettre en place un ensemble de dispositions pour reconfigurer les conditions de vie afin d'en améliorer la qualité et d'éviter le stress chronique. Notons que le protocole thérapeutique par les psychotropes dure une année.
500 psychiatres pour tant de dépressifs au Maroc. Le dépressif n'est finalement pas pris au sérieux chez nous...
Partout dans le monde le nombre des psychiatres est insuffisant par rapport au nombre de la population atteinte de troubles psychiques. En ce qui concerne la dépression, 2ème maladie dans le monde, l'OMS avait établi un programme de formation des médecins généralistes et de toutes spécialités confondues. Car dans les 20% de la population atteinte de dépression, nos trouvons des patients atteints de toutes autres pathologies (cardiaque, endocrinienne...).
L'entourage a-t-il un rôle à jouer dans la guérison du dépressif?
Le patient a besoin de sentir que son entourage comprend sa souffrance morale, Il doit surveiller l'observance des médicaments et accompagner le patient à ses rendez-vous avec son médecin. L'entourage doit éviter d'associer la dépression à la foi ou au manque de la volonté ou à la faiblesse de la personnalité. La dépression est une maladie comme une autre!.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.