Arrestation d'un ressortissant bulgare à Marrakech, soupçonné de piratage de comptes bancaires    Le PDG d'Attijariwafa Bank reçu par le président ivoirien    Bruxelles attend Boris Johnson de pied ferme    Crise des tankers : l'Iran prévient Londres qu'il « protégera » le Golfe    Comment s'est porté le secteur bancaire en 2018?    Le groupe ODM se renforce    Invité en Israël, un blogueur saoudien lynché par des Palestiniens    Vidéo. Lekjaâ menace les clubs marocains!    Lancement officiel du cadre national de la certification    La Banque Populaire accompagne le secteur de la chimie et de la parachimie    Agadir/tourisme. Aïd Al Adha pénalise la destination    Mercato : Mohcine Yajour au club saoudien Damak    Festival du cinéma de Taza : Abdelwahab Doukkali enchante le public    Le festival «Florilège culturel» couronné par la célébration de la Fête du Trône    Najat Aatabou star du 3ème festival Ajdir Izouran    Régions : la FCS déploie des formations certifiantes au profit des entreprises    Taounate: Benabdallah appelle une répartition spatiale équitable de la richesse    Le bachelor allégera-t-il la capacité d'accueil des facultés de droit ?    73e anniversaire de la présentation par le PCM du Manifeste de l'Indépendance    IAM: un bon premier semestre porté par le marché marocain    La Corée du Sud annonce des tirs de semonce contre un appareil russe    Le président sénégalais a offert des passeports diplomatiques aux joueurs    Tanger : 20 personnes blessées lors d'un incident de manège    Le Bureau politique du PPS félicite Fatima Chaabi et Mahtat Rekkas    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement : Les perspectives d'élaboration de la loi de Finances 2020 au menu    Championnat du Malawi : Une «poule» pour le meilleur joueur!    Moscou: 20.000 manifestants réclament des élections «libres»    Averses orageuses et canicule dans plusieurs provinces du Royaume    Des propositions pratiques pour les droits de tous les enfants : L'ONDE coordonne ses efforts avec un réseau national    Presse. Des assises nationales en vue    Education : La Chambre des représentants adopte le projet de loi-cadre    Développement régional : Un coût total de 411 MMDH, selon El Othmani    Dora Maar: Une beauté qui en avait dans l'œil    Production cinématographique et audiovisuelle. Un "vrai" cadre juridique en gestation    Edito : La voie de la dignité    Lekjaa confirme la démission de Renard et promet du changement    Abdeslam Ahizoune réélu président de la FRMA    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Oxfam monte au créneau    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hammouchi révolutionne la Police
Publié dans MarocHebdo le 06 - 06 - 2018

En s'excusant auprès d'un citoyen pour une bavure d'un officier de police, le patron de la dgsn confirme le souci de la direction de moraliser l'institution de la sûreté.
En rentrant à son domicile ce soir du 24 mai 2018, Khalid Choukri ne pensait sans doute pas se retrouver à la une des médias sociaux. Ce devait, à vrai dire, être le dernier souci de ce père de quatre filles après avoir eu son triporteur, dont il se sert pour commercer, saisi par la police parce qu'il ne portait pas de casque: il avait pourtant supplié l'officier de paix à qui il a eu affaire au niveau d'un rond-point de la ville de Casablanca, allant même jusqu'à lui baiser les mains et les pieds. Mais ce dernier n'en a cure, et se répand, au contraire, en insultes en direction de son interlocuteur à mesure que l'échange s'éternise -tous les noms d'oiseaux ou presque y passent. Ce que Khalid Choukri ne savait pas par contre, c'est que cette scène, qui allait être partagée comme une traînée de poudre sur les médias sociaux, était filmée.
Attitude courageuse
Au matin du vendredi 25 mai, un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) annonçait la suspension de l'officier en question ainsi que sa traduction devant le conseil disciplinaire pour «violation du code déontologique des fonctionnaires de la sûreté nationale», «manquement au devoir de réserve » et pour «avoir exposé un individu à une agression verbale et physique». Il révélait également l'ouverture d'une enquête judiciaire par la préfecture de police de Casablanca. Clairement, la DGSN ne rigolait pas. Khalid Choukri, informé d'abord par des connaissances de sa nouvelle célébrité puisqu'il n'est pas à titre personnel présent sur les médias sociaux, ne veut pas y croire. Il pense que l'affaire n'ira pas plus loin, surtout que lui aussi n'est pas exempt de reproches. «Moi aussi je criais et moi aussi j'insultais,» reconnaît-il. En même temps que la DGSN publie son communiqué, lui est reçu par les responsables de la police, qui de son propre aveu, du plus petit au plus grand, le traitent avec beaucoup d'égards et de respect. «Ils m'ont remonté le moral,» confie Khalid Choukri. Mais le jeune homme n'est pas au bout de ses surprises. Car ce samedi 26 mai, le surlendemain des faits, c'est à Rabat qu'on l'emmène pour rencontrer le directeur général de la DGSN «himself», Abdellatif Hammouchi, qui a tenu à le recevoir dans son bureau dans la capitale pour lui présenter des excuses au nom de toute la police.
Un geste inédit en 62 ans d'histoire de l'institution policière au Maroc, salué par de nombreuses personnalités publiques, à l'instar du ministre d'Etat chargé des Droits de l'Homme, Mustapha Ramid, qui a le jour même appelé «le premier flic du Royaume» au téléphone pour lui témoigner son «appréciation» et sa «reconnaissance» pour son attitude «noble et courageuse». Sur sa page Facebook, l'ancien ministre de la Justice a parlé de l'inauguration d'une nouvelle étape de bonne gouvernance sécuritaire, basée notamment sur le respect des citoyens. La DGSN a d'ailleurs elle-même mis l'accent dans son communiqué sur son souci de moraliser l'institution de la sûreté et d'améliorer la conduite de ses fonctionnaires de manière à assurer la sécurité des citoyens. Khalid Choukri, qui parle encore de son entrevue avec M. Hammouchi avec beaucoup d'émotions dans la voix, dit avoir rencontré une personne «exceptionnelle », «comme le Maroc en compte peu». «Il m'a dit que pour la police qu'il n'y avait pas de différence entre un cireur de chaussures et un ministre,» confie-t-il, visiblement bouleversé encore.
Récupération politique
Pour ajouter encore à l'heureux dénouement, Khalid Choukri s'est réconcilié avec l'officier qui l'a agressé, dont il avait demandé à M. Hammouchi pendant leur tête-à-tête qu'il lui pardonne. Les deux hommes se sont enlacés sous les yeux des habitants du quartier d'Errahma, où loge celui que les médias nationaux appellent désormais «moul triporteur» (le propriétaire du triporteur, en darija). Mais si, grâce à l'initiative de M. Hammouchi, tout est donc bien qui finit bien et que la récupération politique que d'aucuns voulaient faire de l'agression de Khalid Choukri a été tuée dans l'oeuf, beaucoup regrettent que la DGSN fasse figure d'exception et non de modèle partout reproduits. Ils avertissent de l'avènement d'un printemps arabe bis au Maroc, surtout que le printemps originel de 2010-2011 avait justement fait suite à l'agression d'un vendeur ambulant de Sidi Bouzid par une agent d'autorité tunisienne.
Le Royaume a vu ces dernières années se multiplier les actes, certes isolés, mais encore nombreux de nombre de ces agents, qui non seulement ternissent l'image du pays mais le placent sur une fragile cocotte-minute. En avril 2016, le suicide par immolation de «Mi Fatiha », une vendeuse de crêpes de la ville de Kénitra, après avoir été vraisemblablement violentée par un caïd avait défrayé la chronique. Quelques mois plus tard naissait à Al-Hoceima le Hirak après la mort d'un poissonnier par la benne tasseuse d'un camion de ramassage d'ordures, après avoir voulu empêcher la saisie d'une cargaison de poisson qui lui appartenait par la police. Ses effets se font encore ressentir, puisque d'autres Hirak ont, depuis, vu le jour ailleurs, notamment à Jerada depuis le 23 décembre 2017. Au sein de l'Etat, M. Hammouchi est donc bien appelé à faire des émules…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.