»Partenariat de talents'' UE-Maroc : L'éclairage de la Commission européenne    Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ    Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Banque mondiale : Augmentation de 40 % des transferts d'argent vers le Maroc    Automobile : Renault vend ses actifs en Russie à l'Etat russe    Billets d'avion : Ryanair fait une importante annonce    Crédit bancaire: l'encours augmente à 989,7 MMDH à fin mars 2022    Tebboun chez Erdogan. Les Algériens offensés par le président des turcs    Vidéo. Berkane arrache son ticket pour la finale aux puissants Congolais du TP Mazembe    Botola Pro D2 : L'Union Touarga (UTS) en première division la saison prochaine    Prix Marc-Vivien Foé : Naïf Aguerd, troisième meilleur joueur africain de la saison en Ligue1    Le Cap-Vert interdit l'importation du plastique    Ministère de la Santé : lancement de la campagne nationale de promotion de l'allaitement maternel    Souveraineté sanitaire : Comment le Maroc se prépare à la période Post-pandémie    Tourisme : les gestes barrières anti-Covid freinent la relance    Le dirham s'est apprécié de 0,95% face à l'euro    Service militaire : adhésion massive des jeunes marocains    Cours des devises du lundi 16 mai 2022    Web TV et nouvelle version web, la Narsa se digitalise (VIDEO)    France/foot: Mbappé élu meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Botola : le Raja rate le coche face à Oued Zem (VIDEO)    À voir : l'exploit individuel de Théo Hernandez vu des gradins du San Siro (VIDEO)    La DGSN fête ce lundi le 66e anniversaire de sa création    Fusillade à Buffalo: Biden appelle les Américains à éradiquer la haine raciale    Blinken se dit « confiant » par rapport à l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN    VIDEOS: il était une fois, les attentats du 16 mai 2003    Covid-19 en Chine : Retour à la normale en juin à Shanghai    France: Levée de l'obligation du masque dans les transports en commun    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    La météo pour ce lundi 16 mai 2022    Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Meryem Alaoui: « Remporter un prix n'est pas mon objectif »
Publié dans MarocHebdo le 26 - 09 - 2018

Un premier roman, intitulé «La vérité sort de la bouche du cheval», et déjà le nom de l'écrivaine marocaine Meryem Alaoui figure sur la liste des lauréats au Prix Goncourt 2018. Dans cet entretien, à coeur ouvert, avec l'écrivaine, elle nous parle de la nouvelle aventure de l'écriture, qu'elle entame avec bonheur.
Est-ce que vous pouvez vous présenter en quelques lignes?
Je suis née et j'ai grandi à Casablanca. Je vis à New York actuellement. Le qualificatif qui me définit le mieux est «toucheà- tout». J'ai travaillé dans la bijouterie, le cinéma, les ressources humaines, la communication, les cosmétiques, les medias, la boulangerie-pâtisserie… J'aime le changement et je suis très heureuse d'avoir l'opportunité aujourd'hui de vivre une nouvelle aventure à travers la publication de mon roman La vérité sort de la bouche du cheval.
Comment avez-vous reçu l'annonce de la sélection de votre roman pour le Prix Goncourt 2018?
J'ai été surprise mais très heureuse d'être sélectionnée parmi les 15 romans de la première liste pour le Goncourt. Je ne m'attendais pas à un tel accueil. Ma principale satisfaction reste avant tout le fait d'être publiée –par Gallimard, la maison qui m'a toujours fait rêver. Etre sélectionnée pour des prix ou les prix eux-mêmes, sont «la cerise sur le gâteau», rien de plus.
Ce n'est pas rien de réussir à avoir de la reconnaissance dès son premier roman, puisqu'il est également en lice pour le prix Patrimoines et le Prix Stanislas. Cela vous met-il la pression pour les livres à venir? Comment vivez- vous cela?
Non, je ne ressens pas de pression. Ni pour écrire un second roman ni pour qu'il soit meilleur que le premier. Je crois que c'est lié au fait que je ne me définisse pas comme une romancière. J'ai écrit un roman parce qu'à un moment l'envie a coïncidé avec la possibilité. J'en écrirai certainement un deuxième. Mais je ne sais pas quand ni sur quel thème. Quand je peux me le permettre, je n'aime pas trop planifier et préfère suivre le cours naturel des événements.
La vérité sort de la bouche du cheval raconte l'histoire d'une jeune femme, Jmiaa, poussée à se prostituer à Casablanca pour survivre et nourrir sa fille. Qu'est-ce qui vous a inspiré cette histoire et comment l'avez-vous construite?
Jmiaa, l'héroïne, n'est pas poussée par la misère. Ce qui l'a entraînée vers la prostitution est plutôt lié aux hasards et aux aléas de la vie: son manque d'expérience, sa rencontre avec son mari et le fait qu'il ait eu besoin d'argent à un moment particulier… Ce n'est donc pas du tout par nécessité que Jmiaa s'est prostituée. Comme beaucoup d'entre nous, elle a suivi son chemin et s'est retrouvée là où elle est.
Et qu'est-ce qui vous a inspirée?
En ce qui concerne l'inspiration, j'ai vécu pendant 8 ans au quartier Mers Sultan, au centre-ville de Casa, un endroit très vivant avec beaucoup de bars et d'action. Quand ma fille est née, je l'y promenais tous les jours. Il y avait –et il y a d'ailleurs toujoursbeaucoup de prostituées qui y travaillaient et y vivaient. Elles me fascinaient. Je ne savais pas que j'écrirais un roman sur le sujet, par curiosité je cherchais à écouter leurs conversations et savoir ce qui se passait dans leur vie. Finalement, le jour où je me suis assise pour écrire, j'ai vomi toutes ces anecdotes et ces histoires dont je n'avais même pas conscience de les avoir stockées.
Si vous arrivez à décrocher le prix Goncourt de cette année, vous serez la deuxième femme à l'avoir eu après Leila Slimani. Est-ce que cela aura une signification particulière pour vous?
Je serais ravie d'être la lauréate du Goncourt. Cela étant, outre le fait que ça ne dépende pas de moi, remporter un prix n'est pas un objectif. Je prends le fait d'être publiée comme une nouvelle aventure dont je savoure chaque instant: je découvre un monde nouveau, de nouvelles manières de travailler, rencontre de nouvelles personnes, voyage. Pour moi, qui aime avant tout explorer les gens et le monde, c'est une aubaine.
A votre avis, qu'est-ce qui a décidé le jury à sélectionner votre roman?
Il faudrait leur poser la question (Sourire).
Comment avez-vous eu le goût de l'écriture?
Chez mes parents, j'ai eu la chance d'avoir accès dès mon plus jeune âge à une bibliothèque très fournie et diversifiée. A la maison, nous lisions tous. Je crois que la lecture est un prélude à l'écriture car elle donne le goût des mots. Et comme par ailleurs j'étais une enfant assez secrète, écrire mon journal -ou des poèmes- me permettait d'exprimer des émotions dont je ne parlais pas nécessairement.
Pourquoi écrivez-vous?
J'écris parce que c'est une évidence pour moi de le faire.
Avez un rituel particulier pour écrire?
Pour ce roman, oui. Prier avant chaque séance d'écriture pour réussir à m'effacer complètement, à cesser d'exister. Pour laisser toute la place à Jmiaa.
Avez-vous un projet de roman en cours?
Non, pas pour l'instant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.