HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable
Publié dans MarocHebdo le 20 - 10 - 2018

Jamal Khashoggi a bel et bien été tué. Le journaliste saoudien, qui avait disparu depuis qu'il était entré le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul, est décédé le jour même, selon ce qu'ont confirmé les autorités de Riyad dans une dépêche publiée dans la soirée du vendredi 19 octobre par l'agence saoudienne SPA. Il faut dire que l'Arabie saoudite n'avait d'autre choix que de confirmer le meurtre, tant les preuves, distillées au fur et à mesure que l'enquête avançait par Ankara à la presse internationale, l'accablaient. D'ailleurs, dès le 15 octobre, la chaîne américaine CNN avait révélé que le royaume de Salmane et surtout de son prince héritier de fils Mohammed allaient passer aux aveux.
Ce dernier, qui avait indiqué le 4 octobre dans un entretien accordé à l'agence Bloomberg ne rien connaître du sort de M. Khashoggi, avait été pressé par la communauté internationale pour lever le voile sur les tenants et les aboutissants de l'affaire. Même l'allié étasunien, en la personne du président Donald Trump, avait brandi la menace de sanctions -le locataire de la Maison-Blanche avait promis, le 13 octobre, "un châtiment sévère". Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, s'était rendu le 16 octobre à Riyad pour rencontrer Mohammed ben Salmane ou "MBS" comme le surnomment les médias internationaux, avant de s'envoler le lendemain à Ankara pour s'entretenir avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui était accompagné par son chef des renseignements, Hakan Fidan.
Pour leur part, l'Allemagne, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni avaient annoncé le 18 octobre l'annulation de leur participation à la deuxième édition du sommet "Future Investment Initiative", prévu du 23 au 25 octobre à Riyad et surnommé le "Davos du désert" en référence au forum de Davos tenu chaque année dans la ville suisse éponyme et qui réunit l'élite politique et économique mondiale. Beaucoup d'entreprises et d'institutions financières avaient également fait de même.
L'avenir de Ben Salmane, que d'aucuns disaient sur la sellette depuis le déclenchement de l'affaire, n'en serait pas pour autant obscurci, puisque c'est les services de renseignement qui devraient trinquer. Dans ce sens, dix-huit responsables ont été mises aux arrêts en même temps que Riyad avouait le meurtre, et Salmane a confié à son fils le soin de restructurer l'ensemble de l'institution sécuritaire. Ces responsables sont accusés d'avoir péché par excès de zèle et d'avoir surinterprété des ordres dont ben Salmane n'aurait rien su avant leur exécution. Ils se seraient pris le bec avec M. Khashoggi, qui leur aurait résisté et, pendant l'affrontement, l'aurait par inadvertance tué. Dans une déclaration à la presse, M. Trump a qualifié le récit saoudien de "crédible". Les réactions à la confirmation de la mort de M. Khashoggi n'ont pas manqué. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s'est notamment dit "profondément troublé".
A noter qu'un des quinze membres du commando qu'Ankara avait accusé d'être venu en terre turque pour perpétrer le meurtre avait trouvé la mort le 18 octobre dans un accident qualifié de "suspect" par plusieurs médias de la région. L'affaire Khashoggi, dont on connaît aujourd'hui le tragique dénouement, devrait cependant continuer encore d'enflammer les débats pendant les semaines à venir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.