Vidéo. Voici la déclaration de Mezouar qui lui a attiré les foudres du gouvernement    La Journée sans voiture laisse un écho favorable chez les casablancais    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Divers    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable
Publié dans MarocHebdo le 20 - 10 - 2018

Jamal Khashoggi a bel et bien été tué. Le journaliste saoudien, qui avait disparu depuis qu'il était entré le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul, est décédé le jour même, selon ce qu'ont confirmé les autorités de Riyad dans une dépêche publiée dans la soirée du vendredi 19 octobre par l'agence saoudienne SPA. Il faut dire que l'Arabie saoudite n'avait d'autre choix que de confirmer le meurtre, tant les preuves, distillées au fur et à mesure que l'enquête avançait par Ankara à la presse internationale, l'accablaient. D'ailleurs, dès le 15 octobre, la chaîne américaine CNN avait révélé que le royaume de Salmane et surtout de son prince héritier de fils Mohammed allaient passer aux aveux.
Ce dernier, qui avait indiqué le 4 octobre dans un entretien accordé à l'agence Bloomberg ne rien connaître du sort de M. Khashoggi, avait été pressé par la communauté internationale pour lever le voile sur les tenants et les aboutissants de l'affaire. Même l'allié étasunien, en la personne du président Donald Trump, avait brandi la menace de sanctions -le locataire de la Maison-Blanche avait promis, le 13 octobre, "un châtiment sévère". Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, s'était rendu le 16 octobre à Riyad pour rencontrer Mohammed ben Salmane ou "MBS" comme le surnomment les médias internationaux, avant de s'envoler le lendemain à Ankara pour s'entretenir avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui était accompagné par son chef des renseignements, Hakan Fidan.
Pour leur part, l'Allemagne, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni avaient annoncé le 18 octobre l'annulation de leur participation à la deuxième édition du sommet "Future Investment Initiative", prévu du 23 au 25 octobre à Riyad et surnommé le "Davos du désert" en référence au forum de Davos tenu chaque année dans la ville suisse éponyme et qui réunit l'élite politique et économique mondiale. Beaucoup d'entreprises et d'institutions financières avaient également fait de même.
L'avenir de Ben Salmane, que d'aucuns disaient sur la sellette depuis le déclenchement de l'affaire, n'en serait pas pour autant obscurci, puisque c'est les services de renseignement qui devraient trinquer. Dans ce sens, dix-huit responsables ont été mises aux arrêts en même temps que Riyad avouait le meurtre, et Salmane a confié à son fils le soin de restructurer l'ensemble de l'institution sécuritaire. Ces responsables sont accusés d'avoir péché par excès de zèle et d'avoir surinterprété des ordres dont ben Salmane n'aurait rien su avant leur exécution. Ils se seraient pris le bec avec M. Khashoggi, qui leur aurait résisté et, pendant l'affrontement, l'aurait par inadvertance tué. Dans une déclaration à la presse, M. Trump a qualifié le récit saoudien de "crédible". Les réactions à la confirmation de la mort de M. Khashoggi n'ont pas manqué. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s'est notamment dit "profondément troublé".
A noter qu'un des quinze membres du commando qu'Ankara avait accusé d'être venu en terre turque pour perpétrer le meurtre avait trouvé la mort le 18 octobre dans un accident qualifié de "suspect" par plusieurs médias de la région. L'affaire Khashoggi, dont on connaît aujourd'hui le tragique dénouement, devrait cependant continuer encore d'enflammer les débats pendant les semaines à venir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.