Rabat: le Maroc suspend tout contact avec l'Ambassade d'Allemagne (DOCUMENT)    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Présidence de la CAF : La FIFA serait-elle en train de baliser le chemin au candidat sud-africain ?    Intempéries à Tétouan: les autorités donnent plus de précisions    Le Maroc suspend ses vols avec deux autres pays    La toile de Churchill représentant la Koutoubia adjugée à plus de 8 millions d'euros    Non au nihilisme !    Football : Qui se chargera du règlement des dettes ?    Compteur coronavirus : 112 cas testés positifs et plus de 3,5 millions de personnes vaccinées    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Procès à distance: Plus de 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Casanearshore Parc: des bâtiments éco-responsables signés Ewane Assets    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Egypte : décès de l'acteur Youssef Chaabane, à l'âge de 90 ans, des suites de la covid-19    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Prolongement de l'état d'urgence, usage légal du cannabis... Ce qui est prévu lors du Conseil de gouvernement    Fermeture de Bab Sebta : «un pas vers la résorption du chômage dans le Nord»    Export : Dakhla nouveau fief pour l'Asmex    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    Le président de la FIFA en visite au Maroc: Bons baisers de Rabat    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    Yetnahaw Gaâ : en Algérie, la résistance démocratique face à la répression et l'entêtement du régime    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Chelsea et United scotchés, Liverpool repart    La NASA adopte la carte complète du Maroc    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    Risma: Fort repli du CA à fin décembre 2020    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Annonce des lauréates du programme «Pour les femmes et la science»    Le prisonnier (M.B) «n'a subi aucun traitement dégradant»    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    Des bureaux de vote au Maroc pour les élections à la Knesset    En Algérie, des troubles au sud après la condamnation d'un blogueur à une lourde peine    Lois électorales : Place aux amendements    Ce que l'on sait sur l'état de santé de Mustapha Ramid (PHOTO)    La Bourse de Casablanca démarre en baisse    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Ronaldo et Messi dans le viseur d'un club    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Osmane Aïdi, homme d'affaires syrien, un modèle de réussite APPELEZ-MOI DOCTEUR !
Publié dans MarocHebdo le 19 - 12 - 1998

Osmane Aïdi, homme d'affaires syrien, un modèle de réussite
APPELEZ-MOI DOCTEUR !
Le "docteur" Osmane Aïdi est un homme d'affaires syrien prospère. Son sens aigu des " bons coups" lui a valu des résultats et une fortune considérables. Considéré comme un modèle de réussite dans son pays, il inspire également admiration, voire envie en France où il possède également des hôtels et des bureaux. Son principal créneau est l'hôtellerie où son savoir-faire n'est plus à démontrer. Osmane Aïdi est le président de l'association arabe du tourisme.
Toujours élégant dans ses costumes sortis de chez le bon faiseur, Osmane Aïdi est un homme d'affaires qui suscite l'admiration, voire l'envie. Ce Syrien de 67 ans est le prototype même de la réussite. A 21 ans, il était le plus jeune de sa promotion quand il obtient, en 1952, son diplôme d'ingénieur hydraulicien à Grenoble.
Osmane Aïdi
De la même manière,il passe son titre d'Etat de doctorat ès sciences à la Sorbonne, sur la mécanique des fluides. C'est ce diplôme qui lui permettra d'ailleurs de revendiquer le titre de "Docteur" auquel il accorde une attention toute particulière. Il aime qu'on lui donne ce titre qui, après tout, lui revient de droit. "Je suis le docteur Aïdi. Ingénieur. Tout autre titre me répugne, car je ne me comporte pas en millionnaire", aime-t-il à répéter. C'est que les surnoms ne manquent pas pour désigner cet homme qui possède des bureaux à Paris et à Damas. Parmi ces derniers, on retiendra : "Milliardaire", "émir oriental entouré d'un staff efficace", "mystérieux", "homme de pouvoir". Autant de réponses à une question simple : "Que pensez-vous du docteur Aïdi ?".
Docteur avant tout
Personnage de premier plan, ce célibataire endurci ­ pouvait- il en être autrement?- incarne une autorité certaine, même s'il s'en défend: "Je n'interviens pas en politique. Je suis un technocrate et je me comporte comme tel,la Syrie, c'est ma source ", aime à répéter ce fils du fondateur de la faculté de médecine de Damas. Pour celui qui écrivit une "Contribution à l'étude des diffuseurs courts de révolution " publié par le ministère de l'Air français, le tourisme "est un accident de parcours". Il y vient au début des années 70, en construisant des hôtels. Il est, depuis 1978, président de la Société arabe syrienne pour les établissements touristiques (dix-huit hôtels en Syrie) et de ses dix filiales dont Cham Palaces et Hôtels Cham Engineering, Chamtour, etc. L'Etat détient un pourcentage de 25 %, les 75 % restants sont répartis entre 19.800 actionnaires privés. Osmane Aïdi détient la majorité de contrôle. En France, son groupe possède une douzaine d'établissements hôteliers haut de gamme. Après avoir constitué un tour de table avec quelques autres milliardaires moyen-orientaux, il s'est offert, en 1978, le célèbre Royal Monceau pour 120 millions de Francs français. Notre Docteur s'est lancé dans des travaux pharaoniques pour faire du Royal Monceau, qui était en décrépitude, un temple du luxe avec son restaurant sur jardin et ses thermes souterrains à colonnes de marbre façon bains romains.
Aussi, l'hôtel Vernet, le Miramar de Biarritz ou encore l'Ours Blanc à l'Alpe-d'Huez sont autant d'unités dans son escarcelle. Intermédiaire incontournable, il a vendu à Damas, avec la bénédiction du général De Gaulle et de son jeune ministre des Finances Giscard d'Estaing, des caravelles, des centrales thermiques, des usines clés en main.
De nombreuses personnes gravitent en permanence autour de lui : secrétaires déférents, collaborateurs empressés, chacun ayant un rôle bien précis. Dans la capitale française, il ne reçoit pas dans un bureau mais dans une salle de réunion ­il faut de l'espace pour que tout le monde aille et vienne, apportant des messages et remportant des réponses -, auprès d'une longue table chargée de dossiers, et de deux téléphones qu'il décroche rapidement. D'ailleurs à Damas, on est assez fier, de travailler pour le docteur Aïdi. Toujours vêtu de costumes bleus devenus célèbres -le "bleu Aïdi"-, il se déplace d'un pas pressé, avec l'aisance et le port très droit de l'homme habitué à être au centre partout où il va. Il s'amuse aussi de l'impression qu'il fait, d'où le sourire malicieux qui lui vient parfois. Exigeant, il suscite des dévouements absolus. Autant il est grand seigneur dans une réunion officielle, autant il est simple avec ses collaborateurs rapprochés. À Damas, son bureau est modeste. C'est là, de préférence au faste de son siège parisien, qu'il faut chercher la vérité de celui qui dit n'espérer rien des hommes. Sauf, bien sûr, de ses collaborateurs dont il attend, sans pour autant l'exiger, tant cela va de soi, qu'ils aillent au-delà du bout.
"Il faut faire avec", répond-il revanchard, quand il est confronté au caractère difficile d'une personnalité.
Staff efficace
Ne reculant devant aucune audace, il a, pour construire l'Hôtel Cham , obtenu l'expropriation de certaines maisons et fait déplacer le lycée. Marque-t-on quelque réserve? Il s'amuse avec naïveté simulée: "Des gens sont venus me demander de les aider à être expropriés", note-t-il avec malice. Il est l'un des rares hommes d'affaires syriens, sinon l'unique, à être resté dans son pays après la révolution baassiste, en 1963. De cet attachement, la restauration d'Apamée est une preuve, même s'il doit en retirer quelque bénéfice par l'augmentation du nombre de visiteurs fréquentant les Hôtels Cham.
Un homme adulé
De retour en Syrie, après ses études, il est nommé directeur technique des grands projets: barrages de Méhardeh et de Rastane, assèchement du marais du Ghab, construction d'une centrale thermique. Ingénieur-conseil, il enseigne aussi l'hydraulique, l'irrigation et cette même mécanique des fluides à la faculté d'ingénieurs de l'université d'Alep en 1960, à celle de l'université de Damas en 1963. Homme d'affaires prospère et aimant ses pays d'origine et d'adoption, Osmane Aïdi a su, avec flair et intelligence ­les deux allant souvent de pair- saisir toutes les bonnes opportunités qui se sont offertes à lui. Sa rigueur et son sens des affaires en font un homme respecté et admiré dans son pays, mais également un personnage fascinant sur lequel courent les rumeurs les plus diverses dans l'Hexagone.
Osmane Aïdi est détenteur de la Légion d'honneur française.