Digitalisation bancaire : Sommaire de notre spécial    Société Générale, s'adapter aux nouveaux comportements des clients    Vidéo-Bourita: « Le Pacte mondial sur les migrations est un acte de souveraineté »    Blocage à Paris-Nanterre contre la hausse des frais pour les non-Européens    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    CR7 défie Messi !    Finances publiques. Comment en finir avec les inégalités sociales ?    Clôture du 17ème Festival international du film de Marrakech : L'Afrique aux alentours du palmarès    Décès à Marrakech du chanteur Hamid Zahir    Dédié à la sécurité et à la sûreté : Le Maroc abrite la première édition de l'Asec Expo 2019    Conférence de Marrakech sur la migration.. Que dit la lettre royale lue par El Othmani?    Société civile, secteur privé… de vrais engagements pour l'action?    Doing Business : Le Maroc vise le top 50    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Environnement – Pays à risque climatique dans le monde : Le Maroc 124ème    Sahara : Une deuxième table ronde à Genève au 1er trimestre 2019    Cycle des grands interprètes : Célimène Daudet en tournée dans plusieurs villes    "Gilets jaunes": Vers une baisse des taxes pour apaiser le mouvement?    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    Les bonbonnes de gaz turques arrivent au Maroc    Les pays du Golfe tiennent toujours à leur partenariat avec le Maroc    La communauté juive célèbre la hiloula à Taroudant    FIFM. Coup de maître !    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Botola Maroc Télécom: Victoire du Wydad de Casablanca face à l'AS FAR    Le Pacte mondial sur les migrations, un document fondamental pour une meilleure gestion de la question migratoire    Africa Forum 2018 : Le Maroc a développé un modèle de coopération intégré et multidimensionnel    Raja: Les conditions de Garrido pour renouveler son contrat    «Le cinéma est une forme d'art très démocratique»    La Marine royale porte assistance à 72 candidats à la migration clandestine    Trafic international de cocaïne : Un nouveau coup de filet du BCIJ    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    Développement en Afrique. L'analyse de la DEPF    Journal d'un enfant cireur: «A l'origine de mon calvaire, un échec scolaire»    Sur le plateau de France 24, Cheikh Amar était aussi serein que les membres de la délégation marocaine à Genève    Après une mobilisation des "Gilets jaunes" en léger recul, l'attente d'annonces de Macron    Washington accuse Moscou d'avoir aidé à mettre en scène une attaque chimique en Syrie    Le Congo candidat pour l'organisation de la CAN 2019    Divers    Le Barça roi du derby    Divers    Déclaration finale de la Conférence parlementaire organisée à l'occasion de l'adoption du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières    Le Pacte mondial sur la migration, une réponse commune à un défi global    "Variety" souligne l'accès grandissant des productions marocaines à l'international    Patrick Terhechte : La 17ème édition du FIFM a été "très réussie" à tous les niveaux    Le message de remerciement et d'engagement de Driss Lachguar, Premier secrétaire de l'USFP et directeur général du Conseil d'administration de "Al Ittihad Presse"    La valse des ministres et conseillers de Trump    BCIJ: Saisie d'une tonne de cocaïne fortement dosée et arrestation de 7 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mort dans la peine
Publié dans MarocHebdo le 09 - 04 - 2004


Disparition de Othman Slimani, ex-PDG du CIH
Vendredi 2 avril 2004, Othman Slimani nous a quittés des suites d'une terrible maladie. Son entourage et ses amis le qualifient d'un grand Monsieur aux qualités humaines et aux capacités managériales extraordinaires.
• Othman Slimani.
Othman Slimani, ancien PDG du CIH, a rendu l'âme, vendredi 2 avril 2004, à l'âge de 63 ans. Frappé d'un cancer de poumons, dont il souffrait, il y a tout juste trois ou quatre mois, après sa sortie de prison, Slimani a passé ses derniers jours sur son lit. Brillant banquier et éminent économiste, Slimani était également un homme de culture et de livre. "C'est quelqu'un qui lisait beaucoup", témoigne un de ses amis.
Sa forte culture générale et son côté intellectuel développé lui ont valu le respect et l'estime de tous ses proches et ses collaborateurs qui le redoutaient également pour son fort caractère.
Même mêlé à l'affaire CIH dans laquelle il se déclarait innocent, Slimani était un homme très attaché à son pays.
Réalité
Il ne voulait pas quitter le Maroc, contrairement à ce qu'ont fait bon nombre d'anciens hauts responsables de l'Etat, en fuite à l'étranger, pour échapper à la justice.
Mais, lui, en homme responsable qu'il était, voulait affronter la triste et amère réalité en dépit de toutes ses conséquences.
Othman Slimani, croyant jusqu'à son dernier souffle en la justice de son pays.
Proche des artistes car il est lui-même un grand artiste-peintre, il s'est fait beaucoup d'amis, dans ce milieu, à qui il offrait son soutien et son appui, aussi bien moral que matériel, pour les aider à évoluer dans leur carrière.
Mohamed Bennani, artiste-peintre et ami de trente ans de Slimani, se souvient d'un homme généreux, dévoué à ses amis et grand amateur des oeuvres de l'art. "Il était parmi les premiers à acheter les tableaux de Chaâbia alors qu'elle était encore au début de sa carrière et que personne ne croyait à son talent", affirme M. Bennani. Coincidence: Chaâibia et Slimani sont décédés ce même jour de vendredi, 2 avril. Slimani se faisait aussi un grand plaisir de côtoyer de grands chanteurs comme Abdelouahab Doukkali ou Abdelhadi Belkhayat.
Son grand amour pour l'art le poussait à aider financièrement les artistes.
S'il a brillé dans sa carrière professionnelle, c'est grâce à sa profonde connaissance de la science économique et sa maîtrise de l'art de la finance. Il était Secrétaire d'Etat aux affaires économiques en 1978 dans le gouvernement de Ahmed Osman. Mais, avant cette responsabilité gouvernementale, il était secrétaire général au Ministère des Finances. Durant cette période, il s'est fait remarquer comme l'un des gestionnaires les plus efficaces de sa génération. Grand commis de l'Etat, il a consacré presque toute sa vie au service public qui revêtait, pour lui, une importance capitale dans le développement économique du pays.
Maîtrise
Au franc-parler grinçant, il se montre dur et ferme dans son travail mais tout à fait tendre et doux dans son entourage privé. Mais, "jamais, il ne s'est montré violent ou agressif", affirme l'un de ses anciens collaborateurs. Il était très connu pour accorder aux dossiers de crédit, quelle que soit leur provenance, un traitement qui va jusqu'au plus petit détail.
Son passage au CIH en tant que Président directeur général a été, de 1979 à 1993. Presque 14 ans de management d'une banque qui allait plus tard faire l'objet d'un scandale en cours de traitement judiciaire à la Cour spéciale de justice. Sa forte personnalité le rendait à la fois craint et aimé, et ses collaborateurs, aussi bien au gouvernement qu'à la banque, lui vouaient un grand respect.
Othman Slimani était également un grand sportif. En 1976, il était président de la Fédération royale marocaine du football, année où le Maroc avait remporté la Coupe d'Afrique des nations, en Ethiopie.
Son décès a ému plusieurs milieux: bancaire, artistique et sportif. Slimani était marié et père de trois enfants. Que Dieu l'ait en sa sainte miséricorde.