Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mort dans la peine
Publié dans MarocHebdo le 09 - 04 - 2004


Disparition de Othman Slimani, ex-PDG du CIH
Vendredi 2 avril 2004, Othman Slimani nous a quittés des suites d'une terrible maladie. Son entourage et ses amis le qualifient d'un grand Monsieur aux qualités humaines et aux capacités managériales extraordinaires.
• Othman Slimani.
Othman Slimani, ancien PDG du CIH, a rendu l'âme, vendredi 2 avril 2004, à l'âge de 63 ans. Frappé d'un cancer de poumons, dont il souffrait, il y a tout juste trois ou quatre mois, après sa sortie de prison, Slimani a passé ses derniers jours sur son lit. Brillant banquier et éminent économiste, Slimani était également un homme de culture et de livre. "C'est quelqu'un qui lisait beaucoup", témoigne un de ses amis.
Sa forte culture générale et son côté intellectuel développé lui ont valu le respect et l'estime de tous ses proches et ses collaborateurs qui le redoutaient également pour son fort caractère.
Même mêlé à l'affaire CIH dans laquelle il se déclarait innocent, Slimani était un homme très attaché à son pays.
Réalité
Il ne voulait pas quitter le Maroc, contrairement à ce qu'ont fait bon nombre d'anciens hauts responsables de l'Etat, en fuite à l'étranger, pour échapper à la justice.
Mais, lui, en homme responsable qu'il était, voulait affronter la triste et amère réalité en dépit de toutes ses conséquences.
Othman Slimani, croyant jusqu'à son dernier souffle en la justice de son pays.
Proche des artistes car il est lui-même un grand artiste-peintre, il s'est fait beaucoup d'amis, dans ce milieu, à qui il offrait son soutien et son appui, aussi bien moral que matériel, pour les aider à évoluer dans leur carrière.
Mohamed Bennani, artiste-peintre et ami de trente ans de Slimani, se souvient d'un homme généreux, dévoué à ses amis et grand amateur des oeuvres de l'art. "Il était parmi les premiers à acheter les tableaux de Chaâbia alors qu'elle était encore au début de sa carrière et que personne ne croyait à son talent", affirme M. Bennani. Coincidence: Chaâibia et Slimani sont décédés ce même jour de vendredi, 2 avril. Slimani se faisait aussi un grand plaisir de côtoyer de grands chanteurs comme Abdelouahab Doukkali ou Abdelhadi Belkhayat.
Son grand amour pour l'art le poussait à aider financièrement les artistes.
S'il a brillé dans sa carrière professionnelle, c'est grâce à sa profonde connaissance de la science économique et sa maîtrise de l'art de la finance. Il était Secrétaire d'Etat aux affaires économiques en 1978 dans le gouvernement de Ahmed Osman. Mais, avant cette responsabilité gouvernementale, il était secrétaire général au Ministère des Finances. Durant cette période, il s'est fait remarquer comme l'un des gestionnaires les plus efficaces de sa génération. Grand commis de l'Etat, il a consacré presque toute sa vie au service public qui revêtait, pour lui, une importance capitale dans le développement économique du pays.
Maîtrise
Au franc-parler grinçant, il se montre dur et ferme dans son travail mais tout à fait tendre et doux dans son entourage privé. Mais, "jamais, il ne s'est montré violent ou agressif", affirme l'un de ses anciens collaborateurs. Il était très connu pour accorder aux dossiers de crédit, quelle que soit leur provenance, un traitement qui va jusqu'au plus petit détail.
Son passage au CIH en tant que Président directeur général a été, de 1979 à 1993. Presque 14 ans de management d'une banque qui allait plus tard faire l'objet d'un scandale en cours de traitement judiciaire à la Cour spéciale de justice. Sa forte personnalité le rendait à la fois craint et aimé, et ses collaborateurs, aussi bien au gouvernement qu'à la banque, lui vouaient un grand respect.
Othman Slimani était également un grand sportif. En 1976, il était président de la Fédération royale marocaine du football, année où le Maroc avait remporté la Coupe d'Afrique des nations, en Ethiopie.
Son décès a ému plusieurs milieux: bancaire, artistique et sportif. Slimani était marié et père de trois enfants. Que Dieu l'ait en sa sainte miséricorde.