Ramadan : Engouement par-ci, montée des prix par-là    Les Etats-Unis donnent un sursis de 3 mois à Huawei    Radioscopie des besoins prévisionnels d'emplois au Maroc    Paris. Un homme suspendu à la Tour Eiffel pendant plusieurs heures    Marrakech: La ville que les stars adorent!    Sidi Moumen : Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre médical de proximité    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Baisse du résultat net du CIH    Banque Atlantique se propose d'accompagner l'Etat et les entreprises nigériens    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Stratégie e-gov. L'amer diagnostic de la Cour des comptes    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Egypte : Le Comité d'organisation lance une billetterie en ligne    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Vente illégale de boissons alcoolisées et immigration clandestine : Une ressortissante subsaharienne arrêtée à Rabat    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Divers    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mort dans la peine
Publié dans MarocHebdo le 09 - 04 - 2004


Disparition de Othman Slimani, ex-PDG du CIH
Vendredi 2 avril 2004, Othman Slimani nous a quittés des suites d'une terrible maladie. Son entourage et ses amis le qualifient d'un grand Monsieur aux qualités humaines et aux capacités managériales extraordinaires.
• Othman Slimani.
Othman Slimani, ancien PDG du CIH, a rendu l'âme, vendredi 2 avril 2004, à l'âge de 63 ans. Frappé d'un cancer de poumons, dont il souffrait, il y a tout juste trois ou quatre mois, après sa sortie de prison, Slimani a passé ses derniers jours sur son lit. Brillant banquier et éminent économiste, Slimani était également un homme de culture et de livre. "C'est quelqu'un qui lisait beaucoup", témoigne un de ses amis.
Sa forte culture générale et son côté intellectuel développé lui ont valu le respect et l'estime de tous ses proches et ses collaborateurs qui le redoutaient également pour son fort caractère.
Même mêlé à l'affaire CIH dans laquelle il se déclarait innocent, Slimani était un homme très attaché à son pays.
Réalité
Il ne voulait pas quitter le Maroc, contrairement à ce qu'ont fait bon nombre d'anciens hauts responsables de l'Etat, en fuite à l'étranger, pour échapper à la justice.
Mais, lui, en homme responsable qu'il était, voulait affronter la triste et amère réalité en dépit de toutes ses conséquences.
Othman Slimani, croyant jusqu'à son dernier souffle en la justice de son pays.
Proche des artistes car il est lui-même un grand artiste-peintre, il s'est fait beaucoup d'amis, dans ce milieu, à qui il offrait son soutien et son appui, aussi bien moral que matériel, pour les aider à évoluer dans leur carrière.
Mohamed Bennani, artiste-peintre et ami de trente ans de Slimani, se souvient d'un homme généreux, dévoué à ses amis et grand amateur des oeuvres de l'art. "Il était parmi les premiers à acheter les tableaux de Chaâbia alors qu'elle était encore au début de sa carrière et que personne ne croyait à son talent", affirme M. Bennani. Coincidence: Chaâibia et Slimani sont décédés ce même jour de vendredi, 2 avril. Slimani se faisait aussi un grand plaisir de côtoyer de grands chanteurs comme Abdelouahab Doukkali ou Abdelhadi Belkhayat.
Son grand amour pour l'art le poussait à aider financièrement les artistes.
S'il a brillé dans sa carrière professionnelle, c'est grâce à sa profonde connaissance de la science économique et sa maîtrise de l'art de la finance. Il était Secrétaire d'Etat aux affaires économiques en 1978 dans le gouvernement de Ahmed Osman. Mais, avant cette responsabilité gouvernementale, il était secrétaire général au Ministère des Finances. Durant cette période, il s'est fait remarquer comme l'un des gestionnaires les plus efficaces de sa génération. Grand commis de l'Etat, il a consacré presque toute sa vie au service public qui revêtait, pour lui, une importance capitale dans le développement économique du pays.
Maîtrise
Au franc-parler grinçant, il se montre dur et ferme dans son travail mais tout à fait tendre et doux dans son entourage privé. Mais, "jamais, il ne s'est montré violent ou agressif", affirme l'un de ses anciens collaborateurs. Il était très connu pour accorder aux dossiers de crédit, quelle que soit leur provenance, un traitement qui va jusqu'au plus petit détail.
Son passage au CIH en tant que Président directeur général a été, de 1979 à 1993. Presque 14 ans de management d'une banque qui allait plus tard faire l'objet d'un scandale en cours de traitement judiciaire à la Cour spéciale de justice. Sa forte personnalité le rendait à la fois craint et aimé, et ses collaborateurs, aussi bien au gouvernement qu'à la banque, lui vouaient un grand respect.
Othman Slimani était également un grand sportif. En 1976, il était président de la Fédération royale marocaine du football, année où le Maroc avait remporté la Coupe d'Afrique des nations, en Ethiopie.
Son décès a ému plusieurs milieux: bancaire, artistique et sportif. Slimani était marié et père de trois enfants. Que Dieu l'ait en sa sainte miséricorde.