L'Egypte réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    « Mon Maroc », un livre hommage au secteur touristique    Les médias espagnols évoquent les couacs de l'approvisionnement en gaz algérien    Maroc : Averses orageuses localement fortes mardi et mercredi dans plusieurs provinces    Trois individus, dont deux policiers, déférés devant le parquet pour escroquerie à Inezgane    CAN-2021: La CAF inflige des sanctions à des contrevenants    Liga : Un charter spécial pour les 4 Brésiliens du Real    Le partenariat de l'Université du Real Madrid    Les médias espagnols évoquent des perturbations d'approvisionnement en gaz algérien    Le Liban et le FMI entament des pourparlers sur un plan de sauvetage de l'économie du pays    France/Covid-19 : record de décès quotidiens à l'hôpital    Greenland Technology renforce sa présence au Maroc    (Billet 658) – Quand Israël reconnaîtra-t-il la souveraineté marocaine sur le Sahara ?    Le Musée Bab El Oqla de Tétouan rouvre ses portes    Hassan Benjelloun porte l'histoire de «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma    «Harm Reduction : The Manifesto», en sortie américaine le 26 janvier avec le Washington Times    Casablanca: un policier use de son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    CAN2021 : Ce mardi, Sénégal-Cap Vert (17h) et Maroc-Malawi (20h)    Maroc-Israël: les ambassadeurs des deux pays à Mexico saluent les progrès réalisés depuis la reprise des relations    CAN 2021/8es : Le Maroc ne reculera devant rien face au Malawi    Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité    Sites industriels pilotes : attribution de l'appel à partenariat relatif aux ZI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta    Oujda : Aptiv démarre la construction d'une nouvelle usine de câblage automobile    Bourse. Mutandis augmente son capital    Ordre national des pharmaciens: quelles nouveautés dans le nouveau statut ?    CAN 2021: une bousculade au stade d'Olembé à Yaoundé fait plusieurs morts    Maroc-Malawi: Halilhodzic est confiant avant le choc    M. Mayara met en exergue la profondeur des relations distinguées entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis    Nasser Bourita : la révision de la carte consulaire du Royaume s'impose    L'ouverture des frontières demeure liée à la garantie des conditions nécessaires pour préserver la santé des visiteurs et des Marocains    Sport scolaire: Programmation de 42 championnats nationaux durant l'année scolaire en cours    9 millions de personnes risquent de perdre leur pass vaccinal le 15 février, rappelle Véran    La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l'Education-Formation dresse son bilan 2021    Covid en milieu scolaire : 5.802 cas déclarés, 196 écoles et 495 classes fermées du 17 au 22 janvier    Toutes les résolutions du Conseil de sécurité confirment l'implication directe de l'Algérie (politologue espagnol)    La reprise du trafic à l'aéroport d'Istanbul retardée à cause de la neige    Burkina Faso. L'Union Africaine appelle au dialogue    L'ANCFCC tient son Conseil d'administration et affiche d'excellents résultats    CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »    Le ministère de l'Enseignement supérieur déterminé à promouvoir les valeurs d'intégrité dans les universités    Selon José Manuel Albares, une normalisation des relations entre le Maroc et l'Espagne est encore loin    Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au Maroc, où l'on compte plus de 10 millions d'hypertendus, 1,5 million de diabétiques et 5 millions d'obèses, une campagne de sensibilisation sur l'infarctus du myocarde s'imposait. Quand le cœur flanche
Publié dans MarocHebdo le 30 - 06 - 2006

Au Maroc, où l'on compte plus de 10 millions d'hypertendus, 1,5 million de diabétiques et 5 millions d'obèses, une campagne de sensibilisation sur l'infarctus du myocarde s'imposait.
Quand le cœur flanche
Professeur Ahmed Bennis. "Les maladies cardiovasculaires, premières causes de décès chez l'adulte."
Le 5 juin 2006, Mounir Bensaid, directeur général du Centre marocain de promotion des exportations (CMPE), devait participer à la journée du Maroc à la foire économique et commerciale d'Alger. Malheureusement, cela n'a pu se produire. L'homme a succombé à une crise cardiaque aigue, dans sa chambre d'hôtel, à Alger le 3 juin 2006. Sa dépouille a été rapatriée au Maroc le jour même. Tout comme cet homme, décédé subitement, environ 400 Marocains meurent tous les jours d'un infarctus du myocarde, appelé communément crise cardiaque. Une expression qui, rien qu'à l'évoquer, terrifie.
«Les maladies cardiovasculaires sont les premières causes de décès chez l'adulte au Maroc», affirme Pr Ahmed Bennis, Chef du service cardiologie au CHU Ibn Roch, premier centre public des maladies cardiovasculaires.
L'infarctus du myocarde se produit lorsque l'une des artères se bouche, n'apportant plus au muscle cardiaque le sang oxygéné nécessaire à la vie.
Au Maroc, où l'on compte plus de 10 millions d'hypertendus, 1,5 million de diabétiques et 5 millions d'obèses, une grande campagne nationale de communication grand public sur l'infarctus du myocarde s'est imposée. Cette campagne rassemble cardiologues et urgentistes (privés, publics, civils et militaires). Pr Ahmed Hamani, chef des services de cardiologie à l'hôpital militaire Mohammed V de Rabat, Pr Houcine Louardi, chef de service des urgences au CHU Ibn Rochd de Casablanca, Pr Ahmed Bennis et Dr Cherif Abdelkhirane, cardiologue, ont annoncé le lancement de cette campagne nationale, le 5 juin 2006 à Casablanca, pour la connaissance des symptômes, l'orientation rapide vers une structure d'urgence cardiologique et la prise en charge dans la première heure.
Il existe des signes d'alarme qu'il est nécessaire de reconnaître, ont souligné ces spécialistes. La douleur intense au milieu du thorax, l'irradiation de la douleur souvent vers le bras gauche et les mâchoires, la pâleur du visage ou l'essoufflement sont parmi les symptômes à ne pas négliger. Ces médecins sont aussi unanimes: «Le premier objectif du traitement est de libérer le passage du sang dans l'artère coronaire bouchée. Son efficacité est limitée aux premières heures qui suivent l'infarctus.»
A cet effet, deux techniques efficaces sont utilisées au Maroc: La thrombolyse, qui consiste à administrer dans le sang des thrombolytiques capables de dissoudre le caillot qui obture l'artère. «Le Maroc s'est doté récemment de la dernière molécule mise sur le marché: le ténectéplase, qui représente un véritable progrès dans la prise en charge de l'infarctus du myocarde en phase aigue», explique Pr Bennis. La deuxième technique est l'angioplastie qui consiste à introduire une sonde à ballonnet dans l'artère coronaire bouchée pour la dilater mécaniquement.
Les facteurs de risques que les spécialistes pointent du doigt, ce sont le tabagisme, l'hypercholestérolémie, le diabète, l'hypertension artérielle, sans oublier la sédentarité et le stress. A propos de la prise en charge, seules Rabat, Casablanca et Marrakech sont dotées des deux techniques de re-perfusion: thrombolyse et angioplastie.
A Oujda, Agadir et Fès, la thrombolyse est aussi pratiquée, vu qu'elle n'impose pas un investissement matériel qu'humain lourd. C'est le traitement à préconiser dans la quasi-totalité des villes du Maroc.