Covid-19 : Le Maroc suspend ses vols avec 13 pays européens    La généralisation de la couverture sociale, un projet avant gardiste en Afrique et dans le monde arabe    Covid-19 : Monaco allège ses restrictions et rouvre ses restaurants    Le Conseil de gouvernement adopte 'un projet de décret relatif à la réorganisation de la CMR    Blockchain et Immobilier : le grand défi    3ème promotion de Madaëf Eco6 : la Société de Dévelopement Saïda annonce les lauréats    La BVC débute en hausse    La FAO et l'UA publient un guide pour renforcer le commerce des produits agricoles en Afrique    Piratage : Londres "gravement préoccupé" par des "activités malveillantes" de la Russie    L'Icesco lance la 2e édition de ses programmes ramadanesques    Achraf Hakimi ne quittera pas l'Inter Milan    Botola Pro D1 / WAC-MCO (1-1) : Fakher et El Kaâbi font barrage devant le Wydad !    MAT-RCA ce soir à Rabat (22h00) : Le Raja pour réduire l'écart avec le Wydad, le Moghreb de Tétouan pour s'éloigner de la zone rouge !    Sahara : Elliott Abrams soutient à nouveau le Maroc, un coup dur pour les séparatistes et Alger    Vaccins anti-Covid : le patron du laboratoire Pfizer évoque la possibilité d'une troisième dose    Les prières des Tarawih sont-elles effectuées à Fès ?    Commission supérieure arabe de normalisation : appel à mettre en œuvre les conclusions de la réunion de Rabat    VACCIN, ES-TU LÀ?    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    L'Académie du Royaume du Maroc publie « Tebraâ », un recueil qui célèbre la poésie féminine Hassanie    Botola Pro D1 / 12è journée: le classement général    6 chantiers et 31 projets prévus : La Douane dévoile son plan stratégique 2023    Recherche : 300 Bourses d'excellence octroyées    Programme «Horizon 2020» : 6,88 millions d'euros pour 69 projets de structures de recherche marocaines    Votre e-magazine Challenge du vendredi 16 avril 2021    Raja: Chebbi dévoile ses ambitions (VIDEO)    Nasser Bourita s'entretient avec le commissaire européen au Voisinage et à l'Elargissement    États-Unis: une fusillade à Indianapolis fait huit morts    CNOM : La liste des athlètes marocains qualifiés pour les JO de Tokyo sera annoncée en juillet prochain    Prix à la consommation pendant Ramadan: Les produits les plus touchés    Généralisation de la protection sociale : Les réactions des agriculteurs (reportage)    Météo : Pluies et averses orageuses sur plusieurs régions ce vendredi 16 avril    UA: le Maroc plaide pour inscrire la sécurité sanitaire en Afrique comme point permanent à l'ordre du jour du COREP    Conseil de gouvernement : Adoption d'un projet de décret relatif à l'organisation judiciaire    Maroc - Egypte : M. Bourita s'entretient avec son homologue égyptien    Mali : la date des élections présidentielles fixée au 27 février 2022    Les lauréats des «Couleurs d'Al Aqsa» primés    L'ONU condamne avec fermeté    «Trilogie Marocaine 1950-2020» au musée national de Madrid    «Je me suis engagé à faire entendre la voix des habitants des montagnes»    «Hididane» aimé, «Hdidane» plagié ... par les gens de l'Est !    "Cultures ouvertes : L'Espagne et le Maroc " , une exposition virtuelle de l'Institut Cervantès    Cérémonie des Oscars: Des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean Jaurès (1859 - 1914) fut l'un des plus farouches
opposants à l'occupation française du Maroc. Les autorités de Casablanca viennent d'effacer son nom de la métropole. Ingratitude ou ignorance?
Publié dans MarocHebdo le 29 - 12 - 2007

Jean Jaurès (1859 - 1914) fut l'un des plus farouches
opposants à l'occupation française du Maroc. Les autorités
de Casablanca viennent d'effacer son nom de la métropole.
Ingratitude ou ignorance?
Abdelkader Timoule
C'est à travers la facturation de Maroc Telecom que les habitants du quartier Gauthier ont appris que la rue Jean Jaurès a été rebaptisée Mohamed Ben Ali! Cette surprenante et tout aussi désagréable décision ne peut être passée sous silence et mérite à l'évidence une explication.
En effet, l'illustre homme politique français est des plus respectés par les intellectuels marocains, voire internationaux, du fait de ses très courageuses prises de position politiques, notamment anti-colonialistes. En ce qui concerne le Maroc, dénonçant l'acte du protectorat signé le 30 mars 1912, Jean Jaurès, philosophe et théoricien du Parti socialiste, s'est insurgé énergiquement, trois mois après, à la Chambre française des députés, contre l'occupation du Maroc à travers ce qu'il a qualifié «d'acte hasardeux et frauduleux de Fès.» Sa farouche et persistante défense du royaume du Maroc a été la principale cause de son assassinat en juillet 1914.
Jean Jaurès, plutôt que d'être relégué aux oubliettes, méritait une distinction nationale, par exemple honorer de son nom une des plus grandes avenues de Casablanca, capitale de la résistance. En fait, il aurait été plus indiqué de lui affecter tout le quartier Gauthier; ce dernier n'était qu'un simple boutiquier et néanmoins le premier Européen installé sur ce qui était terrain de la tribu Mâarif.
Dans le même quartier, le nom de Montesquieu, le génial auteur de L'Esprit des lois, a été, lui aussi, effacé. Il fallait le maintenir ou, du moins, il aurait été plus indiqué de lui substituer le nom de savants nationaux universels du même gabarit, un Ibn Rochd, cordouan marrakchi, ou un Maïmounide, cordouan fassi…
S'agissant du nom de Mohamed Ben Ali, dont l'apparition est probablement justifiée, il devait être affecté à une des ces innombrables rues qui portent encore les noms de soldats de l'armée du protectorat qui se sont distingués lors de la répression des tribus résistantes. A vrai dire, Casablanca, plus que d'autres cités du Royaume, devrait offrir ses espaces publics aux noms de prestigieuses personnalités militantes pour le Maroc, malheureusement jusqu'à présent totalement marginalisées. C'est le cas notamment du grand Assou Baslam, de Jbel Sarghou, Belkacem Ngadi, de la vallée du Ziz, et autres Sid Ali Ahmaouch, de Aït Ichou… Sans oublier des étrangers libéraux, tels que, par exemple, Me Jean Charles le Grand, éminent et courageux avocat, qui au risque de sa vie, a toujours défendu des nationalistes devant les tribunaux de l'occupant. Celui qui, selon l'expression du socialiste français Charles Péguy, a «gueulé» la vérité, laquelle a permis de sauver nombre de nos concitoyens de la potence.
N'est-il pas intellectuellement plus rigoureux, pour ne pas dire obligatoire, pour l'attribution des noms de rues et boulevards de nos villes, d'instituer des commissions ad hoc, composées de membres de départements de compétence reconnue, outre l'Intérieur et la ville, la Culture, l'Enseignement, la Commission marocaine d'histoire militaire. Un moyen approprié à même de nous faire éviter, à l'avenir, ce genre d'errements. Mais, sans plus attendre, nous clamerons, volontiers, avec le poète Jacques Brel, Pourquoi a-t-on tué Jaurès?