Le projet Shoot Your Face prend fin en ce mois de septembre    Mise en place d'un système d'archivage du patrimoine audiovisuel national    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    Une 2ème prison en projet à Laâyoune pour 195 MDH    Barcha !    Investissement: Mémorandum d'entente entre Casablanca Finance City et BarcelonaCentre Financer Europeu    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Classement FIFA : Le Maroc gagne 2 places et remonte à la 39è position    Communiqué du Bureau Politique du PPS    Sédentarité et surpoids au banc des accusés    Les recommandations de la Cour des Comptes    Conflit syrien: Sommet tripartite à Ankara…    Le capital humain!    Studio 7, le premier studio de dance urbaine à Casablanca    Eliminatoires CHAN 2020. Benhalib et El Kaabi absents du dernier tour    Fondafip : Les finances publiques face au défi des mutations du monde    L'émission Kotbi Tonight suspendue pour trois semaines    Arrestation à Nador d'un dangereux récidiviste    Mariage des mineurs : Le plaidoyer de Réda Chami    Attaques en Arabie: Pompeo évoque un « acte de guerre » de l'Iran    Canada: Trudeau rattrapé par une vieille photo de « blackface »    Royal Air Maroc : Abdelhamid Addou affiche ses ambitions    BCP renforce son positionnement sur le segment des MRE    L'Institut français de Casablanca dévoile sa programmation    Leçons tunisiennes    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    News    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Hausse des nuitées enregistrées à Essaouira    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Bouillon de culture    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une escroquerie presque parfaite
Publié dans MarocHebdo le 17 - 10 - 2008

•Nouveau rebondissement dans l'affaire du terrain de la reine mère
Quatre accusés ont comparu devant le juge Noureddine Kacine pour la vente illégale d'un terrain appartenant à Lalla Latifa Amahzoune Alaoui. Ils sont poursuivis pour escroquerie, vol, association de malfaiteurs et émission de chèques sans provision.
Mahjoub Fahmi. Le chèque de 318 millions de dirhams
est retourné deux fois impayé.
Mercredi 15 octobre 2008 s'ouvre à la salle 8 du tribunal de première instance de Casablanca une nouvelle audience du procès des principaux accusés dans l'arnaque immobilière dont la victime n'est autre que la Princesse Lalla Latifa Amahzoune Alaoui, mère de SM le Roi Mohammed VI. Quatre accusés ont comparu devant le juge Noureddine Kacine. Il s'agit de Mahjoub Fahmi, Abdelilah Oualal, Essafi Baidane et Ahmed Tamer.
Ils sont tous incarcérés à la prison Oukacha de Casablanca. Le premier a été arrêté le 15 septembre et les trois autres le 7 octobre. Mahjoub Fahmi est poursuivi pour escroquerie, vol, association de malfaiteurs et émission de chèques sans provision. Deux plaintes ont été déposées contre lui par Maître Mohamed Naciri, près du Procureur du Roi auprès du Tribunal de première instance de Casablanca.
La première concerne le chèque sans provisions de 318 millions de dirhams qu'il a donné à la Princesse Lalla Latifa contre l'achat d'un terrain de 21 hectares à Marrakech et la deuxième porte sur plusieurs chèques sans provision totalisant la somme de 52 millions de dirhams que Mahjoub Fahmi a remis à la direction des Impôts dans le cadre de la même opération. Quant aux autres inculpés, ils sont poursuivis pour escroquerie, vol, association de malfaiteurs et complicité. Comment cette bande a-t-elle réussi à arnaquer la Princesse? De quel stratagème ont-ils usé pour mener à bien leur plan? Tout a commencé un jour de juin 2008. Mahjoub Fahmi, petit homme d'affaires à Casablanca, patron de la société de négoce Ibnou Sina, d'une voiture 4X4 Volkswagen Touareg achetée à crédit, et de quelques propriétés immobilières, fait la connaissance de Abdelilah Oualal et de Essafi Baidane, à travers un ami commun, Mustapha Boumnir, qui possède une société de production de marbre à Rabat.
Vente
Mahjoub Fahmi apprend à travers ce dernier que Abdelilah Oualal, 30 ans, qui gère un cabinet de comptabilité et de conseil juridique et fiscal à Rabat, met en vente, en sa qualité de régisseur des affaires de la Princesse Lalla Latifa, trois terrains appartenant à celle-ci. Il s'agit d'un terrain se trouvant dans la zone Koudia 1 à Marrakech, qui fait 21 hectares, d'un autre terrain dans la zone Haouz Limouna, toujours à Marrakech, qui fait 11 hectares et d'un troisième terrain situé dans la région Zenata à Casablanca.
Intéressé, Mahjoub Fahmi prend contact avec Abdelilah Oualal, qui lui donne rendez-vous un jour de juillet 2008 à l'hôtel Hilton de Rabat. Abdelilah Oualal qui était accompagné ce jour-là de Essafi Baidaine, qu'il a présenté comme étant un détaché du Palais Royal et son adjoint dans la gestion des affaires de la Princesse, propose à Mahjoub Fahmi de chercher des acheteurs potentiels.
Ce dernier en trouve un en la personne de Rahal Jbilou, député à la Chambre des Représentants au nom de l'Union constitutionnelle.
Le parlementaire casablancais, entrepreneur de son état et propriétaire d'une société prospère dans le bâtiment et les travaux publics, porte son intérêt sur le terrain de Koudia 1 et propose le prix de 3.500 dirhams le mètre carré. Son mandataire, Abderrahim Bichri, est chargé de conclure l'opération. Tout heureux, Mahjoub Fahmi informe Abdelilah Oualal et Essafi Baidane de cet acheteur et les trois hommes se fixent alors un nouveau rendez-vous à l'hôtel Hilton, où ils sont rejoints par Ahmed Tamer, notaire à Casablanca.
Stratagème
Aveuglés par le gain qu'ils espéraient toucher au terme de cette opération, les quatre hommes inventent un nouveau scénario de vente. C'est ainsi que Abdelilah Oualal propose à Mahjoub Fahmi d'acheter le terrain en question à 1.500 dirhams et le revendre par la suite à Rahal Jbilou à 3.500 dirhams. M. Fahmi accepte le deal et signe un chèque de 318 millions de dirhams, tiré sur la Société générale, au profit de la Princesse. Ayant été informé de ce stratagème pour le moins diabolique, le député se retire et informe son mandataire de sa décision. Mais, Mahjoub Fahmi et sa bande ne l'apprendront que bien plus tard.
Par la suite, le notaire se déplace à Marrakech pour inscrire le terrain au nom de M. Fahmi. Sentant la manip, le conservateur, Hamid Fatmi, ne procédera pas à l'enregistrement et exige une autorisation du Secrétariat particulier du Roi. Finalement, sous la pression de Abdelilah Oualal et de Essafi Baidane, il passe outre cette autorisation, mais exige quand même le règlement des droits d'enregistrement et de conservation par un chèque certifié.
Devant son incapacité à émettre ce chèque, Mahjoub Fahmi demande au notaire de régler lui-même ces droits par un chèque certifié de 3,2 millions de dirhams. Mahjoub Fahmi se retrouve alors être le nouveau propriétaire du terrain Koudia 1. Entre temps, la Princesse a tenté de récupérer son dû, mais en vain. Le chèque de 318 millions de dirhams est retourné deux fois impayé. Coincés, surtout après avoir appris le désistement du parlementaire, Abdelilah Oualal, Essafi Baidane, Mahjoub Fahim et le notaire entendent parler d'un nouvel acquéreur: un Emirati dont le nom demeure inconnu. Ils tentent de prendre attache avec lui à travers une notaire à Casablanca, Hind El Baroudi. Celle-ci leur rapporte que le nouvel acheteur propose le prix de 2.500 dirhams le mètre carré. Prix que Mahjoub Fahmi et sa bande acceptent, mais à condition que la transaction se conclue le plus rapidement possible.
Après leurs investigations sur ledit terrain, Hind El Baroudi et son client émirati choisissent, à leur tour, de se rétracter. La pression monte sur les quatre complices, et surtout sur Mahjoub Fahmi qui a donné plusieurs chèques sans provisions. Ce dernier rapporte dans ses dépositions à la police que Abdelilah Oualal et le père de celui-ci, Ali Oualal, lui ont soutiré de l'argent en espèces: l'équivalent de 37 millions de dirhams. Quant au notaire, 70 ans, qui souffre de problèmes cardiaques, il a également reçu, en guise de commissions, plusieurs chèques de la part de Mahjoub Fahmi