FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Covid-19: Plus de 644.000 personnes ont reçu la 3ème dose    Parc automobile de l'Etat: un vrai gouffre financier    Le Projet de Loi de Finances 2022 au menu du Conseil du Gouvernement de ce Samedi    Défense des intérêts suprêmes du pays: une question prioritaire pour le Gouvernement et la Nation. [Par Mehdi Hijaouy]    Covid-19 : Le Maroc reçoit 270.000 doses du vaccin Pfizer    Syrie: deux soldats turcs tués dans le nord-ouest    Le Polisario tente la carte du « White Savior » pour faire croire à sa guerre    L'Algérie se nourrit de la haine du Maroc : Karim Douichi    Rabat-Salé: Suspension temporaire du service du Tramway entre Pont Hassan II et Place 16 novembre    Kénitra: Pas de lotissements réalisés sur le foncier de la Maâmora    Financement: que cache la contre-performance des crédits à l'équipement ?    Guerre du Rif : Un Parti catalan appelle le gouvernement espagnol à présenter des excuses    L'Académie royale Mansour vise à fournir de la main-d'œuvre aux hôtels de luxe du Roi Mohammed VI    Classement FIFA : Le Maroc 3ème africain et 29ème mondial dès la semaine prochaine !    L'OCS, section football : M. Anouar Dbira Tlemsani présente sa démission    Afghanistan: L'EI revendique l'attentat contre la mosquée de Kandahar    Bali : Au moins trois morts et sept blessés dans un séisme    Coupe de la CAF : Ce samedi les FAR et la RSB jouent pour une place au tour additionnel barrage    cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Sahara: Le Conseil de sécurité fait confiance à Staffan de mistura pour relancer le processus politique    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Allemagne : Restrictions de voyage allégées pour les Marocains    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 octobre 2021 à 16H00    Hausse importante des recettes douanières en 2021    Recherche et innovation énergétique: Une marocaine distinguée en Italie    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la commission de l'UA    Cumul des mandats: Nabila Rmili, un cas isolé?    La police espagnole démantèle un réseau terroriste algérien affilié à Daech    Coronavirus. AstraZeneca met au point un traitement contre le Covid-19    DHJ-JSS au sommet de la 6ème journée    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Mohamed Tazi: « Nous espérons drainer 1 milliard de plus de chiffre d'affaires en 2 ans »    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    L'Algérie a-t-elle tué ses propres soldats pour un casus belli avec le Maroc ?    Créée par l'association EMA : «Al Yarmouk», une nouvelle école de la deuxième chance à Nouaceur    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la Commission de l'UA    TIBU lance 3 initiatives à fort impact social    Halilhodzic tacle sèchement un journaliste marocain    Leeds, Naples et l'AS Rome sur Mazraoui    «Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»    Festival : le court métrage se dévoile à Kelaâ des Sraghna    «Sur les pas d'Ibnou Arabi» : Exposition de Loubaba Laalej à Dar Chrifa    «Ana Maghribi.a»: Lancement de la 8ème édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Feu vert aux classes moyenne et supérieure
Publié dans MarocHebdo le 27 - 03 - 2009


•Assouplissement des conditions d'entrée à Sebta
Pour relancer l'économie locale, les autorités de Sebta envisagent de faciliter les procédures d'entrée aux Marocains “bien comme il faut”.
L'une des principales cibles de cette opération sont les vacanciers marocains.
Fait très rare, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et le Parti populaire (PP) se sont mis d'accord à Sebta sur un plan d'urgence consistant à donner un coup de fouet à une économie moribonde. L'opération réanimation consiste à faciliter au maximum les conditions d'accès à la ville occupée pour les Marocains. Il a même été question à un certain moment de supprimer le visa pour ceux qui se rendent à Sebta, afin de doper des finances dans le rouge et qui ont poussé de nombreux commerçants à s'installer sans la péninsule ibérique où les choses ne vont guère mieux.
Supprimer les visas? Suggestion vite rejetée devant l'avalanche attendue. Cela équivaudrait à lancer un appel à une émigration clandestine d'une ampleur sans précédent et dont l'impact aurait été retentissant dans l'ensemble du continent africain. Quelles alternatives alors? Les autorités de Sebta, qui insistaient auprès de Madrid il n'y a pas si longtemps pour resserrer au maximum les conditions de délivrance du visa Schengen, mènent désormais bataille auprès du gouvernement central pour une solution intermédiaire qui pourrait entrer en vigueur sous très peu: Délivrer des visas d'entrée à la ville occupé à même la “frontière” d'El Tarajal.
Défi
C'est-à-dire, des autorisations d'entrée plus que des visas essentiellement destinées aux classes marocaines moyennes et supérieures pouvant démontrer leur appartenance à cette catégorie. Autrement dit, un passeport valide, un véhicule avec, à bord, une famille “bien comme il faut” et une attestation de travail ou de revenus et l'accès à Sebta s'en trouve ainsi considérablement simplifié.
D'illeurs, les autorités de Sebta ne cachent pas que l'une des principales cibles de cette opération sont les vacanciers marocains qui occupent, notamment en été, des résidences à prix fort entre Tétouan et Fnideq en passant par Cabo Negro. Parmi eux, nombreux sont ceux qui font leurs emplettes à Tétouan et à Fnideq faute de visa. Pour ces familles donc, Sebta constitue une affaire assez intéressante, non seulement pour les achats, mais aussi pour le plaisir de la promenade en plein centre, entre la Calle Real et la Plaza de Africa. On peut prévoir d'ores et déjà que des sommes considérables iront ainsi renflouer une économie sebtie moribonde grâce à des milliers de familles marocaines.
Pour sa part, Mélilia refuse d'entreprendre les mêmes mesures pour l'instant, préférant s'en tenir à la procédure actuellement en vigueur. Dans l'autre préside, les citoyens de Nador et de Beni Anzar peuvent accéder à la ville “frontalière” sans visa, alors que pour Sebta, les habitants de Tétouan, Mdiq-Fnideq et Ksar Sghrir bénéficient actuellement du même traitement. Situation qui risque fort d'être provisoire.
Dans un autre ordre, il y a lieu de s'interroger sur l'attitude de l'Espagne face à la question de la frontière maroco-algérienne dans un tel contexte. Une réouverture supposerait pour les présides une manne providentielle au cas où Mélilia emboîte le pas, ce qui pourrait obliger Madrid à jouer les bons offices dans l'intérêt des trois parties. Mais, attendons un peu pour analyser le premier bilan de l'assouplissement de la procédure de visa à Sebta. Il est clair qu'il y aura engouement pour un temps. Mais, au fait, y sommes nous préparés ?