Variole du singe : Baitas se prononce sur les mesures gouvernementales    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    La délégation égyptienne arrive au Maroc    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    Un impératif et non une option pour le CESE    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Les changements climatiques augmentent les canicules    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Canada: Le TSAF, une maladie évitable de malformations durant la grossesse    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Le port de Tanger Med dans le top 6 mondial (banque mondiale)    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Energies renouvelables : en 10 ans, l'Afrique n'a attiré que 2% des investissements    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Taghazout Bay : l'humour à l'honneur les 27 et 28 mai    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Plus de 200 cas confirmés de variole du singe dans le monde    Afghanistan : 12 morts dans quatre attentats    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le cinéma marocain brille au festival de Cannes    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



(Billet 658) – Quand Israël reconnaîtra-t-il la souveraineté marocaine sur le Sahara ?
Publié dans PanoraPost le 25 - 01 - 2022

C'est une question que l'on pose rarement, mais qui mérite de l'être… La reprise, officielle, des relations entre Rabat et Tel Aviv et les liens anciens entre les deux Etats et encore plus entre les deux peuples devraient naturellement conduire à la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur ses provinces sud par le gouvernement israélien. Seulement voilà, ce n'est pas le cas.
En une année de relations officielles entre les deux pays, il y a eu bien plus d'Israéliens au Maroc que l'inverse. Deux très hauts responsables de l'Etat hébreu étaient dans nos murs ces six derniers mois, en l'occurrence le ministre des Affaires étrangères et futur premier ministre Yair Lapid et aussi Benny Gantz, ancien chef d'état-major de Tsahal, actuellement ministre de la Défense et potentiellement « premier ministrable ».
Lors de sa visite au siège du ministère des Affaires étrangères à Rabat en août dernier (photo), Yair Lapid avait commencé son allocution par cette phrase : « Les Juifs vivent au Maroc depuis près de deux mille ans (…). Pour des centaines de milliers de Juifs qui nous regardent aujourd'hui, le Maroc fait partie de leur identité ». Cela tombe très bien, les Juifs font aussi partie de la nôtre, selon notre constitution.
Alors, puisque les Juifs ont vécu ici des millénaires entiers, jusqu'au sein de communautés installées aux confins du Sahara, alors ils savent… Ils savent que l'Histoire est consubstantielle de la géographie, et que, historiquement, le Sahara est une partie du Maroc, ainsi que l'attestent bien des écrits de bien des pays européens à la fin du 19ème siècle et au 20ème.
Pourquoi alors Israël n'a-t-il pas encore reconnu l'intégrité territoriale du Maroc, sachant que ce pays, en plus de la reconnaissance des Etats, a bien besoin de l'amitié des peuples ? Et cette amitié des Marocains ne saurait se démentir si Tel Aviv franchit le pas de la reconnaissance. Il existe deux types de pays qui ne reconnaissent pas cette souveraineté : ceux qui se préoccupent de ne pas s'aliéner Alger et ceux qui ont intérêt à maintenir la rivalité entre Marocains et Algériens. Dans leur lecture de la nouvelle géopolitique de la région, les Américains se sont éloignés des deux blocs : Donald Trump avait certes ses calculs politiques personnels mais l'administration Biden, ayant bien calculé les enjeux car ayant pris le temps de le faire, a finalement confirmé la décision de l'ancien président.
Qu'attendent alors les Israéliens ? Ils savent bien qu'il s'agit d'une question cruciale pour Rabat, et ils vont donc négocier. Mais négocier quoi ? Aller plus loin dans les relations avec le Maroc ? Difficile de faire plus que les accords déjà signés, le soutien marocain à l'Union africaine, la coopération universitaire, puis militaire et/ou sécuritaire... Obtenir l'ouverture, enfin, d'une vraie ambassade marocaine en Israël ? Cela viendra car cela est programmé. A al-Qods/Jérusalem ? Hors de question, le roi du Maroc étant aussi le président du Comité al-Qods.
L'audience accordée aux ambassadeurs étrangers ce 17 janvier par le chef de l'Etat marocain n'avait pas programmé le chef du Bureau de liaison israélien à Rabat David Govrin, qui avait lui-même annoncé sur les réseaux sociaux en octobre 2021 sa nomination au rang d'ambassadeur. Son absence à l'audience royale a fait l'objet d'une question au porte-parole du gouvernement qui l'a rapidement évacuée, renvoyant à la convention de Vienne qui fixe les protocoles de nomination et d'accréditation des diplomates. Mais des voix s'élèvent au sein de la communauté juive au Maroc et marocaine en Israël, contestant l'envoi d'un ashkenaze et non d'un sépharade (de préférence d'origine marocaine) pour représenter l'Etat hébreu à Rabat… et bien que très actif et encore plus mobile, David Govrin n'est pas encore reçu par les officiels marocains.
La reconnaissance du Sahara par Tel Aviv sera donc le fruit d'âpres discussions entre deux diplomaties connues pour leur aptitude à négocier et à prendre le temps nécessaire pour rapprocher les points de vue. Et à ce titre, l'adresse de l'ancien Premier ministre Netanyahou aux Marocains, avec derrière lui une carte du Maroc séparée du Sahara, en dit long sur ces négociations à venir, en dépit des très protocolaires « excuses » israéliennes… Mais l'accélération des événements en Afrique centrale et occidentale pourrait précipiter les discussions, Israël ayant besoin de prendre davantage pied dans la région et le Maroc aspirant à mieux sécuriser ses frontières et à plus développer son industrie de pointe.
Rabat ayant fait la démonstration, comme Israël, de sa maîtrise de ses lobbies un peu partout, les choses pourraient s'accélérer en 2022, car le statu quo ne serait pas payant pour aucune des deux parties.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.