Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qualité des prestations hospitalières : L'hôpital face aux défis de la compétitivité
Publié dans Albayane le 18 - 04 - 2012

Alors que la maîtrise des dépenses de notre système de santé est à l'ordre du jour, l'hôpital, eu égard à son rôle central au sein de notre système de soins, ne peut échapper à une réflexion sur ses méthodes et ses finalités. Le progrès technologique oblige un lieu de soins de plus en plus performant, grâce notamment aux compétences médicales, aux personnels, de mieux maîtriser les soins prodigués aux patients sans distinction aucune entre pauvres et riches. Pour mener à bien ses missions et afin de continuer à assurer le service public et social qui sont les siens, l'hôpital doit faire face à plusieurs défis, s'agissant de ses coûts, de son efficacité ou de la qualité des soins rendus. Une profonde réflexion et un effort d'innovation sont actuellement entrepris par le ministère de la santé.Vous êtes nombreuses et nombreux, j'en suis convaincu, à avoir remarqué que le département de la santé bouge, innove, le RAMED l'a propulsé devant la scène, les médias se sont emparés de ce secteur vital qui fait aujourd'hui l'actualité.
Ce constat, synonyme d'un renouveau, ne peut avoir un réel impact, une signification positive, profonde que si des progrès importants sont réalisés dans tous les domaines qui touchent de prés ou de loin aux prestations médicales, aux soins, à l'accueil, l'hébergement, à l'écoute des malades et de leurs familles. Il s'agit donc de revoir le niveau des soins prodigués par les professionnels de santé que ce soit au niveau des structures du premier niveau (les centres de santé – les centres de diagnostic ..) et au niveau des centre hospitaliers.
Le nouveau ministre de la santé n'est pas allé par quatre chemins pour rappeler aux uns et aux autres l'intérêt qu'accorde son département à la qualité des soins.
La qualité des soins dans les établissements sanitaires est à l'ordre du jour, c'est une des priorités que s'est fixé le ministère de la santé afin de rehausser la promotion de la santé des citoyens. La qualité des soins au niveau des hôpitaux s'inscrit donc dans une approche novatrice au même titre que l'amélioration de l'accueil des malades, la lutte contre toutes les formes d'absentéisme, la corruption …
C'est l'une des cinq orientations stratégiques d'avenir, qui permettront de baliser le terrain, d'avoir une feuille de route claire, et surtout d'optimiser les actions entreprises tout en maîtrisant les dépenses hospitalières, car les moyens financiers ne sont pas illimités , c'est en l'occurrence ce qui justifie la recherche d'une meilleure qualité des soins ou mieux encore la recherche d'un rapport qualité prix.
Il faut avoir présent à l'esprit, que le concept qualité des prestations hospitalières (médicales –infirmières…..) ne constitue pas une mode, bien au contraire, la recherche de qualité des soins a de tous temps habité les principaux acteurs en place dans nos hôpitaux.
Des expériences ont été menées dans ce sens avec des résultats mitigés, parfois décevants, ce qui a fini par lasser plus d'un et renvoyer aux calendes grecques ce genre d'expérience.
Avec l'avènement de l'AMO et l'externalisation de certaines activités ( gardiennage, jardinage- hôtellerie- buanderie – entretien et service après vente …) ainsi que la modernisation des outils de gestion par l'introduction de l'outil informatique, le concept de qualité des soins s'impose et s'affirme chaque jour un peu plus à l'ensemble de nos structure hospitalières, pour leur permettre d'être compétitives face à un marché de soins privé où la concurrence ne fait que croître, il suffit pour s'en rendre compte de voir le standing des nouvelles cliniques qui ouvrent ici et là.
Avec l'entrée en vigueur du RAMED et sa généralisation et partant le budget additionnel qu'il va apporter ( 3 milliards de DH ), l'hôpital se doit de reconsidérer ses pratiques s'il veut réellement continuer à assurer ses missions avec cependant un meilleur accueil des patients et de leur famille , une grande écoute , une disponibilité constante , un accompagnement , une prise en charge personnalisée ….
La médiocrité n'aura plus droit de cité, aujourd'hui c'est une nouvelle page qui s'ouvre dans l'histoire de l'hôpital au Maroc, il s'agit pour tous les professionnels de santé d'être au rendez-vous.
Le saut qualitatif se fera avec eux, ils doivent donc être à la hauteur de la responsabilité qui est la leur afin de relever les défis qu'impose la nouvelle donne et parallèlement faire en sorte que l'hôpital public puisse devenir compétitif. La tâche sera rude, mais pas impossible.
L'hôpital public a des atouts certains, personnels soignants qualifiés, praticiens très compétants, technologie de pointe, confiance des patients …….
Les meilleurs, les plus performants, les plus compétitifs auront leur place, les plus faibles, les médiocres se verront délaissés. Les enjeux sont réels, de taille, c'est l'avenir de l'hôpital qui est en jeux, dans ces conditions on comprend mieux les motivations du ministre de la santé et on ne peut que souscrire pleinement à sa politique.
De ce fait , le recours à un label qualité des soins s'impose aujourd'hui à tous les directeurs d'hôpitaux , mais pas seulement , car l'assurance qualité et son amélioration est une responsabilité partagée entre tous les acteurs (personnel médical, paramédical et technique), et ce, en se basant sur les valeurs suivantes: la mission noble de l'hôpital afin d'assurer l'amélioration continue des soins, la vision plus ambitieuse des structures de santé et enfin la mise en application des principes visant la garantie de la qualité des soins (sécurité, continuité, formation, sensibilisation, exploitation plus judicieuse des ressources existantes )
Nous reviendrons sur ce sujet qui est d'actualité afin de mieux éclairer nos lecteurs, mais d'ores et déjà nous vous invitons à participer à ce grand débat en nous adressons vos remarques et contributions sur la qualité des soins en milieu hospitalier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.