Détournements des aides destinées à Tindouf: deux ONG italiennes entrent en jeu    Ritz-Carlton Hotel confirme le maintien de ses projets au Maroc    Hydrogène : Comment le Maroc peut devenir le premier fournisseur de l'Union Européenne ?    Audi et Volkswagen : Nouveaux rebondissements dans l'affaire de truquage des moteurs diesel    Football: L'AS Rome reste propriété américaine    Sbata : nouvel effondrement d'immeuble    Covid-19 : le Ministère mise sur le suivi à domicile pour décharger l'hôpital    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Explosions à Beyrouth : la situation économique en péril au Liban    Après la blessure de Mbappé, nouveau coup dur pour le PSG    Coronavirus : comment la Commune de Marrakech gère la situation ?    Météo Maroc: temps chaud ce jeudi avec des températures au dessus de la normale    Transferts : Arda Turan de retour à Galatasaray    Covid-19: Ottawa veut se procurer des millions de doses de vaccins    Botola : le classement général    Explosions à Beyrouth: Une Marocaine blessée    Fès: Les nouvelles restrictions sanitaires déjà de rigueur    Relance économique: Le détail du plan de travail des Finances    L'écrivain marocain Mohamed Adib Slaoui n'est plus    Botola Pro D1 : Deux joueurs du MAT testés positifs à la Covid-19    La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Fulham, vainqueur de Brentford, retrouve la Premier League    Nadal dit non à l'US Open et au calendrier infernal    Les IDME ont atteint 11 MMDH l'année dernière    Pour l'ONSSA, la Fête du sacrifice s'est déroulée dans de bonnes conditions d'hygiène et de santé animale    Le CNDH présente son mémorandum sur le nouveau modèle de développement    Opérationnalisation des Hautes Orientations Royales contenues dans le discours du Trône du 29 juillet    Pour faire face au nombre croissant des contaminations au nouveau coronavirus    Comment réduire les risques de démence    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    Le FUS, précurseur dans le trading de joueurs au Maroc    "Les Khettaras au Maroc .. un patrimoine écologique", nouvel ouvrage de la Fondation Miftah Essaâd    Marc-Aurèle : Le Chemin de la sagesse    La Libye cible de folies hégémoniques    Le président portugais a envoyé un message au roi Mohammed VI    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination ! (2e partie)    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Explosions au Liban: Macron attendu à Beyrouth    Covid-19: une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages dans la région MENA    L'ancien roi Juan Carlos 1er prend le chemin de l'exil    Safaâ Baraka, une jeune réalisatrice qui marque le pas    Beyrouth : la ville dévastée par des explosions dans son port    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ramadan et Santé : Quelles précautions prendre ?
Publié dans Albayane le 19 - 07 - 2012

Synonyme de prière, de dévotion, de charité, de bonté et de recueillement, le mois sacré de Ramadan est très attendu par tous les musulmans du monde. Au Maroc pays de traditions, de ferveur, de pratique religieuse, le mois sacré de Ramadan revêt une importance toute particulière au sein de toutes les familles, petits et grands apprécient les spécificités qui caractérisent ce mois.
Cependant, il faut faire preuve de vigilance car cette année le mois de Ramadan débute le 20 ou le 21 Juillet et coïncide de ce fait avec les fortes chaleurs de l'été. Si pour un adulte en bonne et parfaite santé la pratique du jeûne du mois de Ramadan ne pose pas de problèmes même quand le thermomètre grimpe, il en va autrement pour les personnes malades, les sujets âgés, ceux qui sont sous traitement médical...... Les conseils pour un Ramadan sans soucis.
Scientifiquement, la pratique du jeûne présente des avantages certains pour la santé, c'est quelque chose qui est aujourd'hui reconnue médicalement par les plus hautes sommités du monde de la médecine à l'échelon international. Enumérer tous les bienfaits du mois du jeûne de Ramadan prendrait l'espace de toute cette page, c'est pourquoi nous allons nous contenter de quelques exemples :
Les bienfaits pour la santé
- purification du corps des toxines
- réduction du poids
- pureté du cerveau
- régénération du corps et du sang
- qualité de vie plus grande
Aujourd'hui, bon nombre de médecins prescrivent un jeûne thérapeutique pour guérir certaines maladies et d'en prévenir d'autres.
Pendant le mois de Ramadan, le corps du jeûneur profite encore d'autres avantages :
- une chute du taux de cholestérol dans le sang, ce qui réduit considérablement les risques d'accidents cardiovasculaires et cérébraux vasculaires et prévient l'apparition de l'hypertension artérielle.
Des études prouvent qu'une privation d'eau pendant huit à dix heures n'est pas nécessairement mauvaise pour la santé ; elle permet de reposer le système rénal et produit une légère déshydratation en concentrant les liquides, ce qui allège le travail du cœur et augmenterait la longévité (étude prouvée pour les végétaux).
Par ailleurs, durant le mois de Ramadan on peut observer une légère perte de poids (5 à 10 %). En effet, il est prouvé que le jeûne du mois de Ramadan permet aussi au corps de se débarrasser des graisses superflues, ce qui naturellement se traduit par des bienfaits certains pour notre organisme.
En outre, durant ce mois sacré et, grâce au jeûne, notre corps va procéder à un grand nettoyage, en éliminant les toxines, les dépôts d'acide urique, etc. Cette cure de désintoxication lente relance des fonctions vitales jusque-là mises en veille et rend la personne plus sensible à ses besoins corporels. Une semaine de jeûne suffit pour observer une amélioration du tonus, un gain de vitalité et une perte de bourrelets ! Ce nettoyage en profondeur transparaît même à l'extérieur puisque la peau gagne en souplesse et en jeunesse.
Stabilité morale et spirituelle
La privation de nourriture du lever au coucher du soleil amène le croyant à organiser ses journées différemment, il pense davantage à nourrir son âme de lecture coranique et d'invocations pieuses. Ces occupations apaisent le cœur et rétablissent l'équilibre spirituel, trop souvent négligé dans une société où les plaisirs de la chair dominent allègrement. Aussi, le jeûneur s'éloigne de tout ce qui pourrait le distraire ou mettre en cause l'intégrité de son jeûne. Les mosquées sont toutes pleines, les fidèles font toutes leurs prières (Tarawih), lisent le coran et restent très tard dans la mosquée.
En définitive, jeûner durant le mois de Ramadan est un excellent moyen de maintenir son bien-être. Les effets de cette diète diurne s'observent à la fois sur les plans physique et psychologique.
Retrouver un équilibre corporel facilite les actes de dévotion et permet d'atteindre une stabilité morale et spirituelle.
Ramadan en plein été
Il est vrai que le mois de Ramadan est un mois béni de Dieu, un mois que nous aimons pour tous les bienfaits du jeûne que nous accomplissons avec ferveur, passion, des bienfaits dont profite notre corps et notre esprit et qui nous permet de renforcer notre foi et de nous rapprocher davantage de notre créateur.
Mais il faut aussi prendre quelques précautions surtout que le mois de Ramadan cette année tombe en plein été
Comme nous l'avons signalé, le Ramadan de cette année 2012 débute en plein été (Juillet – Août), c'est-à-dire la période de l'année où il fait très chaud et qui dit fortes chaleurs, fait référence aux risques pour la santé inhérents à la canicule.
Le jeûne, combiné à des températures élevées, peut se révéler dangereux particulièrement pour les personnes les plus vulnérables dont les femmes enceintes, les personnes diabétiques, les malades cardiaques, les personnes âgées, les jeunes enfants, qui ne sont pas obligées de faire ramadan mais qui très souvent tiennent malgré leur état de santé fragile à faire le jeûne.
La religion musulmane n'exige pas de ces personnes de jeûner surtout quand il y a un risque pour leur santé. La religion musulmane est une religion de tolérance, de pardon, de facilitation et quand le jeûne risque d'altérer significativement la santé du fidèle ou lorsque on est déjà malade, l'Islam exempte tout simplement celle ou celui qui se trouve dans l'incapacité de jeûner : «Allah cherche à vous faciliter l'accomplissement de la règle, il ne cherche pas à vous la rendre difficile», Sourate Al Baqara, Verset 185.
On à beau parler, conseiller, éduquer, attirer l'attention au sujet des risques parfois graves que peut entrainer la chaleur en été sur la santé, surtout la déshydratation dont peuvent être victimes certaines personnes fragiles, mais rien n'y fait, c'est à croire que les individus préfèrent courir des risques.
Concernant le Ramadan, en été, certaines personnes même malades et malgré les conseils avisés de leur médecin traitant, tiennent absolument à faire le jeûne. Ces comportements exposent ces personnes à des risques de santé qui, dans certaines conditions, peuvent être dramatiques.
Toutes ces personnes doivent savoir que l'Islam est la religion de la tolérance, du pardon et que concernant la pratique du jeûne du mois sacré du ramadan et selon le Coran, il existe deux formes de maladies : les maladies passagères, et les maladies incurables. «Si vous êtes malade durant la période du Ramadan, et que vous vous trouvez dans l'incapacité d'accomplir le troisième pilier de l'Islam, il vous est possible de ne pas jeûner, à condition de rattraper les jours manqués. Par contre, si vous êtes atteint d'une maladie incurable qui nécessite la mise à disposition de toutes vos forces, le Coran vous permet de ne pas jeûner. Vous devez, en revanche, assurer un repas à des personnes nécessiteuses.
Consulter son médecin traitant
Le fait d'être malade entraîne un état de faiblesse de l'organisme, une diminution des capacités de la personne à réagir, à se défendre, à se mouvoir. La maladie provoque un déséquilibre au niveau de l'organisme.
Ce qui fait que le jeûn peut être un facteur aggravant. Il est clairement démontré que les maladies de longue durée ou de courte durée peuvent exposer le malade à des complications, cet état de fait peut s'aggraver si la personne s'efforce de jeûner. Il s'agit notamment du diabète, de l'hypertension artérielle, de l'ulcère de l'estomac, de l'insuffisance rénale, des malades cardiaques, des femmes qui allaitent, des personnes âgées faibles ...
Avant de pratiquer le jeûne, toutes ces personnes devraient prendre la bonne et sage décision de consulter leur médecin, de demander des conseils éclairés au praticien pour la conduite à adopter pendant le mois sacré du Ramadan. Toutes ces personnes ne présentent pas les mêmes maladies, n'ont pas la même constitution physique, ne réagissent pas de la même manière face à la maladie. C'est pourquoi les conseils qui pourront être donnés par les médecins ne seront pas forcément identiques. Une personne porteuse d'une maladie associée à une pathologie principale ne ressemble en rien à une autre qui ne présente que cette pathologie. De plus, on tient compte de l'état général du patient, de son terrain, de la gravité de l'atteinte, du traitement préconisé, etc.
Nous reviendrons plus en détails sur chaque aspect qui est en relation avec Ramadan et Santé tout au long de ce mois sacré afin de mieux vous éclairer sur tout ce que vous devrez savoir, grâce aux conseils avisés de médecins spécialistes, de nutritionnistes ....
D'ici là portez – vous bien


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.