Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La langue amazighe prête à jouer pleinement son rôle
Boukkous au Forum de la MAP
Publié dans Albayane le 02 - 07 - 2013


Boukkous au Forum de la MAP
Il reste beaucoup à faire pour que la reconnaissance de la langue amazighe en tant que langue officielle dans la Constitution de 2011 devienne réalité, selon le Recteur de l'Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), Ahmed Boukkous, qui était l'invité lundi du Forum de la MAP.
Deux ans après l'officialisation constitutionnelle de leur langue, les Amazighophones n'attendent plus que les lois organiques pour que cet acquis soit traduit dans la réalité, a-t-il relevé, estimant que la vigilance doit rester de mise pour aplanir toutes les difficultés susceptibles de retarder le projet.
Pour Ahmed Boukkous, il ne manque plus que les lois organiques pour qu'une nouvelle étape soit franchie dans la mise en œuvre des dispositions constitutionnelles relatives à l'officialisation de la langue amazighe. Une fois adoptées, ces lois organiques vont permettre à la langue amazighe de jouer pleinement son rôle en tant que langue officielle et de travail du pays, à coté de la langue arabe, a-t-il ajouté.
Il est également nécessaire de procéder à la promulgation d'une loi organique, qui détermine les attributions, la composition et les modalités de fonctionnement du Conseil national des langues et la culture marocaine, «chargé notamment de la protection et du développement des langues arabe et amazighe et des diverses expressions culturelles marocaines, qui constituent un patrimoine authentique et une source d'inspiration contemporaine» (Art 5).
En tant que langue, la langue amazighe est prête à jouer comme il se doit ce rôle, ce qui devra avoir un impact considérable sur la vie de millions de Marocains au niveau professionnel, communicationnel et social, a-t-il dit.
Mais ce n'est pas automatique, vous diront certains militants, selon lesquels le passage à la mise en pratique du texte officialisant la langue amazighe requiert des changements en profondeur au sein de la société marocaine qui doit enterrer ses préjugés envers les Amazighes et pour que leur langue acquière ses lettres de noblesse et tout le respect qu'on lui doit à coté de la langue arabe.
Selon la constitution, «l'amazigh constitue une langue officielle de l'Etat, en tant que patrimoine commun à tous les Marocains sans exception» (art 5).
Revenant sur la portée de cette reconnaissance constitutionnelle, M. Boukkous a estimé que cette officialisation a généré chez les Amazighophones «un sentiment de fierté légitime, de dignité retrouvée, de réconciliation avec nous-mêmes et entre nous-mêmes, le sentiment, enfin, d'appartenir à part entière à la nation marocaine».
Tout en restant optimiste sur la poursuite du processus d'officialisation et de mise en pratique de cette disposition constitutionnelle, M. Boukkous a indiqué qu'il s'agira sans doute d'une étape très laborieuse, au vu de toutes les nouveautés qu'elle implique pour la société marocaine tout entière.
En attendant, a-t-il dit, l'IRCAM a poursuivi sa mission afin que la langue amazighe soit suffisamment outillée pour jouer son rôle en tant que langue officielle dans l'enseignement, la communication et d'autres domaines de la vie.
A présent, l'IRCAM dispose d'une documentation suffisante. Un dictionnaire amazigh sera publié en 2014, a-t-il dit, précisant qu'un certain nombre de lexiques (média, communication, audiovisuel) sont déjà disponibles.
Plusieurs publications ont été déjà réalisées consacrant ainsi le passage du patrimoine oral au patrimoine écrit, a-t-il ajouté, rappelant que quelque 600.000 élèves poursuivent des cours de langue amazighe.
Des filières des études amazighes ont été introduites depuis 2007 au niveau d'un certain nombre d'universités marocaines, (Agadir, Fès, Tétouan, Rabat, Oujda), a-t-il indiqué, rappelant que la création d'une chaîne de télévision amazighe est un pas important dans l'officialisation de cette langue nationale.
Il s'est en outre félicité de voir nombre d'établissements nationaux dont la MAP n'ont pas attendu la promulgation des lois organiques requises pour passer à l'acte et à la concrétisation des dispositions de la Constitution dont sont fiers tous les Marocains dont en premier lieur les militants amazighophones.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.