OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Maroc/Météo : Temps assez chaud ce mardi 3 août    Tokyo 2020 / Athlétisme : Première médaille d'or pour le Maroc grâce à Soufiane El Bakkali    Adjudications: Hausse de 46,2% des émissions du Trésor en 2020    La canicule sévit en Grèce, les vagues de chaleur se font fréquentes en Europe    Covid-19/ Casablanca : Reportage au cœur des services de réanimation du CHU Ibn Rochd    Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une université d'été belliqueuse
Publié dans Albayane le 24 - 08 - 2014

Que manigance encore l'Algérie pour tenter de déstabiliser vainement le Maroc ? La tenue récente de l'université d'été à Boumerdas sent le roussi, après tant de revers essuyés, ces derniers temps, par notre voisin de l'est, visiblement pris de rage.
Ce rassemblement fort médiatisé par la presse algérienne, abritait, en fait, une pléthore de décideurs, de stratèges, de théologiens, et...de protégés séparatistes. On devinera très aisément, le menu de cette cinquième rencontre d'aliénation qui échoit au moment où la sérénité marocaine continue à s'amplifier et, en conséquence, à irriter les martiaux d'Alger. Le périple royal dans nombre de pays africains, couronné par une panoplie d'accords de coopération multiformes, ainsi que les mesures humaines et civiques, inhérentes à la régularisation des sans-papiers africains dans le royaume, les contacts itératifs d'amitié avec les grandes puissances, notamment les Etats Unis, la Russie, la Chine, en plus du registre avancé avec l'Union Européenne, les progrès notoires dans maints domaines, institutionnel, démocratique, économique, social et culturel, cumulés par notre pays, ces dernières années..., autant de facteurs plausibles, mettant hors d'elle, la junte algérienne, qui profère, statu quo oblige, un quatrième mandat d'affilée à sa postiche morbide sur...une chaise roulante. Depuis déjà quatre décennies, précisément au lendemain du recouvrement des provinces marocaines du sud, le régime militarisé d'Alger, imbu d'un désir vorace d'étendre son hégémonie sur la région, hausse les assauts belliqueux contre le Maroc, à travers l'agencement d'une entité fantoche et, sans vergogne, par l'immixtion directe dans notre sacralité territoriale. Pour ce faire, il alourdit son armement et ourdit sa prépotence dans la stratégie de base, sans, pour autant, prêter le moindre intérêt à son peuple, amoindri par la paupérisation systématique et assailli par une sulfureuse propagande anti-marocaine. Cette rage de militarisation, aiguillonnée sans compter, aux dépens des attentes de fond des masses populaires algériennes, tend à ulcérer, non seulement, les rapports bilatéraux des deux nations, mais également, à mettre en péril toute une région envenimée par des nuisances mafieuses et terroristes. Cet environnement régional mouvant, constamment infecté par la horde des mercenaires polisariens, ne fait que rassasier les rapacités belligérantes des généraux algériens. En effet, une cohorte de galonnés, fondée exclusivement sur la logique de l'antagonisme dont elle est l'essence même, ne peut, en parfaite cohésion, que s'abreuver dans le marécage du conflit. Seulement, le Maroc ne mange jamais de ce pain. Lui, depuis l'aube de sa création, a relayé une multitude de dynasties impériales et forgé une longue expertise de la civilité démocratique, reposée sur le pluralisme et la diversité dans l'union nationale, tout en instituant son organe militaire pacifiste pour la sauvegarde de son territoire. Par contre, la notion de l'Etat Civil fait défaut cruellement en l'Algérie et, en lieu et place, la cuirassée s'adjuge tous les pouvoirs. De ce fait, l'armée, façonnée par l'endoctrinement du dogme de la guerre, cultive sans cesse le principe du monopole du sol et de l'accaparement des points stratégiques. Tel fut le souci de tous les régimes militaristes qui, à défaut de toute approche civile démocratique, se sont heurtés à la dialectique de l'évolution de l'histoire civile. L'Algérie n'échappera point à cette fatalité et finira par se plier l'échine devant la logique de la vie civile, par le truchement de son peuple mis en conscience, tôt ou tard, dans la postérité. L'Algérie ne fait, en effet, que perdre un temps précieux aux peuples de la région, alors que d'autres entités régionales, de par le monde, ont franchi de longues distances dans le sillage de la destinée mutuelle. Il est donc bien clair que l'université d'été, récemment organisée dans le nord de l'Algérie, ambitionne de recharger ses batteries et raviver ses énergies, non pas dans le sens de la réhabilitation de sa politique, dirigée jusqu'ici, dans l'obsession névrotique, vers le torpillement des ingrédients de l' « exception » marocaine qui, sans grands atouts naturels, parvient à implanter son essor multidimensionnel et supplanter son rival à tous les niveaux, mais de barouder sans relâche ses obusiers vindicatifs. Il n'en est pas moins évident que la soldatesque algérienne est à cours d'arguments à fomenter à l'opinion publique, depuis que le projet d'autonomie, acquiescée par la communauté universelle, l'agenouille, que les balivernes déversées en Afrique, font effet de fétu de paille, que les manipulations diligentées pour s'approprier le leadership régional en « passant » sur le corps du Maroc, se font dépister au grand jour...Cependant, il importe beaucoup, en ces moments d'irascibilité dans le camp militariste algérois, de redoubler de vigilance, de fortifier encore davantage le front national conforté, il est vrai, par la nouvelle constitution et la volonté royale de juguler les disparités sociales, dans la stabilité et la sécurité, de nouer des relations de bon voisinage avec le peuple algérien, par le biais des échanges et des réciprocités variés des acteurs de la société civile, de l'élite et de l'intelligentsia qui, en revanche, n'ont rien à voir avec les convoitises guerrières de leur armée acrimonieuse...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.