La Colombie et le Maroc partagent la même vision d'une politique migratoire humanitaire, selon la diplomatie des deux pays    Casablanca / Fonds de solidarité des avocats : Le bâtonnier dévoile les prélèvements    Compteur coronavirus : 303 nouveaux cas en 24h, 1.32 millions troisièmes doses administrées    La Russie resserre ses relations économiques et politiques avec la Libye et l'Algérie    La Commission Islamique de Melilia : l'Espagne appelée à régulariser la situation des Marocains bloqués    Dette publique: Recul de 9,7% des souscriptions sur le MAVT à fin septembre    Equatorial Coca-Cola Bottling Company installe son siège à Casablanca    Sahara : l'Eswatini pointe la "prééminence" de l'initiative d'autonomie comme "seule solution"    Prolongation de l'état d'urgence au Maroc    La prison locale de Nador 2 dément le harcèlement d'un détenu pour son refus de se faire vacciner    Scolarisation des enfants en situation de handicap : Le taux de 55% dépassé, des efforts à soutenir    Maroc-Etats-Unis: La guerre de l'intégrité territoriale se poursuit toujours    Gazoduc GME : l'Algérie veut expédier vers l'Espagne plus de gaz par voie maritime, les observateurs dépaysés    Déficit de médecins urgentistes au Maroc: Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Lutte contre le cancer du sein au Maroc: Un combat qui est loin d'être gagné    Sondage du CESE sur légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles    «Le Maroc jouit d'un important soutien international pour sa souveraineté sur le Sahara», estime un média espagnol    Une amazighité encore à accomplir    ayad lemhouer: "Dans le débat sur les langues d'enseignement, l'Etat devrait ignorer les courants idéologiques et se soucier de ce qui est dans l'intérêt des Marocains"    Fonction publique: En 10 ans, le salaire mensuel moyen grimpe de plus de 15%    Pékin «s'oppose fermement» aux contacts militaires entre Taïwan et les Etats-Unis    Botola Pro D1 / Fin de la 7ème journée : Ce jeudi, le classico FAR-WAC à partir de 18h15    Barça : Limogé, Koeman recevrait un chèque de 20 millions d'euros !    Tourisme au Maroc: les opérateurs au fond du gouffre    Thé au Maroc : 400 marques se partagent le marché local    BMCE Capital présente ses nouvelles prévisions 2021-2022    Jusqu'au 19 mars 2022 : La Galerie Banque Populaire expose les photographies de Marcelin Flandrain    France. Zemmour n'est qu'un symptôme [Par Jamal Berraoui ]    Gouvernance économique : Le financement du PLF assuré sans emprunt national    Conseil de la ville de Casablanca : les préparatifs de la session extraordinaire bouclés    L'Assemblée Générale du Raja : Anis Mahfoud, le secrétaire général démissionnaire, nouveau président    L'ONU alerte sur une crise humanitaire qui « s'aggrave » en Syrie    De plus en plus de prisonniers politiques dans la Russie de Poutine    L'investissement au cœur d'une réunion interministérielle    Palestine : Les USA critiquent « fermement » la colonisation en Cisjordanie occupée    Soudan : La pression internationale « libère » Hamdok    Botola Pro D1: le Raja tenu en échec à domicile par le FUS    L'horizon s'assombrit pour l'OCK, le RCOZ méritait mieux    African Lion 2022 : Le coup d'envoi de la 18e édition sera donné cette semaine    Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d'éléments de parure datant de 150.000 ans    Grand succès pour les talents marocains à l'AFRIMA Awards    Publication : «La tribu des Bni Touzin : Etude monographique»    Ouverture du 14ème Festival du Théâtre universitaire de Tanger    Belgique : 24 migrants secourus    Maroc-Rwanda: Une proximité qui ne se dément plus    «Théâtre et philosophie» : Mohammed El Kabbaj explore l'interaction entre l'idée et la scène    Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'écriture et l'amour bilingue
Publié dans Albayane le 03 - 02 - 2016

L'écriture en langue arabe et en langue française, Cette double écriture revient à mon enfance. Je me rappelle bien que j'étais un élève doué dans les arts, et parmi les meilleurs élèves de la classe ; surtout dans les matières littéraires. J'étais même à ce temps là reconnu par les élèves et les professeurs comme l'écrivain. Je ne l'étais pas seulement pour ma classe mais pour mon école toute entière.
Ainsi j'ai commencé à écrire des poèmes d'amour et d'amitiés innocents, et à les lire et à les relire devant mes amis : filles et garçons. Un jour, une fillette est venue me voir en me suppliant d'écrire un poème d'amour sur elle. Puisque j'étais un poète de langue arabe -car en ce temps-là tous les poèmes que j'écrivais étaient en arabe - elle n'a pas hésité de dire qu'elle préférait que le poème fût en langue de Molière. C'était un joli défi pour moi. Alors j'ai écrit le poème en arabe puis je l'ai traduit en français. Le poème a trouvé son chemin dans deux mondes bien différents, celui des arabophones grâce à moi et celui des francophones grâce à cette belle fillette. Surtout que ce poème là a été pour elle un grand triomphe - non pas pour moi qui suis tombé amoureux d'elle - mais pour ses amies qui l'entouraient tout le temps. Après cette belle aventure avec l'écriture en langue française je suis devenu si fier de moi que j'ai commencé depuis à écrire mes poèmes et mes récits en arabe et en français. Mon crayon/ma plume a commencé de jour en jour à ressembler à un serpent dont la langue est séparée en deux dimensions ; l'orient et l'occident. C'est pour cela que j'ai réussi après à publier dans les journaux et les revues de langue françaises tels Libération, L'opinion, Agora, Al-bayane, Vision et bien d'autres. J'ai réussi en même temps et avec les mêmes capacités, ou peut-être plus, de publier dans les autres revues et journaux de langue arabe. Ainsi j'ai plongé dans les mers de ces deux belles langues. Mais la plus belle des choses c'est que ceux qui lisent en français me considèrent comme un écrivain marocain de langue française tandis que les autres qui lisent en arabe me considèrent comme un écrivain marocain Arabophone. Seuls ceux qui lisent dans les deux langues me considèrent maintenant comme un écrivain universel, surtout après la parution de mon premier recueil de langue française «Le jardin des passions» et mon premier recueil de nouvelles «Les tablettes blanches» en langue arabe. C'est comme ça que cette double écriture, qui est la mienne, ou plutôt ce double jeu/je me plait beaucoup, et me tire vers lui souvent, car l'écriture avec/par deux langues différentes me rend plus riche dans mes pensées, et rend mes écrits pleins de significations et plus diverses. Des significations qui appartiennent à l'occident comme ils appartiennent à l'orient. Pour en finir, j'aimerais bien citer ces belles paroles de mon professeur Abdelkebir Khatibi, qui sont tirées de son roman autobiographique «La mémoire tatouée», à propos de cette double écriture : « Soit le français et l'arabe. Il faudrait imaginer ce désir insensé d'une écriture bilingue. Bilingue ? Autant dire une écriture folle. Quelle folie effective ? Quel corps imprononçable ? Deux langues en position hétérogène travaillant l'une sur l'autre, se chevauchant, se refoulant, se croisant selon un soubassement différent de structure, de métaphysique, de civilisation...».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.