L'ONCF annonce une réduction de 50% sur les cartes de réductions    Les Pare-buffle interdits dès janvier    Festival du film documentaire sur la culture hassanie : 10 films en lice    Pourquoi les Etats-Unis ont-ils levé la suspension imposée aux agrumes en provenance du Maroc    2e tour des présidentielles au Chili    LE MAROC EN MARCHE:L'HISTOIRE SE RAPPELLE ET N'OUBLIE GUÈRE .DEUX CAS DE MEME IDENTITE :M. SEP BOUTEFIFA    Vladimir Poutine s'érige en garant de la prospérité du pays    La mobilité électrique en marche sur le réseau autoroutier national    Les malheurs du tout compris!    Tanger: la Maison méditerranéenne du climat, une structure pour renforcer la gouvernance climatique    Un projet de résolution visant à rejeter la décision de Trump    La CEDEAO affirme son attachement à la paix, à la sécurité et à la stabilité dans la région    Mondial 2018: Le Maroc pense à plusieurs matches amicaux    PHENOMÈNE SOCIAL:"ANTA SLAOUI ...WANTA RBATI...BGHIT NA3RAF ACH BGHITOU ?"-"HA LI BGHINA :GANTRA N3AMASS"    C'EST ARRIVE AU CIMETIERE SIDI HAJJAJ A YACOUB EL MANSOUR DES VISITEURS FACE A DES SERPENTS,SCORPIONS,CHIENS ERRANTS,HERBES SAUVAGES,DES FIGUIERS TOUFFUS ...L'HORREUR !!    Akhannouch plaide pour la concrétisation d'une nouvelle offre politique    18 DECEMBRE:JOURNEE INTERNATIONALE DES MIGRANTS    SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI:COUPE DU TRÔNE 2017.Saut d'Obstacles – Clubs    MCO-A/G DEMAIN: L'ÈRE DU CHANGEMENT A - T-ELLE SONNEE POUR LE MCO?    RSA: PRESIDENCE DE L'ANC OU Mme ZUMA EST EN DIFFICULTE FACE A RAMAPHOSA    France : Ces ministres millionnaires    UE-Brexit : L'avenir sera fait de négociations difficiles    L'AS Salé connait son adversaire en quarts de finale    Programme des principaux matchs de ce dimanche 17 décembre    Mondial 2018 : Les chances des Lions selon les statisticiens    Fermeture définitive de la prison locale Salé    Khémisset: 18 blessés dans le renversement d'un véhicule de transport    Message de condoléances de SM le Roi au président français suite à la collusion de train à Millas    Troisième AG de la FAAPA à Casablanca    Parlement : Habib El Malki en visite de travail au Vietnam    4 tonnes de Haschich saisies en Espagne    OiLibya s'allie à SGS pour la qualité de ses carburants    AUJOURD'HUI A 13 H A L'INSTITUT NATIONAL DES STATISTIQUES DE LA FAC DES SCIENCES HUMAINES :JOURNEE CULTURELLE DE COREE DU SUD    « Plasticiens du Maroc, Poètes du Monde » à la Société Générale    La Fondation AWB s'intéresse à la Citoyenneté en son Espace Actua    Abdelhak Najib signe « Le pays où les pierres parlent »    DEMANTÈLEMENT D'UN GANG QUI KIDNAPPAIT DES RICHES CONTRE DES RANÇONS    Que faisait le président de la Région Beni-Mellal avec la délégation du WAC au Mundialito?    PREVISIONS METEOROLOGIQUES POUR LA JOURNEE DU SAMEDI 16 DECEMBRE    ATTENTION! POULES DANGER!!!    MISE A JOUR DE LA BOTOLA: LE WAC ET LA RAJA AU COMPLEXE PRINCE MOULAY ABDALLAH (LUNDI,MARDI ET JEUDI)    Historique de la langue arabe à l'UNESCO    Droits de l'Homme: El Othmani promet un plan d'action    Un mondial sans Espagne ?    Disney rachète 21st Century Fox    Le Maroc adhère au protocole... 3 ans après    La Chambre des représentants adopte en deuxième lecture le projet de loi de Finances 2018    Leith Alam, artiste Marocain, auteur, compositeur et arrangeur musical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Intellectuels, réveillez-vous!
Publié dans Albayane le 25 - 04 - 2016

Devant les signes de toute crise, un discours de pondération devant serait le plus commode. Tout en étant grincheux à l'égard de certains propos provocateurs, on se devra de reconnaitre la lourdeur de la conjoncture, sans pour autant, verser dans le drame. On est censé accuser le coup et maîtriser la situation. Au-delà des statistiques qui peuvent inciter à l'alarmisme, on est contraint d'agir dans la sérénité, car face au flottement des aléas, l'affolement des esprits ne sert absolument à rien.
En dépit des coups bas des détracteurs, il n'y a pas d'autre issue que de se ressaisir. Il se trouve qu'en face de la récession financière globale aux retombées inéluctables sur le pays, les émules malhonnêtes politiques n'attendent que pareilles aubaines. Il va sans dire que, outre les clivages politiques, les répercussions économiques et sociales sont à considérer avec beaucoup d'agressivité et de méthode.
La parenthèse des émeutes protestataires des masses populaires n'est pas définitivement fermée. La cherté de la vie flambe à des cadences infernales. Les prémices de la réapparition d'une nouvelle descente imposante dans les rues annoncent déjà la couleur. Bref, on n'est nullement loin d'un soulèvement tendu des colères. Cette fois-ci, ce n'est pas la révision de la Constitution ni encore la mise en place d'un autre gouvernement qui calmerait les tensions. La confiance ne serait plus là, puisque "usurpée", une fois de plus ! On craindrait fort bien l'impopularité qui commence à se pointer à l'horizon, attisée par les ennemis de la démocratie et les bas présomptueux, lotis en embuscade.
Dans ces camps déstabilisateurs, on ne cherche qu'embraser le front social, pour des calculs sectaires. Devant ces dénégations, on déplorera bien le mutisme incompréhensible de nombre d'intellectuels éclairés sensés s'impliquer dans les affaires publiques de la nation, au lieu de se la couler douce. Il semblerait bien que ceux-là qui s'arrangent exclusivement à rehausser leur registre, se cantonnent dans la soumission et la résignation. Tout en ignorant qu'ils peuvent toujours riposter aux déficiences de leur pays, les intellectuels ne cherchent jamais à se casser la tête ni avec les gouvernants, source de leurs aises, ni avec les gouvernés déshérités, tracas continuel de la société.
Ce comportement des intellectuels est plus que navrant, dans un pays en pleine transition démocratique, où les marges de libertés se sont copieusement élargies. Nul besoin de rappeler que les grandes révolutions opérées dans les nations en quête de démocratie et de progrès, s'étaient enclenchées, par le truchement des élites intellectuelles. Ce qui fait aujourd'hui leur force et leur rayonnement, à travers la planète. Il est vrai que c'est le peuple qui revendique, se bat et s'approprie les droits. Mais, l'avant-garde de ces mouvements a constamment été déclenchée sous l'impulsion des idées illuminées des intellectuels. Notre pays a donc besoin de ces coups de pouce des intellectuels, ceux qui mettent l'intérêt du peuple et de la patrie au dessus de toute considération. On ne cessera alors de leur lancer : «Intellectuels du pays, réveillez-vous, la nation a besoin de vous!»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.