Banques participatives: les financements augmentent de 26,7% à fin août    Ultime sondage: Lula toujours grand favori de la présidentielle au Brésil    Le Ministère de la Santé lance la campagne de sensibilisation et de dépistage des Cancers du Sein et du Col de l'Utérus    Attentat contre la mission de l'ONU en RDC: Guterres appelle à une enquête Politique    L'ouragan Ian laisse dans son sillage une Floride dévastée    Le Maroc compte présenter sa candidature pour l'organisation de la CAN-2025 de football    Institut Choiseul. Qui sont ces 12 dirigeants marocains dans le top 100 meilleurs Africa 2022    Le temps qu'il fera au Maroc, ce dimanche 2 octobre    L'Boulevard: les organisateurs prennent « très au sérieux » les témoignages de viols    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi de la situation au Burkina Faso    Burkina Faso: Le chef de l'ONU condamne "toute tentative" de prise de pouvoir par la force    CHAN 2022 : Le Maroc hérite du Soudan, Madagascar et Ghana    CHAN-2022 (tirage): Le Maroc hérite du Soudan, Madagascar et Ghana    Mondial de football pour amputés / Maroc-Irlande (6-0) : Très belle entame marocaine    Botola : Les résultats de la 4e journée    L'aéroport de Marrakech a affiché un taux de récupération de 91% en août    L'équipe du Maroc remporte le titre du All Africa Golf Championship 2022 en Egypte    SM le Roi félicite le Prince héritier d'Arabie Saoudite suite à sa nomination président du Conseil des ministres    Mohamed Joudar élu nouveau Secrétaire général de l'UC    Tanger: Un Colombien interpellé pour trafic de drogues par avions légers    Annulation des vols de la RAM vers et depuis Ouagadougou du 1er au 2 octobre    L'Boulvart souhaite l'ouverture d'une enquête sur les témoignages de viols lors du concert    Pêche : Le Maroc et la Mauritanie signent un programme exécutif 2023-2024    La Galerie Banque Populaire inaugure sa rentrée culturelle    Casablanca: La première soirée de L'Boulevard vire au chaos    Scandale. Des contrebandiers du Polisario coincés révèlent les noms de leurs complices hauts gradés de l'armée algérienne    Annulation des vols de la RAM vers/depuis Ouagadougou des 1er et 02 octobre    L'Association Nationale des Eleveurs Ovins et Caprins tient son AG à Meknès    Elections au Québec: Le chef d'un parti exclut deux candidats pour des propos antimusulmans    Vingt individus interpellés pour liens présumés avec un réseau d'immigration illégale    Covid-19/Maroc : 3.087 PCR réalisés en 24H    Plus de six tonnes de drogue incinérées à Dakhla    Burkina: déploiement de militaires à Ouagadougou après de nouveaux tirs    Le Maroc présentera sa candidature pour l'organisation de la CAN-2025 de football    Victoire historique de nos Lions équipe Amputé!    Diaspo #258 : Fattah Abbou enseigne la musique amazighe aux Américains    Délais de paiement : Détails du nouveau projet de loi adopté par le gouvernement    Carburant. Baisse des prix à la pompe, dès ce samedi 1er octobre    Opération non-notifiées : le Conseil de la Concurrence durcit le ton et enchaine les sanctions    Nouakchott: Sadiki reçu par le Premier ministre mauritanien    Les camps de Tindouf sont totalement abandonnés par l'Algérie « dans des conditions scandaleuses »    Gasoil/essence: le gouvernement travaille sur les recommandations du Conseil de la concurrence    Symphonyat 2022. « L'art n'a pas de religion »    Conseil de gouvernement : Le mandat des membres du CNP prorogé de six mois    Juan Vivas appelle au maintien de l'obligation de visa pour tous les Marocains se rendant à Ceuta    Festival du court métrage de Marrakech : «Ultimate Ink» de Yazid El Kadiri primé    Jazz au Chellah : Un concert d'ouverture inédit avec Arifa, Soukaina Fahsi et Aziz Ouzous    L'Institut français de Tanger expose ses priorités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le travail
Publié dans Albayane le 27 - 09 - 2017

«Il ne faut jamais craindre qu'il y ait trop de sujets, trop de citoyens vu qu'il n'y a de richesse, ni force que d'hommes», écrivait Jean Bodin en 1577 dans sa «République». Une découverte singulière à une époque où dominait la pensée mercantiliste qui faisait, rappelons-le, de l'accumulation du métal précieux la première source de richesse.
Le penseur maghrébin, Ibn Khaldoun (1332-1406), s'inspirant visiblement des préceptes de l'Islam qui hissait le travail au rang d'obligation religieuse (al3amlou 3ibada), écrivait deux siècles auparavant la même chose ou presque : «le travail est la cause de la richesse» et la valeur des produits est déterminée par la quantité de travail que leur production nécessite. Ce qui fait de cet érudit des sciences sociales un précurseur en la matière, et tout particulièrement de la théorie marxiste de la valeur-travail.
Cette découverte scientifique, jamais démentie depuis, est en passe de faire l'unanimité au sein de la communauté scientifique, y compris dans le milieu des libéraux qui n'osent pas soutenir le contraire. Le dernier rapport sur le développement humain publié par le PNUD, vient de le confirmer en retenant comme thème principal «le travail au service du développement humain». Le travail y est analysé non seulement comme créateur de richesse, c'est aujourd'hui une évidence, mais aussi comme libérateur du potentiel humain et garant de la dignité humaine. Autrement dit, c'est par le travail que les hommes et les femmes s'accomplissent, se réalisent et par conséquent se libèrent. Nulle liberté n'est imaginable sans travail.
De façon générale, le travail permet d'atteindre deux objectifs essentiels :
1) accroître les capacités humaines par la jouissance d'une bonne santé, l'amélioration des connaissances et un niveau de vie décent;
2) créer les conditions favorables au développement humain à travers la garantie de la sécurité et le respect des droits de l'homme, la promotion de l'égalité et de la justice sociale, la participation à la vie politique, et la réalisation de la viabilité environnementale.
A contrario, le chômage (ou le non-travail) a des retombées contraires. Il provoque des privations multiples non seulement pour les personnes directement concernées mais pour la communauté dans son ensemble. Outre le manque à gagner évident en termes de richesse nationale, il est source de frustrations sociales multiples et de dérives dangereuses pour l'équilibre sociétal et la stabilité du pays. Comme la nature a horreur du vide, les personnes privées de travail trouvent des «occupations» n'importe comment et n'importe où.
C'est pour cela que les questions du travail, notion plus vaste et plus profonde que l'emploi, préoccupent les pouvoirs publics et constituent un enjeu de taille capable de faire tomber des gouvernements.
Le Maroc qui dispose d'une population à majorité jeune, ne peut pas se permettre de laisser une bonne partie de cette jeunesse abandonnée à son sort sans emploi et sans perspective. Il faut tout faire pour assurer la dignité à cette frange de la population qui dépasse les 10% de la population active et représente plus du tiers de la population jeune et diplômée. Nous disposons désormais, avec la Stratégie Nationale pour l'Emploi, d'une véritable feuille de route que le gouvernement actuel tente, tant bien que mal, de mettre en œuvre. On doit mettre à profit cette « aubaine démographique » dont le pays bénéficie.
Atteindre à moyen terme le plein emploi et garantir un travail pour tous ne relève pas de l'utopie. C'est un objectif réalisable à condition qu'il y ait une volonté politique réelle et un engagement de tous les acteurs. A titre d'exemple, la généralisation de l'enseignement préscolaire générerait autour de 100000 emplois dans le public et dans le privé. Des opportunités existent également dans divers créneaux : emplois de proximité, travaux communaux qui viendraient compléter la politique des grands chantiers. Dans cette même optique, il est important d'encourager l'économie sociale et solidaire qui dispose d'un potentiel considérable d'emplois dans le tissu associatif, et enfin de promouvoir les coopératives artisanales et agricoles. Pour ce faire, il faut assainir sans tarder le statut foncier en «privatisant» les terres collectives qui constituent une entrave sérieuse à l'investissement...
Pour lutter contre le chômage, Keynes suggérait, dans une phrase célèbre, d'embaucher des chômeurs pour creuser des trous le matin, et les reboucher le soir. Nous n'allons pas jusque-là. Mais en déployant notre intelligence collective et en fédérant nos efforts, on pourrait y parvenir. Tant que ça marche ailleurs, il n'y a aucune raison que ça ne soit pas le cas chez nous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.