L'heure    Rencontre à Marrakech autour du judaïsme marocain    Spoliation foncière: Une classe politique française qui fait l'autruche!    Libye: Un grand soutien aux plans de l'ONU    Soins de santé primaires: Le personnel peu motivé    Oncologie: L'hôpital Cheikh Khalifa s'allie à l'Institut Curie    L'INDH met à niveau son logiciel    Des artistes pour sauver une école    Eliminatoires CAN-2019 : Le Maroc s'impose face au Cameroun    Ankara dit être en possession de preuves discréditant la version saoudienne    Pyongyang annonce avoir testé une arme tactique ultramoderne    Le Maroc et la Belgique renforcent leur coopération bilatérale    Les Croates assomment l'Espagne et peuvent rêver    LeBron James toujours plus haut    Coupe du Trône : A qui la première ?    La France, principal investisseur au Maroc entre 2010-2017    Stock Pralim certifié ISO 9001 version 2015    La saison agricole démarre dans des conditions favorables    Ces stars qui disent NON à la chirurgie esthétique ! Marion Cotillard    Divers    2ème campagne de prévention et de prise en charge de l'hydatidose    Le Premier secrétaire reçoit une délégation de l'Organisation de solidarité afro-asiatique    Le Maroc à l'honneur au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles    La Galerie H met l'artisanat et le design vintage à l'honneur    Parler de la guerre au féminin, l'ambition de la réalisatrice Eva Husson    Incendie en Californie : Plus de 600 personnes portées disparues, Trump sur le terrain samedi    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Jets de piment et de fournitures de bureau au parlement sri-lankais    Rabat: Remise de certificats et trophées aux lauréats du Cycle international de formation en diplomatie    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    El Othmani en Ethiopie pour un sommet extraordinaire de l'UA    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    LGV : Entre 149 et 224 dhs pour Casablanca-Tanger    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    L'OM recrute !    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Lo Celso restera sûrement à Betis    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    La Chambre des représentants approuve la première partie du PLF 2019    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maria Zaki, poétesse de l'aimance
Publié dans Albayane le 06 - 02 - 2018

Elle nous livre son dernier recueil de poésie tout en restant fidèle à l'héritage littéraire de son mentor, l'incontournable Abdelkebir Khatibi.
«Les chants de l'aimance» est le nouveau recueil de Maria Zaki, tout fraichement paru chez L'Harmattan. Il s'inscrit dans la lignée de sa poésie franchement engagée dans l'univers littéraire de l'une des plus hautes figures de la culture marocaine contemporaine, Abdelkebir Khatibi.
Maria Zaki est en fait une découverte de Khatibi en 1992. Elle a publié ses premiers poèmes, en 1994, dans la revue Poésie 94 de Pierre Seghers. A son actif aujourd'hui, cinq recueils de poésie, trois romans et deux recueils de nouvelles. Elle a entre autres construit un projet poétique avec le Belgo-suisse Jacques Herman, publiant ainsi quatre recueils dont le plus connu est «Poésies Croisés».
Sa nouvelle parution est en effet un plongeon dans les méandres d'un concept littéraire inventé par son mentor. Elle adopte le concept pour en faire une source d'inspiration, voire un univers poétique qui sert à la perfection sa conception du beau, de l'humain, de la liberté d'être et de penser.
Pour elle, certains mots ont leur côté inoubliable, par leur sonorité, leur figuration graphique, leur présupposé imaginaire comme le terme « aimance ». Un mot qu'on comprend différemment, appartenant plus à la mémoire poétique des usagers de l'altérité qu'aux raisonneurs de l'affect et de la confusion des sentiments. C'est également une réponse au temps et à la domestication par les dogmes. En cela, l'aimance est de l'ordre de la libre pluralité et de l'idée que nous ne sommes que mouvement, quête, geste, identité, forme, principe.
Maria Zaki a toujours été attirée par l'altérité en tant que concept philosophique englobant plusieurs aspects. Ses poèmes et ceux de ce recueil en particulier, traitent des relations humaines avec l'autre, relations qui respectent aussi bien ses ressemblances que ses différences. Cet autre, qui est à la fois proche et lointain, comme disait Baudelaire. L'autre qui a toujours intéressé Maria Zaki, aussi bien dans ses écrits que dans l'approche sensible de la vie, d'un point de vue d'abord humain, puis littéraire ou artistique. Car pour elle, il existe deux manières de voir l'autre, l'une consiste à le regarder d'un œil superficiel ou trop sévère, l'autre est remplie d'attention et de compréhension. Et c'est la seconde manière qui permet de découvrir l'autre et de faire vivre la rencontre.
Le dénigrement de la femme arabe, l'auteure en a fait l'expression d'une réelle rage de vivre de toute la gente féminine. Un cri atroce, pareil à celui d'un animal blessé et qui vise aussi bien l'homme que l'ensemble de la structure constitutionnelle familiale. Deux éléments clés dans le dénigrement et l'abaissement du rang de la femme au sein d'une société façonnée et taillée par l'homme à sa mesure.
Docteur d'Etat es-Sciences, après avoir enseigné à l'Université d'El Jadida, elle travaille dans l'industrie chimique en France où elle réside depuis 2002. Parallèlement, elle se consacre à l'écriture de poèmes, de nouvelles, de romans. Elle est membre de P.E.N. Club International (poètes, essayistes, nouvellistes) et de son Women Writers Committee, de l'Association vaudoise des écrivains et de la Société des écrivains des Nations Unies à Genève. Elle a la double nationalité marocaine et belge.Ses sujets de prédilection sont : le statut de la femme dans les pays arabes, le silence, la quête spirituelle, et l'altérité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.