Hervé Renard démissionne    Le message d'Hervé Renard au Roi Mohammed VI    Hervé Renard «clos» son parcours avec les Lions de l'Atlas    Prison à perpétuité pour «El Chapo»    L'exemple d'une région modèle!    Fouzi Lekjaa désigné 2ème vice-président de la CAF    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Hamzaoui Abdelmalek sort les maîtres de l'art de l'oubli    Samir Belhaouss expose ses inspirations marocaines à l'Espace Rivages    Lectures d'été 2019    El Jadida : 5 ans de prison pour un cambrioleur de commerces    Tanger : Un jeune de 19 ans tue son rival à coup de couteau    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    Maroc-Jordanie : Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Communiqué du Bureau politique du PPS    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maria Zaki, poétesse de l'aimance
Publié dans Albayane le 06 - 02 - 2018

Elle nous livre son dernier recueil de poésie tout en restant fidèle à l'héritage littéraire de son mentor, l'incontournable Abdelkebir Khatibi.
«Les chants de l'aimance» est le nouveau recueil de Maria Zaki, tout fraichement paru chez L'Harmattan. Il s'inscrit dans la lignée de sa poésie franchement engagée dans l'univers littéraire de l'une des plus hautes figures de la culture marocaine contemporaine, Abdelkebir Khatibi.
Maria Zaki est en fait une découverte de Khatibi en 1992. Elle a publié ses premiers poèmes, en 1994, dans la revue Poésie 94 de Pierre Seghers. A son actif aujourd'hui, cinq recueils de poésie, trois romans et deux recueils de nouvelles. Elle a entre autres construit un projet poétique avec le Belgo-suisse Jacques Herman, publiant ainsi quatre recueils dont le plus connu est «Poésies Croisés».
Sa nouvelle parution est en effet un plongeon dans les méandres d'un concept littéraire inventé par son mentor. Elle adopte le concept pour en faire une source d'inspiration, voire un univers poétique qui sert à la perfection sa conception du beau, de l'humain, de la liberté d'être et de penser.
Pour elle, certains mots ont leur côté inoubliable, par leur sonorité, leur figuration graphique, leur présupposé imaginaire comme le terme « aimance ». Un mot qu'on comprend différemment, appartenant plus à la mémoire poétique des usagers de l'altérité qu'aux raisonneurs de l'affect et de la confusion des sentiments. C'est également une réponse au temps et à la domestication par les dogmes. En cela, l'aimance est de l'ordre de la libre pluralité et de l'idée que nous ne sommes que mouvement, quête, geste, identité, forme, principe.
Maria Zaki a toujours été attirée par l'altérité en tant que concept philosophique englobant plusieurs aspects. Ses poèmes et ceux de ce recueil en particulier, traitent des relations humaines avec l'autre, relations qui respectent aussi bien ses ressemblances que ses différences. Cet autre, qui est à la fois proche et lointain, comme disait Baudelaire. L'autre qui a toujours intéressé Maria Zaki, aussi bien dans ses écrits que dans l'approche sensible de la vie, d'un point de vue d'abord humain, puis littéraire ou artistique. Car pour elle, il existe deux manières de voir l'autre, l'une consiste à le regarder d'un œil superficiel ou trop sévère, l'autre est remplie d'attention et de compréhension. Et c'est la seconde manière qui permet de découvrir l'autre et de faire vivre la rencontre.
Le dénigrement de la femme arabe, l'auteure en a fait l'expression d'une réelle rage de vivre de toute la gente féminine. Un cri atroce, pareil à celui d'un animal blessé et qui vise aussi bien l'homme que l'ensemble de la structure constitutionnelle familiale. Deux éléments clés dans le dénigrement et l'abaissement du rang de la femme au sein d'une société façonnée et taillée par l'homme à sa mesure.
Docteur d'Etat es-Sciences, après avoir enseigné à l'Université d'El Jadida, elle travaille dans l'industrie chimique en France où elle réside depuis 2002. Parallèlement, elle se consacre à l'écriture de poèmes, de nouvelles, de romans. Elle est membre de P.E.N. Club International (poètes, essayistes, nouvellistes) et de son Women Writers Committee, de l'Association vaudoise des écrivains et de la Société des écrivains des Nations Unies à Genève. Elle a la double nationalité marocaine et belge.Ses sujets de prédilection sont : le statut de la femme dans les pays arabes, le silence, la quête spirituelle, et l'altérité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.