Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Ligue des champions: Le WAC s'incline à Pretoria    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Le Groupe BCP lance l'application «Atlantique Mobile» pour son réseau subsaharien    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    Aujjar rend hommage aux victimes du génocide rwandais...Et à Paul Kagamé.    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    «Le Maroc a signé «approximativement» toutes les conventions sur les droits d'auteur»    Donald Trump, le show et le chaos    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maria Zaki, poétesse de l'aimance
Publié dans Albayane le 06 - 02 - 2018

Elle nous livre son dernier recueil de poésie tout en restant fidèle à l'héritage littéraire de son mentor, l'incontournable Abdelkebir Khatibi.
«Les chants de l'aimance» est le nouveau recueil de Maria Zaki, tout fraichement paru chez L'Harmattan. Il s'inscrit dans la lignée de sa poésie franchement engagée dans l'univers littéraire de l'une des plus hautes figures de la culture marocaine contemporaine, Abdelkebir Khatibi.
Maria Zaki est en fait une découverte de Khatibi en 1992. Elle a publié ses premiers poèmes, en 1994, dans la revue Poésie 94 de Pierre Seghers. A son actif aujourd'hui, cinq recueils de poésie, trois romans et deux recueils de nouvelles. Elle a entre autres construit un projet poétique avec le Belgo-suisse Jacques Herman, publiant ainsi quatre recueils dont le plus connu est «Poésies Croisés».
Sa nouvelle parution est en effet un plongeon dans les méandres d'un concept littéraire inventé par son mentor. Elle adopte le concept pour en faire une source d'inspiration, voire un univers poétique qui sert à la perfection sa conception du beau, de l'humain, de la liberté d'être et de penser.
Pour elle, certains mots ont leur côté inoubliable, par leur sonorité, leur figuration graphique, leur présupposé imaginaire comme le terme « aimance ». Un mot qu'on comprend différemment, appartenant plus à la mémoire poétique des usagers de l'altérité qu'aux raisonneurs de l'affect et de la confusion des sentiments. C'est également une réponse au temps et à la domestication par les dogmes. En cela, l'aimance est de l'ordre de la libre pluralité et de l'idée que nous ne sommes que mouvement, quête, geste, identité, forme, principe.
Maria Zaki a toujours été attirée par l'altérité en tant que concept philosophique englobant plusieurs aspects. Ses poèmes et ceux de ce recueil en particulier, traitent des relations humaines avec l'autre, relations qui respectent aussi bien ses ressemblances que ses différences. Cet autre, qui est à la fois proche et lointain, comme disait Baudelaire. L'autre qui a toujours intéressé Maria Zaki, aussi bien dans ses écrits que dans l'approche sensible de la vie, d'un point de vue d'abord humain, puis littéraire ou artistique. Car pour elle, il existe deux manières de voir l'autre, l'une consiste à le regarder d'un œil superficiel ou trop sévère, l'autre est remplie d'attention et de compréhension. Et c'est la seconde manière qui permet de découvrir l'autre et de faire vivre la rencontre.
Le dénigrement de la femme arabe, l'auteure en a fait l'expression d'une réelle rage de vivre de toute la gente féminine. Un cri atroce, pareil à celui d'un animal blessé et qui vise aussi bien l'homme que l'ensemble de la structure constitutionnelle familiale. Deux éléments clés dans le dénigrement et l'abaissement du rang de la femme au sein d'une société façonnée et taillée par l'homme à sa mesure.
Docteur d'Etat es-Sciences, après avoir enseigné à l'Université d'El Jadida, elle travaille dans l'industrie chimique en France où elle réside depuis 2002. Parallèlement, elle se consacre à l'écriture de poèmes, de nouvelles, de romans. Elle est membre de P.E.N. Club International (poètes, essayistes, nouvellistes) et de son Women Writers Committee, de l'Association vaudoise des écrivains et de la Société des écrivains des Nations Unies à Genève. Elle a la double nationalité marocaine et belge.Ses sujets de prédilection sont : le statut de la femme dans les pays arabes, le silence, la quête spirituelle, et l'altérité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.