Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maria Zaki, poétesse de l'aimance
Publié dans Albayane le 06 - 02 - 2018

Elle nous livre son dernier recueil de poésie tout en restant fidèle à l'héritage littéraire de son mentor, l'incontournable Abdelkebir Khatibi.
«Les chants de l'aimance» est le nouveau recueil de Maria Zaki, tout fraichement paru chez L'Harmattan. Il s'inscrit dans la lignée de sa poésie franchement engagée dans l'univers littéraire de l'une des plus hautes figures de la culture marocaine contemporaine, Abdelkebir Khatibi.
Maria Zaki est en fait une découverte de Khatibi en 1992. Elle a publié ses premiers poèmes, en 1994, dans la revue Poésie 94 de Pierre Seghers. A son actif aujourd'hui, cinq recueils de poésie, trois romans et deux recueils de nouvelles. Elle a entre autres construit un projet poétique avec le Belgo-suisse Jacques Herman, publiant ainsi quatre recueils dont le plus connu est «Poésies Croisés».
Sa nouvelle parution est en effet un plongeon dans les méandres d'un concept littéraire inventé par son mentor. Elle adopte le concept pour en faire une source d'inspiration, voire un univers poétique qui sert à la perfection sa conception du beau, de l'humain, de la liberté d'être et de penser.
Pour elle, certains mots ont leur côté inoubliable, par leur sonorité, leur figuration graphique, leur présupposé imaginaire comme le terme « aimance ». Un mot qu'on comprend différemment, appartenant plus à la mémoire poétique des usagers de l'altérité qu'aux raisonneurs de l'affect et de la confusion des sentiments. C'est également une réponse au temps et à la domestication par les dogmes. En cela, l'aimance est de l'ordre de la libre pluralité et de l'idée que nous ne sommes que mouvement, quête, geste, identité, forme, principe.
Maria Zaki a toujours été attirée par l'altérité en tant que concept philosophique englobant plusieurs aspects. Ses poèmes et ceux de ce recueil en particulier, traitent des relations humaines avec l'autre, relations qui respectent aussi bien ses ressemblances que ses différences. Cet autre, qui est à la fois proche et lointain, comme disait Baudelaire. L'autre qui a toujours intéressé Maria Zaki, aussi bien dans ses écrits que dans l'approche sensible de la vie, d'un point de vue d'abord humain, puis littéraire ou artistique. Car pour elle, il existe deux manières de voir l'autre, l'une consiste à le regarder d'un œil superficiel ou trop sévère, l'autre est remplie d'attention et de compréhension. Et c'est la seconde manière qui permet de découvrir l'autre et de faire vivre la rencontre.
Le dénigrement de la femme arabe, l'auteure en a fait l'expression d'une réelle rage de vivre de toute la gente féminine. Un cri atroce, pareil à celui d'un animal blessé et qui vise aussi bien l'homme que l'ensemble de la structure constitutionnelle familiale. Deux éléments clés dans le dénigrement et l'abaissement du rang de la femme au sein d'une société façonnée et taillée par l'homme à sa mesure.
Docteur d'Etat es-Sciences, après avoir enseigné à l'Université d'El Jadida, elle travaille dans l'industrie chimique en France où elle réside depuis 2002. Parallèlement, elle se consacre à l'écriture de poèmes, de nouvelles, de romans. Elle est membre de P.E.N. Club International (poètes, essayistes, nouvellistes) et de son Women Writers Committee, de l'Association vaudoise des écrivains et de la Société des écrivains des Nations Unies à Genève. Elle a la double nationalité marocaine et belge.Ses sujets de prédilection sont : le statut de la femme dans les pays arabes, le silence, la quête spirituelle, et l'altérité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.