Communiqué du bureau politique du PPS    Air Arabia lance une nouvelle liaison entre Casablanca et Rennes    Nos vœux    La main de Bouchaïb Habbouli...    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    SM le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection    Le Bayern, Liverpool et City enchaînent, le Real échappe au pire    FC Barcelone: Bartomeu démissionne!    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Régionalisation: Laftit a fait une annonce    Rapatriement : où en est-on avec les Marocains bloqués à l'étranger ?    Comment protéger nos enfants contre le harcèlement et les abus sexuels dans les espaces publics?    Le roi Mohammed VI écrit au président tchèque    PLF 2021 : les appréciations du patronat    Le ministère des Finances propose aux investisseurs ses lignes de crédits    Fitch Ratings: le Maroc perd son «Investment grade»    Un gouvernement terne et indolent!    GP du Portugal de F1 : Lewis Hamilton bat le record de victoires de Michael Schumacher    «Plaidoirie pour un Maroc laïque»    Les EAU décident d'ouvrirr un Consulat général à Laâyoune    Khalid Ait Taleb fait son plaidoyer    Le roi de Thaïlande: un monarque doublement désavoué    France-Islam : Halte à l'escalade    La sécurité alimentaire à l'épreuve de la pandémie    Coronavirus : l'immunité acquise par les personnes guéries diminue rapidement [Etude]    Vaccin anti-Covid: Sanofi et GSK font des promesses    Aïd Al Mawlid: le nord du Maroc renforce les contrôles    Gérald Darmanin. De quoi je me mêle!    Nadine Morano: « le Maroc est un pays ami, mais… »    L'ONMT fonde ses espoirs sur l'international    Vidéo : Pour lever la résistance au masque de protection contre le coronavirus    Edito : Software    Atteinte aux sacralités de l'Islam : Le RNI exprime son indignation    Covid-19 : Le président algérien hospitalisé    L'Intérieur veillera à son instauration dans plusieurs villes L'analyse des eaux usées, un nouveau protocole anti-Covid-19    France-Turquie. Les « fils de chiennes » ont encore frappé.    Ecomondo et Key Energy basculent vers le digital : 15 jours d'économie verte en Italie    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Coup de tonnerre au Barça: Bartomeu démissionne !    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Bartomeu: Messi est la clé du nouveau projet du FC Barcelone    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La panne sociale !
Publié dans Albayane le 01 - 06 - 2018

On ne badine nullement avec les conditions de vie vitales des populations marocaines! C'est le mot d'ordre nodal auquel le bureau politique du PPS a consacré l'essentiel de ses délibérations, lors de la première réunion, juste après son élection pour un nouveau mandat, en clôture du processus du congrès national du parti.
Consciente de la rude conjoncture sociale que vit actuellement le pays, cette instance exécutive n'est point passée par quatre chemins pour crier haut et fort le déficit énorme qui accable de larges souches frappées par le dénuement et la privation. On ne saurait alors demeurer insensible à leurs attentes les plus rudimentaires ! Le devoir insistant de toutes les forces vives en présence sont amenées à mettre à l'écart tous les clivages politiciens et réducteurs pour faire face de concert, aux enjeux sociaux qui montent d'un cran.
Dans maintes de régions, le torchon ne cesse pas de brûler, notamment dans les zones démunies que la misère et l'exclusion terrassent atrocement chaque jour. Les expressions de colère légitime, à propos de la hausse des prix un peu partout, n'en sont, en fait, que des illustrations saillantes de la déchirure sociale qui interpelle vivement toutes les composantes du pays, en particulier l'exécutif. Il est donc question d'une réelle alerte qui secoue tout le pays et que nul n'est censé s'en dérober ni s'y conduire en acteur passif.
Les campagnes de boycott de certains produits de consommation, quoique l'on en puisse dire à propos de leurs motivations sous-jacentes, font également état d'une profonde ire à l'égard des disparités criardes, aux dépends des couches démunies et des territoires marginalisés par rapport aux ressources de la Nation.
On ne pourrait alors tourner le dos aux doléances qui n'admettent, en effet, aucune tergiversation encore moins nul laxisme. Il urge de présenter les solutions politiques impératives qui s'imposent à la problématique sociale et à la déchéance de la concurrence économique juste, dans le cadre de l'Etat de droit et des Institutions. Dans ce sens, la fermeté serait plus que jamais de mise en termes de contrôle et de répression de la débandade, en termes de complaisance et d'impunité que connaît le dispositif de la libération des tarifs dont les répercussions fâcheuses étouffent le pouvoir d'achat des franges appauvries de la société. Le rôle du conseil de la compétitivité, jusqu'ici quasi- bafoué, est appelé à se mettre en évidence pour contribuer, en tant qu'outil constitutionnel catalyseur, mis en place pour veiller au bon fonctionnement du système de l'offre et de la demande, dans le respect absolu des règles en vigueur.
Ceci étant, l'imminence des démarches idoines à entreprendre en vue de sécuriser les petites et moyennes bourses des citoyens et apaiser les tensions sociales, ne devrait pas, pour autant, suspendre ni ajourner la mise en avant de la réflexion assidue, responsable et dans les meilleurs délais, relative au nouveau modèle de développement à mettre en œuvre. Car, il ne devrait pas s'agir uniquement du court terme , en direction de l'assouvissement du besoin urgent des populations défavorisées, mais du moyen et long terme, à travers des plans stratégiques pérennes, de nature à endiguer les inégalités territoriales et prioriser la justice sociale dans les points les plus reculés du pays.
La fuite en avant ou encore l'ignorance des problèmes qu'endurent des citoyens laissés pour compte, ne font que fragiliser la stabilité et attiser les colères, pouvant générer des soulèvements massifs fort périlleux et, de ce fait, hypothéquer le projet de progrès, de démocratisation et de modernisation dans lequel le pays s'est engagé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.